WTCR à Pau/Yvan Muller : « Débuter le WTCR à Pau ajoute de l’excitation »

Quadruple champion du monde en voitures de tourisme (2008, 2010, 2011, 2013) et doyen à 52 ans de la Coupe du monde FIA des voitures de tourisme WTCC, Yvan Muller connait la discipline et le circuit de Pau-ville comme sa poche !

– Quels sont vos souvenirs de course liés à Pau-ville ?
Nombreux ! J’y ai couru dans beaucoup de disciplines. La première fois en 1988, c’était en Formule Renault, mon premier circuit en ville. Quand on débute en championnat de France, Pau c’est un petit Monaco. J’y suis allé maintes et maintes fois : trois années en F3, la F3000, des voitures de tourisme en championnat national puis en mondial du WTCC… Mon premier vrai souvenir n’est pas très glorieux : pour ma première saison de F3, je m’étais retrouvé avec l’accélérateur bloqué en qualifications, à l’approche du Pont Oscar ; cela ne pardonne pas. C’a été mon premier gros choc en sport automobile. Malgré mon troisième temps aux essais, je n’ai pas pu participer à la course car l’auto n’était pas réparable.

– Est-ce plus compliqué qu’à Macao, un autre circuit urbain du WTCR, la Coupe du monde FIA des voitures de tourisme, que vous connaissez bien ?
Le plus impressionnant, c’est le premier virage après la ligne de départ. J’en conserve un souvenir fort en monoplace F3000. Ca passait à 280 km/h… Ca allait extrêmement vite là-dedans ! La sortie du Parc Beaumont sur la statue Foch est aussi un endroit où l’erreur est facile : souvent, c’est là que surviennent les sorties de route.
Avec les berlines du WTCR, peut-on réussir à doubler ou faut-il un peu forcer le passage ?
Disons que la qualification est primordiale… Car dépasser est quasiment mission impossible, surtout dans une compétition comme la nôtre où les pilotes professionnels connaissent toutes les ficelles du métier et savent comment défendre une position.

– Quel est le secret d’un bon tour à Pau-ville ?
Être à la limite, proche des rails même s’il faut grimper sur les trottoirs… Il faut savoir prendre un peu plus de risques qu’ailleurs.
Content de débuter la Coupe du monde FIA 2022 des voitures de tourisme à Pau ?
Ce sera chaud de débuter sur un circuit en ville, et à Pau. Cela ajoute un peu d’excitation à la chose. C’est bien, on rentre tout de suite dans le vif du sujet. Content surtout que la course redémarre !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*