Dakar Étape 2 : Paroles de Pilotes…

Joan Barreda à moto, le sprinter pas finisher a remporté une spéciale avec l’art et la manière. Mais, c’est Sam Sunderland qui devient le ‘maître’ de la catégorie 2 roues au soir de l’étape 2. Une fois encore, trois constructeurs se sont mis en évidence avec Honda, Gas-Gas et KTM, Kevin Benavides terminant troisième. A ce petit jeu, tous les pronostics sont permis d’ici le retour à Jeddah, d’évidence, la bataille est royale, sportive et fraternelle.

En auto, Sébastien Loeb et Fabian Lurquin ramènent la première victoire sur cette édition, la 15ème des participations du nonuple Champion du monde WRC. Le BRX s’est montré particulièrement véloce au cours de la journée, la spéciale se prêtait au pilotage de Loeb et la navigation n’a plus de secret pour Fabian. Finalement, le cocktail fut payant !
Quant à Al-Attiyah et Baumel, une crevaison à 10 km du but a favorisé la remontée de Loeb, mais le qatari et français conservent l’avantage au général avec leur Toyota Hilux Gazoo.
Carlos Sainz 3ème n’a pas joué au touriste comme la veille et termine devant Stéphane Peterhansel désormais hors jeu mais, tellement impliqué dans le développement de l’Audi Hybrid.

Moto – Relégué à plus de minutes après ses erreurs de navigation d’hier, Joan Barreda le plus gros collectionneur d’étapes en activité a soigné ses statistiques aujourd’hui : c’est la 28ème fois qu’il signe le meilleur temps sur une spéciale du Dakar.
« Je suis très content. C’était la seule solution d’attaquer aujourd’hui, j’ai tout donné, après les problèmes que j’ai eu hier. La navigation était difficile à interpréter, il y a eu un way point que j’ai mis beaucoup de temps à trouver, donc on a lâché beaucoup de temps sur la première étape. C’était assez dur mentalement. Mais aujourd’hui les sensations étaient vraiment bonnes, avec des dunes très sympas à piloter. Il reste encore beaucoup de temps, même si les écarts sont grands avec ceux de devant. Il reste 10 jours, c’est-à-dire suffisamment de temps pour continuer d’attaquer. »

Moto – Le pilote Yamaha Adrien van Beveren a assuré la navigation en tête de course et se positionne idéalement au classement général, à 2’51’’ du nouveau leader Sam Sunderland.
« Encore une fois, la navigation a payé, c’est cool. J’essaie d’aller le plus vite que je peux mais tout en navigant, c’est mon objectif. Ce n’est pas facile parce que le rythme est élevé, mais il faut que je garde la tête froide et que je continue à naviguer. J’ai roulé après le refueling avec Sam. C’était top d’être avec lui, on se connaît vraiment très bien et on roule très ‘fair’ ensemble, on prévient l’autre quand il y a un danger, on roule chacun notre tour devant pour reposer l’autre. C’est le 2e jour, on ne va pas s’emballer au sujet du classement général. »

Moto – Deuxième du jour, l’officiel GasGas, San Sunderland continue de faire grimper le compteur de la marque d’origine catalane sur le Dakar après les deux succès de son coéquipier Daniel Sanders.
« J’ai juste essayé de rester concentré sur la navigation. Même avec les traces des autres pilotes partis devant, je me suis forcé à toujours vérifier. On perd un peu de temps à ralentir pour être sûr de soi mais on remet quand même plus vite les gaz. J’ai rattrapé Van Beveren et Walkner et après le ravitaillement on a ouvert avec Adrien, chacun notre tour. C’était une navigation très difficile mais je suis content de ma journée. C’est toujours une bonne chose que de prendre la tête du général provisoire, mais la route est encore longue. Cela ne veut pas dire grand-chose car on connait la course et l’on sait bien que celui qui ouvre la piste perd presque à chaque fois du temps. Il reste beaucoup de jours et je suis sûr que cela va régulièrement changé au classement général d’ici l’arrivée. Mais la moto marche bien et je me sens fort physiquement cette année. On verra ce que nous réserve les longues journées qui nous attendent. »

Moto – 23ème du jour à près de 25’, ‘Chucky’ Sanders reste 3ème du général provisoire.
« Cela s’est bien passé ce matin jusqu’au ravitaillement vers le km 200. Après, cela a été un peu fou, j’ai manqué un way-point et j’ai perdu environ 20mn pour le trouver. J’ai dû donner le maximum ensuite pour limiter la casse dans les dunes et j’ai fait une bonne fin d’étape. J’ai perdu un peu de temps, mais ce n’est que le deuxième jour. Je laisse échapper 20’ aujourd’hui, mais je pense que je vais revenir en force les prochains jours. »

Auto – Pour aller chercher la 15ème spéciale de sa carrière sur le Dakar, Sébastien Loeb a bataillé pendant 338 kilomètres avec Nasser Al Attiyah.
« Ça a attaqué fort, c’est devenu une spéciale de WRC entre deux pilotes WRC. On était à bloc complet, finalement j’ai réussi à grappiller du temps à Nasser, probablement parce que c’est lui qui faisait la trace dans les dunes. On a fait une spéciale parfaite, pas d’erreur et pas de crevaison. On est très serré, le rythme des deux voitures est très proche cela permet de faire de belles bagarres. Notre voiture est dans le coup, en tout cas face à la Toyota. Je ne voulais pas dépasser Nasser, mais ça devenait très caillouteux. On arrivait sur des plateaux qui levaient de la poussière, alors j’ai préféré le doubler en arrivant sur la fin. Je préfère que ce soit lui qui prenne les risques que moi ! »

Auto – Toujours leader du classement général, Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel conservent un avantage de 9’16 sur Sébastien Loeb-Fabian Lurquin, les plus rapides du jour.
« Nous avons heurté une pierre dans les 10 derniers kilomètres, mais nous avons décidé de ne pas nous arrêter pour ne pas perdre trois minutes supplémentaires. Je suis plutôt content de cette étape, nous avons ouvert toute la journée alors que ce n’était pas si facile. On dirait qu’il y a un duel ! Et il se peut qu’on se bagarre jusqu’à la fin, mais il y a encore un long chemin jusqu’à l’arrivée. Je vois que la BRX a progressé depuis l’année dernière et Seb est très rapide, mais nous avons fait du bon boulot. Aujourd’hui on perd, demain on débutera l’étape derrière lui, on ne sait pas qui gagnera. J’ai le sentiment qu’il y aura des surprises sur ce Dakar. »

Auto – Huitième du jour à un peu plus de 10′ de Sébastien Loeb et aux portes du podium au général provisoire, Giniel de Villiers compte déjà 40′ de retard sur le duel Al Attiyah-Loeb.
« Malheureusement nous avons dû changer une roue après avoir coupé son flan à la réception d’un saut en début de spéciale. Mais cela n’a pas eu plus de répercussion que cela. Nasser réalise un temps incroyable, il est très fort dans ces étapes rapides. Nous sommes contents de notre performance du jour, on doit perdre trois minutes à cause de la crevaison. Il y a une grosse bagarre entre Nasser et Loeb qui sont très proches et il va y avoir une belle explication. Beaucoup d’autres ont perdu du temps à chercher un way point hier, cela reste très ouvert derrière. Nasser et Sébastien ont un gros rythme, je ne pense pas que tenter d’attaquer soit la bonne stratégie pour moi, mais il reste dix jours et dans des spéciales comme celle d’aujourd’hui, tout peut arriver. »

Auto – Sorti du jeu de la gagne pour cette année après une pénalité de près de 27 heures, Stéphane Peterhansel le tenant du titre s’apprête à disputer un autre rallye… toujours avec un esprit conquérant. Il signe le 4ème temps du jour, en attendant mieux !
« J’espère que nous gagnerons des étapes d’ici la fin, mais c’était un peu particulier aujourd’hui, je crois que je n’étais jamais parti d’aussi loin. On a senti la voiture lourde parce que le sable était très remué, donc ça prend beaucoup de puissance et dans ces conditions c’est difficile de comparer les temps. Maintenant on va essayer de gagner des spéciales et d’éprouver la voiture, de préparer l’année prochaine en réalité. Hier c’était un problème de châssis et on a arraché le triangle arrière, mais par rapport à ce qu’on connaît de la voiture, ce n’était pas normal qu’on ait le problème qui nous a stoppés. »

Quad – Le tenant du titre dans la catégorie quads Manuel Andujar a perdu beaucoup de temps avec des problèmes d’injecteur la veille, mais a déjà commencé à combler son retard en s’imposant sur la spéciale du jour.
« Il y avait beaucoup de dunes, c’était une belle étape et elle s’est très bien passée pour moi. Je suis venu pour conserver mon titre. J’ai perdu 50 minutes sur le leader actuel de la course, mais je vais essayer d’y arriver. J’ai eu beaucoup de problèmes dans l’étape d’hier avec mon quad, mais ça a été réglé avec mon équipe et j’espère que jour après jour ça ira mieux. »

SSV – Le jeune pilote belge Guillaume de Mevius dispute son premier Dakar dans des conditions inattendues… et remporte sa première spéciale.
« Mon premier Dakar n’a pas commencé comme prévu, j’ai dû trouver un nouveau copilote en urgence, Kellon Walch. Ensuite hier on a cassé notre différentiel et on a perdu sept heures bloqués dans les dunes, ce n’est pas le début qu’on avait espéré. Mais aujourd’hui on gagne l’étape. Je ne m’y attendais pas parce qu’on a roulé proprement tout le long, on n’a pas fait d’erreurs de navigation, on n’a pas sur-attaqué. On s’est même arrêtés pour donner une roue à un coéquipier ! En partant derrière, je pensais qu’on serait désavantagés, mais en fait ça s’est bien passé. J’ai toujours vu mon père participer au Dakar. Lui a gagné des étapes ‘au général’ (toutes classes auto), donc ce sera mon prochain objectif. »

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*