Dakar Étape 8 : Paroles de Pilotes…

Toby Price on his KTM of the Red Bull KTM Factory Team races during the 8th stage of the Dakar 2021 between Sakaka and Neom, in Saudi Arabia on January 11, 2021. // Eric Vargiolu / DPPI / Red Bull Content Pool // SI202101110163 // Usage for editorial use only //

Au terme de cette étape marathon dont l’arrivée a été jugée à Neom, il reste désormais quatre étapes à disputer avant d’atteindre le drapeau à damier planté à Jeddah.

Les deux courses moto et auto sont passionnantes, indécises et particulièrement serrés. Le jeune Chilien à moto, Nacho Cornejo tient tête au grand Toby Price tout comme Stépahen Peterhansel – Edouard Boulanger (Buggy Mini) qui conserve moins de cinq minutes devant Nasser Al-Attiayh et Matthieu Baume (Toyota Hilux).

Ce qui se traduit par un final à coup de secondes entre ces monstres de la discipline et rien n’est encore clair et net avant Jeddah… Une affaire à suivre de très près.

Seth Quintero : Même s’il ne termine que septième de la septième étape, Seth Quintero se hisse à la deuxième place du classement général avec toujours 8 minutes de retard sur Aron Domzala.
« Cette étape était super longue. On est parti sur un rythme tranquille en sachant que nous attaquions une étape marathon. On s’est fait doubler par plusieurs concurrents, et puis après le premier ravitaillement nous les avons rejoints. »

 

Nacho Cornejo : Le pilote chilien n’a pas subi sa position d’ouvreur en compagnie de son coéquipier Ricky Brabec. Il remporte l’étape du jour et augmente son avance sur Toby Price en tête du classement général.
« J’arrive juste derrière Ricky, nous avons vraiment gardé une bonne vitesse aujourd’hui. Je l’ai rattrapé juste avant le ravitaillement, nous n’avons fait aucune erreur, nous nous sommes relayés pour faire la navigation. Sur la fin il y a eu vraiment de magnifiques paysages, je suis heureux de rouler ici. Aller le plus vite que je peux, ne pas me perdre, ne pas chuter. Si je reste dans le même état de concentration que ces derniers jours, je peux faire quelque chose de bien. »

 

Toby Price : Le 2ème du classement général a perdu un peu de temps sur ‘Nacho’ Cornejo, mais reste à 1’05.
« C’était vraiment dur aujourd’hui. Je me suis bien contré sur le road-book, ce qui n’était pas facile après ma chute d’hier. Je suis content d’être à l’arrivée, ma moto et moi en bon état, j’ai juste un léger mal de crâne. Mon menton va mieux, je me suis fait poser des points de suture, tout va bien. »

Sam Sunderland : Troisième du classement général sans avoir remporté d’étape jusqu’ici, le Britannique pointe à six minutes de Cornejo et reste dans le coup pour la victoire finale.
« Ma moto a l’air abimée, mais si vous voyiez le terrain sur lequel on a roulé, elle n’est pas en si mauvais état. Deux jours sans assistance avec les même roues, ça fait plus de 600 kilomètres de spéciale, je pense qu’on est à peu près tous dans le même cas. La vitesse est très élevée, le road-book compliqué alors c’est normal qu’on se prenne des pierres. La course est difficile, les gars qui ont ouvert ont fait du bon boulot. Nous avons des grands professionnels en tête de course, donc il y a peu d’erreurs de navigation. J’ai roulé avec Skyler aujourd’hui, on s’est fait plaisir. »

Nasser Al-Attiyah : Vainqueur de la 40ème spéciale de sa carrière sur le Dakar, le pilote Qatarien se rapproche à 4’50 de Stéphane Peterhansel.
« Nous avons essayé de faire notre mieux, l’étape marathon n’est jamais facile mais je suis content de ces deux journées, la voiture et intacte. Elle est maintenant finie et nous avons repris trois minutes à Stéphane. Il nous reste quatre jours, ce ne sera pas facile mais on essaiera tous les jours. Je pense que les buggys sont avantagés avec leurs grosses roues, ils ont moins de crevaisons, j’en ai eu huit de mon côté. Mais je ne veux pas me chercher d’excuses, on fera de notre mieux. »

 

Carlos Sainz : Le tenant du titre a signé le 2ème temps du jour mais reste 3ème du général, à 38 minutes de ‘Peter’.
« Pas trop mal. Nous avons juste eu une crevaison sur un endroit assez difficile, mais le reste s’est bien passé. Je suis content. »

 

Stéphane Peterhansel : Le leader du classement général a toujours 4’50 d’avance sur Nasser Al Attiyah, avec qui le duel se poursuit.
« Ça se joue à la minute. On s’est retrouvé en première voiture assez rapidement et dans la dernière partie, j’ai loupé quelques notes d’Edouard et on a fait des demi-tours, on a perdu un tout petit peu de temps. On n’a pas fait la spéciale parfaite. On avait cassé un triangle hier, mais on avait un camion d’assistance rapide qui nous changé ça et nous sommes partis comme si de rien n’était. Ça reste intense, un peu comme l’année dernière, et il ne faut rien lâcher, chaque minute est importante. Ne pas faire d’erreur du tout, c’est quasiment impossible, mais il ne faut pas faire de grosses erreurs. »

 

Chaleco Lopez : Vainqueur d’une 4ème étape, le Chilien reste offensif pour tenter de combler son retard d’une vingtaine de minutes sur Austin Jones, nouveau leader du classement général.
« L’étape marathon est terminée. Hier je me suis arrêté pour assister un motard accidenté et c’était une journée difficile. Mais aujourd’hui c’était bien, très rapide. J’attaque chaque jour, mon copilote fait un bon travail et la voiture marche très bien. Tout est bien. »

Cyril Despres et Mike Horn signent leur premier top 5 entre Sakaka et Neom. L’équipage de la Peugeot du team Abu Dhabi Racing occupe la onzième place du classement général à 4 heures et 9 minutes du leader.
« Nous sommes dans le lot des pilotes où Mike et moi nous devrions régulièrement figurer. On n’a pas pu s’entraîner normalement cette année, il nous manque du roulage à haute vitesse. Mais on est là pour autre chose, pour préparer la voiture de l’avenir et récolter un maximum de datas. »

 

Manuel Andujar : Deuxième de l’étape du jour derrière Alexandre Giroud, Manuel Andujar ne concède qu’une minute et douze secondes. L’Argentin conserve la première place du classement général avec dix-neuf minutes d’avance sur le Français alors qu’il ne reste plus que quatre étapes à avaler.
« J’ai pas mal d’ampoules aux mains après cette étape marathon mais ça devrait aller pour finir le rallye. La spéciale d’aujourd’hui était très belle, notamment sur la fin. L’an dernier, à cause du froid, nous n’avions pas vraiment pu profiter de ces paysages. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*