Dakar Étape 1: Toby Price et Carlos Sainz… plus solides que les rocs

L’œil dans l’objectif
Ce n’est pas par sa longueur que la première vraie spéciale du Dakar a posé problème aux pilotes mais plutôt par son intensité. L’enchevêtrement des pistes de la première partie a d’abord demandé une attention constante que Ricky Brabec n’a pas su maintenir, par exemple. Puis les pistes rocailleuses dont il ne fallait surtout pas s’éloigner ont ensuite coûté cher en crevaisons multiples, ce dont peut notamment témoigner Sébastien Loeb qui se souviendra peut-être avec amertume de cette plongée dans le sud du pays. Avant de rejoindre Bisha, ceux qui ont passé sans encombres les premiers pièges du jour ont bu bénéficier d’une première portion sablonneuse, plus douce pour les pneumatiques et pour les nerfs.

L’essentiel
Les tenants du titre ont connu des sorts bien contrastés sur la première étape. Ricky Brabec a lâché 18 minutes sur une grosse errance de début de parcours face à son prédécesseur au palmarès Toby Price, vainqueur d’une 13ème spéciale sur le Dakar, tandis que Carlos Sainz s’est imposé en autos, où les outsiders Martin Prokop et Mathieu Serradori ont respectivement pris les 3ème et 4ème places. Parmi les véhicules légers, le T3 de Cristina Gutierrez a été le plus rapide, signant ainsi une performance historique, les victoires féminines étant rarissimes sur le rallye.

En camions, le vainqueur 2020 Andrei Karginov a été arrêté par des problèmes mécaniques qui lui ont coûté plus d’une heure et demie, mais la maison Kamaz a tout de même repris les commandes de la course avec l’un de ses héritiers, Dmitry Sotnikov. Le quadeur Alexandre Giroud est le seul à confirmer la forme affichée sur le prologue et à enchaîner par un nouveau succès.

Le coup dur
Ce n’est certainement pas ainsi que Sébastien Loeb entendait faire son retour sur le Dakar. Classé dixième du prologue, l’Alsacien avait une position avantageuse à l’entame de la première étape au volant de sa BRX. Mais la réussite n’a pas été de son côté pour la première étape. Victime de trois crevaisons qui l’ont contraint à ralentir nettement son allure, il a aussi lutté pour trouver son chemin. Coup du sort pour le nonuple champion WRC qui affiche désormais près de 24 minutes de retard sur le leader Carlos Sainz au général. Il n’y a plus de questions à se poser pour les prochains jours, le Français devra passer à l’offensive.

La stat’ du jour : 8/10
C’est ce qu’on appelle le monde de la moto ! Pas moins de huit nationalités sont représentées avec un Australien, un Argentin, un Autrichien, un Britannique, un Espagnol, un Français, un Américain et encore un Tchèque parmi les hommes forts de cette première étape. On observe même dans le Top 20, un Slovaque, un Botswanais, un Chilien et un Polonais. Au total, ce sont pas moins de 28 pays qui se sont lancés dans l’aventure du Dakar en moto cette année.

La perf du jour
Elle ne se voyait pas à si belle fête. Il y a moins de deux semaines, Cristina Gutierrez avait même perdu espoir de participer à son troisième Dakar. Mais elle a été appelée par le RedBull Off Road Team USA pour prendre en main un Proto Léger OT3, et s’impose dès la première étape dans la catégorie Véhicules Légers. En signant le meilleur temps devant l’ancien vainqueur Reinaldo Varela, elle devient surtout la première femme victorieuse d’une étape depuis 2005 et la fin de série de l’Allemande Jutta Kleinschmidt.

Sur un air de Classic
Deux buggys Sunhill des années 80 sont engagés sur la course de régularité, dont la première étape a été remportée par le duo composé de Marc Douton et Émilien Étienne.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*