Alpine Elf Europa Cup : Le pilote LS Group Laurent Hurgon meilleur grimpeur !

L’Alpine Elf Europa Cup a vécu son deuxième meeting de la saison à Magny-Cours. Dans un contexte sportif et technique qui a vu l’équipe Autosport GP monopoliser le devant de la scène, Laurent Hurgon a réalisé un parcours premium. Le pilote soutenu par le leader de la distribution automobile LS Group ne s’est jamais écarté du Top 3 et s’est propulsé par deux fois sur la deuxième marche du podium. Il se replace ainsi dans le tiercé de tête du championnat alors que le cap de la mi-saison vient juste d’être franchi.

Laurent Hurgon aurait bel et bien mérité le maillot de meilleur grimpeur à l’occasion de l’étape nivernaise de l’Alpine Elf Europa Cup. Ce mouvement ascensionnel s’est manifesté dans les deux courses, puisque samedi comme dimanche, il a transformé une 3ème position sur la grille de départ en 2ème place à l’arrivée. Ces performances ont eu pour conséquence l’escalade de deux podiums… même si en cette période de prévention sanitaire, les cérémonies protocolaires sont allégées. Laurent a également réalisé la meilleure progression au classement du championnat, en passant de P5 à P3 ! Autre métaphore de la grimpette, l’exercice spectaculaire qui consiste à monter sur les vibreurs. Et c’est peut-être là que tout s’est joué.

Ne pas chicaner avec les vibreurs
Le pilote qui porte les couleurs des Centres Alpine Magny-Le Vexin et Jean Rédélé Brie-Comte-Robert n’est pas le moins expérimenté du plateau, même s’il a longtemps privilégié sa carrière de pilote de développement au détriment de la compétition. Laurent nous raconte comment il a préparé son déplacement sur l’ancien circuit du Grand Prix de France de F1.

« Je suis arrivé avec une feuille de réglages, que j’ai élaborée sur la base de mon expérience du tracé. J’ai testé ce set-up aux premiers essais et il m’a tout de suite convenu. L’idée était d’être rapide dans les chicanes et donc d’escalader les vibreurs. Je me suis focalisé sur ces trois virages : Nürburgring, Imola et le Lycée. Vendredi, sans passer de pneus neufs, j’étais dans le rythme avec une auto facile, efficace et pas épuisante. J’ai pensé que normalement, en pneus neufs, ça devrait performer. » Donc acte. De la feuille de réglages à la feuille de temps, on a vu le résultat. C’est justement dans les secteurs 2 et 3, où sont concentrées ces fameuses chicanes, que Laurent s’est montré le plus à son affaire.

Le temps au tour est important, mais il faut aussi la constance de la première à la dernière boucle. « A Nogaro, notre set-up était un peu trop agressif pour les pneus et je subissais un peu en fin de course. Mais ici je me suis senti bien du début à la fin. »

Pour que la fête soit complète, un bon pilote doit aussi faire preuve de créativité dans ses manœuvres et faire se lever les foules ! « J’ai vécu un moment fort au départ de la course 2. J’ai pris une bonne impulsion, j’ai vu le trou et je suis passé au milieu, entre les deux pilotes de la première ligne. Ils se sont tous les deux rabattus, l’un vers la droite, l’autre vers la gauche et ils ont trouvé… ma voiture. Donc j’ai un côté repeint en orange et de l’autre côté, ça ne se voit pas trop car l’autre Alpine était blanche comme la mienne. Cette passe d’armes m’a permis de passer en tête pour quelques centaines de mètres. Après, mon coéquipier Jean-Baptiste Mela, qui a survolé le meeting, a repris l’avantage. »

A Magny-Cours, Laurent a eu le plaisir de recevoir, en immersion au sein de l’équipe Autosport GP, quelques dizaines de supporters. « C’était un beau moment de partage autour de la passion de l’automobile et de la course. La magie Alpine a opéré ! »

D’un circuit de F1 à l’autre…
Cette magie opérera sans doute à nouveau au Paul Ricard, où aura lieu la troisième étape, les 3 et 4 octobre. C’est là que la toute première course de l’Alpine Elf Europa Cup eut lieu en juin 2018. Le tracé varois impliquera d’autres réglages, d’autres trajectoires… Gageons que Laurent a déjà sa petite idée sur la question ! Enfin, le Paul Ricard est l’hôte du Grand Prix de France de F1, la discipline reine du sport automobile, qui verra l’arrivée d’Alpine en 2021. Les A110 Cup vont donc, en quelque sorte, ouvrir la voie pour leurs grandes sœurs de la F1 au pied du Massif de la Sainte-Baume…

Romane Didier,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*