Paul Ricard Heat 3 Courses : Main basse sur les deux courses pour la Ligier JS2 R #74 de Cool Racing

Deux courses pour deux météos opposées et deux magnifiques victoires en Ligier JS2 R pour l’équipe suisse Cool Racing et son pilote Sébastien Baud. Arctic Energy avec la #17 de Nerses Isaakyan termine deux et trois de la catégorie. HRC avec la #38 de Clément Seyler et Fabien Michal clôture le top 3 de la course 1. CD Sport rompt avec la malchance et s’empare de la deuxième place de la course 2 avec sa Ligier JS2 R #30 emmenée par Claude Dégremont et Baptiste Berthelot. L’équipe italienne HP Racing Team et la JS P4 #50 d’Andrea Dromedari engrangent quant à elle de gros points au championnat.

Course 1
Ciel nuageux et température plutôt fraiche, qui contrastent avec les jours précédents, pour le départ de la première course de cette troisième manche. La Ligier JS P4 d’Andrea Dromedari de HP Racing Team partage la première ligne avec la Ligier JS2 R #45 de MV2S Racing emmenée par le pilote russe Victor Shaytar. Les JS2 R #38 de HRC avec Fabien Michal et #17 d’Arctic Energy avec Nerses Isakyaan occupent la deuxième ligne.

10h25, drapeau vert ! Sébastien Baud à bord de la #74 de Cool Racing s’impose dès le départ et Fabien Michal relègue Victor Shaytar à la troisième place de la catégorie. Changement provisoire car le pilote russe récupère rapidement sa position et puis la tête de la course. Ce qui donne le ton de cette épreuve en catégorie GT : très animée!

Très vite, hélas, on déplore deux accrochages : tout d’abord la JS2 R #30 de CD Sport de Claude Dégremont et Baptiste Berthelot avec la #17, puis les JS2 R #69 de M Racing de Laurent Millara et #11 de TM Evolution d’Alain Grand. Des contacts qui se soldent par trois abandons, ceux des #30, #11 et #69.

Après une quinzaine de minutes de neutralisation la course repart.
La #45 garde la tête de la catégorie alors que la bataille pour la deuxième place s’engage entre la #74 et la #38. Sébastien Baud sur la #74 prend l’avantage sur la #38 de Fabien Michal et les #66 et #86 de M Racing, pilotées par Natan Bihel et Mathieu Martins, s’invitent dans la bataille. De son côté, Nerses Isakyaan sur la #17 entame une longue remontée.

Arrive la fenêtre d’arrêts obligatoires aux stands pour changements de pilotes éventuels. La #45 est une des dernières à en profiter. Trop peu. Elle est pénalisée d’un stop and go d’une seconde qui renvoie définitivement Mikhaïl Makarovskii en bas du tableau. Même motif et même conséquence pour la #25 de Bruno Chaudet et l’équipe TM Evolution.

La #74 creuse l’écart avec ses poursuivants, les #38, #66 et #86, qui s’engagent dans une bataille intense pour rester dans le top 3. Remontée aux avant-postes dans le dernier quart de la course, alors que quelques gouttes de pluie commencent à mouiller la piste, la #17 d’Arctic Energy vient jouer les trouble-fête et réussit à s’insérer en deuxième position. On assiste alors à un duel acharné entre Nerses Isakyaan sur la #17 et Clément Seyler sur la #38, où les deux pilotes enchainent les dépassements.

Jusqu’au drapeau à damier le suspense reste entier. Nerses Isakyaan sort vainqueur de l’épreuve dans les derniers mètres du dernier tour et se classe deuxième. Sans jamais inquiéter Sébastien Baud qui remporte la catégorie JS2 R haut la main.

Les quatrième et cinquième places reviennent à M Racing et ses pilotes, le duo père-fils Erwan et Natan Bihel sur la #66, et les tout jeunes Mathieu Martins et Ewen Hachez sur la #86, après une belle lutte des voitures sœurs. Antoine Chapus sur la Ligier JS2 R #46 de MV2S Racing et Bruno Chaudet de TM Evolution terminent respectivement en septième et huitième position de la catégorie.

Andrea Dromedari en JS P4 assure la victoire de la #50 de HP Racing Team après une course sans encombre.

Course 2
A 16h50 c’est le départ de la deuxième course mais il s’annonce bien différent du précédent. Les douze Ligier suivent le safety car sur une piste déclarée mouillée par la direction de course. Deux tours plus tard le safety car laisse la place aux concurrents qui s’élancent.

Andrea Dromedari sur la Ligier JS P4 #50 de l’équipe italienne HP Racing Team cède du terrain aux GT, des châssis naturellement un peu plus à l’aise sur ce terrain détrempé que les sport-prototypes, et joue sagement la prudence tout au long de la course pour engranger des points au championnat.

Vu les conditions de piste, Bruno Chaudet à bord de la Ligier JS2 R #25 de TM Evolution décide de ne pas prendre de risques inutiles et regagne sagement le paddock après quelques tours.

Pour les cinq premières JS2 R les tours s’enchainent dans l’ordre de départ de la grille, #74, #17, #30, #38, #66, sur une piste devenue particulièrement piégeuse. L’arrêt obligatoire aux stands à mi-course n’apporte pas de changement notoire.

Les conditions de piste ne s’améliorent pas, mais Claude Dégremont à bord de la #30, en pilote bronze aguerri aux conditions difficiles, réussit à surprendre Nerses Isakyaan sur la #17 d’Arctic Energy et à lui ravir la deuxième place. Il terminera à un peu plus de deux secondes du vainqueur Sébastien Baud. Une revanche sur le sort pour toute l’équipe CD Sport malchanceuse depuis le début du championnat, et victime d’une casse mécanique lors d’un contact au cours de la course 1.

La #69 de M Racing aux mains de Laurent Millara rentre définitivement au stand à une vingtaine de minutes de la fin, aux prises avec des problèmes d’essuie-glaces qui rendaient la poursuite de la course beaucoup trop risquée. Il ne sera pas classé.

L’aquaplaning qui s’est installé sur la piste entraine, environ 18 minutes avant la fin, une des deux autres voitures de M Racing, la #86 et son pilote Mathieu Martins, dans la barrière de pneus au virage de Bendor. Plus de peur que de mal pour le pilote, mais une procédure de safety car neutralise la course. Le drapeau rouge qui, à quelques minutes de la fin de la course, vient figer les positions met un terme à cette difficile épreuve.

Mis à part la mainmise de CD Sport sur la deuxième place, les positions du top 6 des essais qualificatifs pour la catégorie JS2 R restent inchangées et les écarts entre les voitures faibles. Preuve que les pilotes ont choisi la prudence. Sébastien Baud, sur la Ligier JS2 R #74 de Cool Racing, remporte sa deuxième victoire de la journée. Il s’installe confortablement en tête du championnat. Derrière la #30 et la #17, au pied du podium, Fabien Michal et Clément Seyler sur la #38 d’HRC, et la #66 de M Racing du duo Bihel.

Deux pénalités pour non-respect du temps de passage minimum dans les stands à l’encontre des voitures de MV2S Racing, la #46 d’Antoine Chapus et la #45 de Victor Shaytar et Mikhaïl Makarovskii, avaient mis les deux JS2 R hors-jeu après l’arrêt aux stands. Elles terminent sept et huit. Alain Grand sur la #11 de TM Evolution ferme la marche.

Cette sixième course de la saison a mis à mal les nerfs des pilotes. Si Mathieu Martins et Ewen Hachez sur la #86 ont joué de malchance, la majorité des voitures sont cependant sorties indemnes de cette épreuve. Espérons que le soleil soit au rendez-vous en Italie pour la quatrième manche les 9 et 10 octobre.

Sébastien Baud, Cool Racing, JS2 R #74, vainqueur de la catégorie JS2 R en Course 1 et 2 : « C’est ma quatrième victoire en Ligier European Series sur ce même circuit mais les deux premières courses de la saison s’étaient déroulées sur le sec. Donc en course 1 on avait gardé des anciens réglages qui avaient super bien marché et en course 2, tout nouveau pour tout le monde, la pluie. J’adore tout ce qui est glisse, mais c’est une voiture que je ne connaissais pas sous la pluie donc c’était assez fun ! On s’est bien bagarré avec mes adversaires. On était quatre à se battre pour la victoire en course 1. J’ai pris la première place dès le début de la course. Pareil en course 2 je suis parti en pole position pour ne plus rien lâcher jusqu’à la fin et conserver un écart avec le second. Le but pour moi c’est de reproduire les mêmes résultats en Italie et au Portugal pour aller chercher le championnat ! »

Andrea Dromedari, HP Racing Team, JS P4 #50, vainqueur de la catégorie JS P4 en Course 1 et 2 : « Les conditions de course étaient très difficiles aujourd’hui. Aussi pour moi c’était très important de ne prendre aucun risque et de terminer la course. Le but c’était avant tout de prendre des points au championnat. Maintenant je vais attendre le retour des autres concurrents en Italie pour me battre avec eux à Monza le mois prochain. C’est ma priorité, gagner chez moi, en Italie ! »

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*