Dakar: Le plus dur, revenir à la réalité !

Ce Dakar 2020, le premier en Arabie Saoudite en a scotché plus d’un ! Bien sûr que l’enjeu de la course a mobilisé tous les esprits mais devant les paysages découverts, les concurrents en sont restés pantois !

Ce fut une première édition du chapitre 3 extrêmement révélateur pour les futures éditions. ASO ayant signé avec ce pays pour cinq ans, les quatre prochaines vont être porteuses de nouveautés, de modifications, d’extension… car, toutes les remarques valides sont inscrites sur le cahier de David Castera, il ne s’en sépare jamais et y réfléchit afin de répondre aux attentes des ‘clients’.

La caravane du Dakar est rentrée ! Seul le matériel vogue vers Marseille, port de départ, port où les machines seront remises dans quelques jours à leur propriétaire. Les concurrents – du moins les amateurs – ont repris le chemin du boulot avec des images plein les yeux et des souvenirs plein le cœur ! « Difficile de revenir aux réalités de la vie ! » confiait François encore imprégné par ce qu’il a vécu durant les 12 jours de course mais aussi en amont de l’édition. « Maintenant, il faut plonger dans le quotidien. Ce n’est pas facile en particulier quand on a vécu ce que l’on a vécu ! Plusieurs jours, voire semaines et même mois vont être nécessaire avant de tourner la page… » Mais, arrivera-t-il à la tourner réellement ? Car, dans un coin de sa tête, l’édition 2021 est en cap.

« Quand on part sur un rallye-raid aussi charismatique que le Dakar, je comprends maintenant pourquoi mes aînés nous rabattaient les oreilles par cette épreuve… J’en parle déjà sans arrêt et si, je retrace les douze jours de course, la vie en bivouac, les rencontres, les partages… j’en ai jusqu’au prochain départ, je le planifie déjà ! »

Le Dakar laisse des traces, grandit l’homme qui s’est surpassé durant deux semaines pour parvenir à son objectif : franchir la ligne d’arrivée. La moitié du plateau y est parvenu grâce à la nouveauté instaurée par David Castera, le Dakar Expérience qui ne jette plus les infortunés à la rue mais, leur donne la possibilité de poursuivre l’aventure sans figurer au classement pour parfaire leur expérience et revenir plus fort !

Marie-France Estenave

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*