Grand Prix de Pau, un avenir rempli d’interrogations !

F.Bayrou entouré des organisateurs © N.Sabatier

L’édition 2019 du Grand Prix de Pau 78ème du nom a été présentée à la mairie. D’emblée, François Bayrou a pris la parole, assurant qu’il s’agissait d’un « événement qui a une place importante dans la vie de la cité, sportive et événementielle ». 

 

Avant d’ouvrir la porte à des changements dans les années à venir. « C’est l’un des seuls circuits en ville de France, donc ça demande beaucoup d’aménagements chaque année. Nous avons fait des efforts économiques et d’organisation conséquents pour cette édition 2019. Au fil des années, le Grand Prix historique est devenu une part emblématique de l’événement et elle doit être développée à l’avenir. C’est tout un travail que nous menons ».

Et le maire de Pau de préciser : « Nous essayons de trouver un équilibre nouveau pour le Grand Prix. On est dans une période de mutation mais nous avons des ambitions : que le Grand Prix rayonne davantage et qu’il coûte moins à la ville. »

Pour le GP moderne, qui se déroulera du 17 au 19 mai, l’Euroformula Open servira de course support. Elle réunira 21 pilotes de 16 nationalités et 9 équipes, dont MotorPark, pépinière de l’écurie RedBull, présente en Formule 1. Les deux autres grosses épreuves de ce premier week-end seront les championnats de France de FFSA GT4 et de F4.

En Euroformula Open, le Français Pierre-Louis Chovet portera tous les espoirs tricolores sur ses épaules. En Formule 4, panel de minots tous bourrés de bon sens sur le plan trajectoire nécessaire à Pau.

Les Legends Car Cup, pour laquelle courront trois Béarnais, passe du GP historique au moderne, symbolique de ce rapprochement désiré entre les deux fins de semaine consacrées au sport automobile à Pau. La Twin’Cup verra elle s’affronter des dizaines de concurrents, dont une trentaine inscrits dans la Coupe Adour Océan, réservée aux locaux de l’étape. Tous seront en piste au profit d’associations du coin. Sans oublier les Funyo avec un plateau d’une trentaine de protos qui, pour leur première venue dans la Cité, ont demandé un départ lancé et non arrêté afin d’éviter un embouteillage voire un empilage au virage de la gare.

Enfin, cette 78ème édition sera un régal pour les yeux des amateurs de Porsche. Une vingtaine de bolides sera en course au sein de la Ferdinand Cup. Une centaine d’autres défilera en ville lors de parades.

Les 25 et 26 mai, le Grand Prix historique prendra le relais. Au menu, deux plateaux de F1 anciennes et des hommages à Jim Clark et Juan Manuel Fangio. A retrouver également, 500 voitures de collection au parc Beaumont mais aussi deux motos de collection, ainsi que de nombreuses animations autour de miniatures.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*