Dakar/H.Rodrigues: « Cette fois, c’est notre année ! »

Kevin Benavides et Paulo Gonçalves © DR

A l’heure des derniers pronostics avant le départ, on s’interroge dans les allées des ‘vérifs’ sur la capacité de l’écurie Honda à détrôner KTM de la plus haute marche du podium, qu’elle occupe depuis 17 éditions consécutives. 

 

Le groupe actuel réunit deux anciens vice-champions, Paulo Gonçalves (2015) et Kevin Benavides (2018), associés à Joan Barreda, le plus gros collectionneur de spéciales en activité dans la catégorie (22 étapes), soutenus par le très prometteur chilien Jose Ignacio Cornejo dit ‘Nacho’ (10ème en 2018) et par Ricky Brabec (9ème en 2016).

Afin de réussir son pari et de gravir la dernière marche du podium, la marque japonaise a renforcé son organisation en recrutant notamment deux anciens pilotes portugais, Ruben Faria et Helder Rodrigues, pour faire bénéficier le groupe de leur expérience. « Jusqu’à présent, il y a toujours eu de toutes petites erreurs qui n’ont jamais permis à Honda de s’imposer », explique ce dernier, recruté comme conseiller spécial pour les pilotes. « Cela concerne aussi bien des fautes de pilotage ou de navigation sur la piste que des erreurs dans la structure de l’équipe, ils ont donc souhaité aller encore plus loin dans le professionnalisme et soigner tous les détails. »

Bien qu’il n’ait pas en sa possession la formule infaillible du succès, Helder peut toutefois lister les qualités et les (maigres) défauts de ses trois pilotes de pointe.
Kevin Benavides ? « Il est extrêmement rapide et c’est un très gros travailleur donc il a aussi progressé en navigation. Il faut qu’il roule devant. Il est simplement un peu jeune et manque un peu d’expérience. »
Joan Barreda ? « C’est un pilote d’expérience, j’ai beaucoup roulé avec lui. C’est évidemment un vainqueur en puissance, qui aurait même déjà dû gagner. Son seul problème, c’est qu’il n’a pas eu de chance jusqu’ici. »
Paulo Gonçalves ? « Il est capable d’être très fort en principe, mais il sera peut-être diminué par sa très récente opération après s’être blessé à la rate. »
Helder Rodrigues ne veut pas exclure de la liste Ricky Brabec, « qui pourrait être la surprise du Dakar » (il a terminé 3ème au Rallye du Maroc), et n’envisage surtout aucune autre perspective que la victoire d’un pilote Honda le 17 janvier à Lima : « Cette fois-ci, c’est notre année ! »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*