Dakar Simon Marcic: A chaque jour suffit sa panne !

Simon Marcic © DR

Pour sa deuxième tentative sur le Dakar, Simon Marcic vit une véritable épreuve, au premier sens du terme. Encore 4  étapes pour monter sur le podium d’arrivée à Cordoba… mais combien de galères?

Il est rentré dans un engrenage dont on sort rarement victorieux, jamais indemne !

Depuis la deuxième étape, Simon Marcic collectionne les pépins mécaniques, auxquels se sont ajoutés des erreurs monumentales de navigation… et maintenant une fatigue extrême.

En achevant la séquence péruvienne du rallye, le Slovène commençait déjà à se poser de sérieuses questions sur son avenir dans la course : « Il faut au moins un peu de chance pour terminer le Dakar. Moi, je n’en ai pas. »

L’année dernière, il avait déjà connu une cruelle désillusion en se faisant renverser par Stéphane Peterhansel, à quelques jours de l’arrivée. ‘Monsieur Dakar’ a ensuite personnellement aidé Simon afin qu’il puisse retenter le coup sur l’édition 2018. Mais cette fois-ci, l’inventaire de ses pannes est encore plus long qu’un cordon de dunes du désert de Tanaka : « J’ai cassé la chaîne, puis la batterie m’a lâché, puis le joint entre le carburateur et le moteur a rompu, et l’alimentation de l’Iritrack s’est coupée. J’ai aussi eu à deux reprises des problèmes avec mes phares, et aujourd’hui c’est le frein de ma roue arrière qu’il faut que je répare ainsi que mon guidon qui ne tient plus. Il n’y a plus que le bonhomme qui fonctionne… mais plus très bien ! »

Pour pimenter la partie, Marcic est engagé avec les ‘Original by Motul’ et passe donc une bonne partie de ses nuits à mécaniquer. « Mais chaque jour, j’ai l’impression que l’étape est plus dure que la précédente… je ne sais pas à quoi m’attendre demain. » Certainement pas à une journée plus calme.

Aujourd’hui, c’est Fiambala !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*