Dakar/Sunderland: « 10 gars sont capables de gagner »

Sam Sunderland

Sam Sunderland a finalement mis fin à des années de frustration en remportant une victoire historique à moto au Dakar 2017, devenant ainsi le premier vainqueur anglais du plus célèbre rallye du monde.

Les trois précédents essais du pilote de 28 ans se sont tous soldés par un abandon, que ce soit dû à un ennui mécanique (2012, 2014) ou à une chute (2015). Mais il a réussi l’année dernière à se sortir de toutes les galères pour terminer avec 32 minutes d’avance sur son coéquipier chez Red Bull KTM Factory Matthias Walkner.

Né à Southampton, Sunderland a grandi à Poole et découvert le motocross à l’âge de sept ans. Mais ce n’est qu’à 19 ans que les choses ont réellement évolué, quand il est allé vivre chez son oncle et sa tante à Dubaï et a commencé à courir dans des courses de Baja locales, « juste pour le fun ». Le reste est dans l’histoire et en signant pour Honda en 2011 et KTM en 2014 il est resté basé aux Émirats Arabes Unis jusqu’à aujourd’hui, où il est devenu l’un des pilotes les plus talentueux au monde dans le désert. Après le Dakar 2017, il s’est imposé à Abu Dhabi et au Qatar, mais après avoir subi de fortes pluies au Maroc et ‘noyé la moto’, il a dû se contenter de la cinquième place au championnat du monde des Rallyes. Il se concentre désormais sur la défense de son titre au Dakar, au guidon de la toute nouvelle KTM 450 Rally, même s’il s’attend à une rude opposition.

« C’est sympa de voir la passion dans leurs yeux. Ils sont heureux de ce que vous avez accompli. Je suis allé à Goodwood cette année et Mark Webber (ex-pilote de F1 et de Porsche en Endurance) est venu me féliciter ! Ces petites choses sont vraiment agréables.
« Maintenant, je dois juste m’y remettre. C’est dans la nature humaine d’en vouloir plus ! Vous ne pouvez pas vous reposez, vous devez y aller et vous battre. Ce qui s’est passé au Maroc est frustrant et lamentable, ce fut une grosse déception, mais tout va bien. La nouvelle moto est incroyable, avec une meilleure sécurité et maniabilité, c’est un gros pas en avant pour nous. J’ai vraiment hâte d’y aller. Pour moi, il y a certainement 10 gars qui peuvent gagner le Dakar, 10 gars que je considère comme une grande menace. Mais c’est bien, cela rend la course encore plus intéressante. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*