La F1 s’ouvre aux leaders Clio Cup France à Budapest

© DR

Les trois pilotes en tête des classements généraux, Gentlemen et Junior de la Clio Cup France 2017 à l’issue de l’épreuve de Spa ont été invités à profiter de leur récompense de mi-saison dans le cadre exceptionnel du paddock de la Formule 1.

Un weekend chargé en activités et découvertes pour Benoit Castagné, Mickaël Carrée et Dorian Guldenfelds qui ont pu vivre de l’intérieur ce Grand Prix de Formule 1 !

 

8h30, Entrée du paddock.
Nos badges bipent contre les portiques d’accès et les tourniquets nous laissent passer. Ca y est, nous sommes dans l’un des
endroits les plus exclusifs du sport automobile : le paddock F1.
À droite, les remorques de support technique parfaitement alignés. À gauche, des motorhomes de deux voir trois étages
s’enchainent jusqu’au bout du paddock. On peut lire sur chacun d’entre eux les noms d’écuries qui nous font rêver depuis
l’enfance : Ferrari, McLaren, Mercedes… et naturellement Renault Sport F1 Team, notre QG pour les deux jours à venir.
Le temps de découvrir les installations et de savourer un café, nous partons rejoindre l’endroit le plus inaccessible d’un
paddock, le garage d’une écurie de F1.
Nous sommes accueillis dans le garage de Renault Sport Formula One Team pour découvrir l’atmosphère studieuse qui y règne
alors que l’équipe se prépare pour la séance d’Essais Libres 3.
Casques radio sur les oreilles, nous observons et écoutons attentivement les échanges entre ingénieurs et pilotes, juste
avant de rejoindre la piste. Du démarrage à l’entrée en piste, la quantité d’info analysée par l’équipe est impressionnante.

Nous retournons ensuite dans le paddock pour déjeuner. Le cuisinier italien de l’ Hospitality Renault Sport Formula One Team
bénéficie d’une excellente réputation dans le paddock et nous voyons de nombreuses personnes extérieures à Renault (surtout
journalistes), franchir la porte pour y déjeuner.
Une fois remis de nos émotions de la matinée, nous parcourons la Pit Lane avant la séance de qualification, où toutes les F1 du
plateau s’offrent à nous. Nous en profitons pour fausser compagnie à nos hôtes et rendre rapidement visite au garage de Red Bull Racing. De retour vers le box du Renault Sport Formula One Team pour suivre la séance de qualification, nous croisons le
pilote de réserve de Renault Sergey SIROTKIN.
Côté piste, le feu passe au vert et les deux F1 quittent le garage pour tenter de passer en Q2 puis en Q3, pendant que l’on profite des casques radio pour écouter les échanges entre Nico, Jolyon et les ingénieurs sur le Pit Wall. Malgré la pression des
qualifications, Nico prend le temps de discuter avec nous en sortant de sa voiture.

Dimanche, 8h00.
La journée commence ‘pedal to the metal’ avec un sprint jusqu’au circuit pour arriver à temps et accéder à la grille de départ de la Course 2 de Formula 2. Visiter la grille est une opportunité à ne pas rater, mais le trafic pour accéder au circuit est surchargé dés le matin. Heureusement, notre pass nous donne accès à une file réservée sur l’autoroute et la mission est vite accomplie. Une fois la grille évacuée, nous partons suivre la course en tribune.
Ensuite, c’est un des moments forts de la journée qui nous attend: la rencontre avec l’autre pilote du Renault Sport Formula
One Team, Jolyon Palmer. C’est l’occasion d’avoir sur son avis sur la Clio Cup, qu’il connait bien !
C’est incroyable de voir comme les deux pilotes sont accessibles alors que nous sommes à quelques heures de la course !
Ensuite, direction le bord de piste, depuis le paddock, pour assister à la course de Porsche Supercup.
Après un bref retour à l’Hospitality pour déjeuner, nous allons vite suivre les préparatifs du Grand Prix depuis la Pit Lane. Parade des pilotes, présentation de la grille de départ,… Nous sentons la pression monter au fur et à mesure que l’heure du départ
s’approche. Derrière le spectacle, les enjeux sont énormes…
Nous suivons le départ de la course du paddock, avec une vue imprenable sur le virage n°2, avant de rejoindre le garage de
l’équipe pour vivre de l’intérieur, casques sur les oreilles, ce Grand Prix de Hongrie. C’était également l’occasion de croiser les pilotes de Formula 2 Oliver Rowland et Nicholas Lafiti ou encore le pilote de l’Eurocup Formula Renault Max Fewtrell, membre de la Renault Sport Academy, avec nous dans le garage.
Une fois le drapeau à damier brandi, nous nous dirigeons vers le podium pour célébrer les vainqueurs, au son des ‘Toreadores’,
l’hymne de la victoire en F1. Ce podium marque la fin de cette journée et de ce weekend exceptionnel au coeur du Renault Sport
Formula One Team.

Vivement 2018 !

La parole aux pilotes
Qu’est ce qui vous a le plus marqué au cours de ce weekend d’immersion en Formule 1 ?
Dorian Guldenfelds : Les infrastructures mises en place par les écuries de Formule 1. La taille et la qualité desmotorhomes sont vraiment impressionnantes. Il y a évidemment les voitures qui sont fantastiques également et l’ambiance qui règne dans le paddock est tout simplement féérique.

Qu’avez-vous retenu de vos échanges avec Nico Hulkenberg et Jolyon Palmer ?
Mickaël Carrée : Nous avons discuté de l’expérience de Jolyon au volant de la Clio Cup, et du fait qu’il la trouvait difficile à pousser à la limite! C’était sympa de recueillir le ressenti d’un pilote F1 à propos de notre Clio.
Benoît Castagné : Ce qui m’a frappé c’est leur capacité à passer très rapidement d’une attitude relâchée, pour échanger avec les
invités, à un état de concentration extrême juste avant de monter dans la voiture.

Un dernier mot pour qualifier ce weekend ?
Mickaël Carrée : Magique !
Dorian Guldenfelds : Féérique !
Benoit Castagné : Enrichissant !

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*