WEC Spa: Les ‘hauts et les bas’ du circuit vus par Porsche

© DR

Après avoir terminé la manche d’ouverture 2017 à Silverstone en deuxième et troisième positions le 16 avril dernier, Porsche rallie les Ardennes belges en tant que leader du classement provisoire des constructeurs du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC).

 

Après avoir terminé la manche d’ouverture 2017 à Silverstone en deuxième et troisième positions le 16 avril dernier, Porsche rallie les Ardennes belges en tant que leader du classement provisoire des constructeurs du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC).

Les deux 919 Hybrid du Porsche LMP Team rouleront à Spa avec une spécification aérodynamique à faible appui, comme le précise le Team Principal Andreas Seidl :
« Les exigences du toboggan de Spa sont tellement variées qu’on doit en permanence trouver des compromis. Il faut à la fois des réglages pour les longues portions où on roule à fond, mais aussi – et simultanément – d’autres permettant aux pilotes d’avoir une bonne tenue de route dans la portion centrale sinueuse.
« En ce qui concerne l’aérodynamique, le règlement offre moins de flexibilité qu’en 2016, mais pour moi, la 919 Hybrid est bien armée de ce point de vue. En termes de fiabilité et de travail d’équipe, la course de Silverstone a été impeccable. Maintenant, il nous faut produire une autre performance aussi parfaite à Spa. »

Quant aux pilotes, ils ne cachent pas leur enthousiasme à propos de Spa, de leurs portions favorites du circuit et des défis qu’il leur impose.

Neel Jani (Porsche 919 Hybrid #1) : « Je pense que nous pouvons nous attendre à de belles choses à Spa. Notre performance de Silverstone était très encourageante, compte tenu du fait que nous courions en configuration aérodynamique Le Mans. A Spa, celle-ci conviendra bien aux longues portions à grande vitesse des secteurs 1 et 3. Pour le secteur 2, qui est sinueux, un appui plus important serait le mieux, mais il faudra voir combien nous perdrons par rapport à nos concurrents. L’autre aspect important, c’est la météo : en cas de grosse pluie, je pense que Toyota sera devant. »

André Lotterer (Porsche 919 Hybrid #1) : « Pour moi, Spa est comme une course à la maison. Dès l’âge de trois ans, j’ai grandi tout près, et par la suite nous avions un atelier de kart près du circuit. C’est l’un des plus beaux au monde, dans un décor magnifique. J’aime chaque centimètre carré de ce tracé. Il faut un gros cœur pour prendre l’Eau Rouge à fond. Il faut aussi gérer le dépassement de manière tactique, et devoir lever le pied tôt afin d’éviter de perdre le sillage dans la montée et la ligne droite de Kemmel. La Belgique est un pays relativement petit, mais on y trouve énormément de passionnés de sport automobile. J’ai hâte de courir là-bas pour la première fois avec Porsche. »

Nick Tandy (Porsche 919 Hybrid #1) : « Je me souviens très bien de ma première course avec la 919 Hybrid, c’était précisément à Spa en 2015. Ce tracé convient très bien à nos voitures très performantes. Pour moi, les portions les plus amusantes sont la section sinueuse, mais j’aime également beaucoup le dernier secteur, lorsqu’on est à grande vitesse et qu’il faut gérer les bosses avant la chicane de l’Arrêt de Bus, qui est très serrée. C’est un endroit où un pilote ayant effectué un bon travail de mise au point avec les ingénieurs peut faire la différence. En ce qui concerne nos concurrents, je pense que nous pouvons être très confiants après Silverstone, et ce sera intéressant de voir les Toyota en piste si elles courent dans une configuration différente. »

Earl Bamber (Porsche 919 Hybrid #2) : « Spa est l’un des seuls circuits sur lequel j’ai une certaine expérience de la 919 Hybrid. Avant la course de 2015, alors que j’étais dans le simulateur de Porsche à Weissach, j’avais été surpris de la vitesse à laquelle je pouvais franchir l’Eau Rouge, et le faire ensuite en conditions réelles s’était révélé très impressionnant. Ce circuit est très spécial et je suis sûr qu’une configuration aérodynamique à faible appui conviendra beaucoup mieux à Spa qu’à Silverstone. »

Timo Bernhard (Porsche 919 Hybrid #2) : « Avec le Nürburgring, Spa est en quelque sorte pour moi une autre course à domicile. Il est situé à seulement 200 kilomètres de chez moi, c’est un tracé splendide, naturel et unique. Réussir un bon tour dans un prototype des 24 Heures du Mans est extrêmement gratifiant car ce tracé est loin d’être facile. On y trouve des virages rapides et lents qui s’enchaînent magnifiquement. J’ai vraiment craqué pour ce circuit lorsque j’y ai terminé sixième en 1998 d’un gros plateau du Championnat d’Europe de Formule Ford. J’ai aussi disputé à trois reprises les 24 Heures de Spa. Mais pour l’instant, mon histoire d’amour avec ce circuit est plutôt à sens unique, car j’y ai souvent mené mais jamais gagné. Et je veux que ça change en 2017. »

Brendon Hartley (Porsche 919 Hybrid #2) : « Nous avons fait une grosse performance collective à Silverstone et nous pouvons en être fiers, mais il nous a manqué six secondes pour la victoire. Nous travaillerons extrêmement dur pour grimper sur la plus haute marche du podium à Spa. Nous nous attendons une fois encore à une énorme bagarre, mais nous arriverons à Spa en confiance. »

Fiona Miller,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*