Michelin règlement: Uune évolution pertinente et nécessaire

© DR

La Fédération Internationale de l’Automobile et l’Automobile Club de l’Ouest ont fait le choix de la stabilité pour la réglementation technique 2017 du Championnat du Monde d’Endurance. Une garantie d’accessibilité pour d’éventuels nouveaux entrants en LM P1, la catégorie reine, ainsi qu’une pause bien méritée pour Porsche et Toyota qui ont énormément investi dans le développement de technologies d’avant-garde au cours des dernières saisons.

 

Mais ce n’est pas pour autant que les constructeurs, tout comme Michelin, ont arrêté leurs développements. En effet, la réduction d’un tiers de la quantité de pneumatiques attribués aux équipes pour les qualifications et la course représente un point clé de la saison 2017, qui a demandé une importante préparation durant l’intersaison.

La réduction de 6 à 4 trains de pneus pour les qualifications et la course (sauf les 24 Heures du Mans) constitue l’une des évolutions phares de la réglementation 2017 pour les catégories LM P1 et LM GTE Pro. Aucune dérogation n’est prévue selon la sévérité du circuit.

Fortement souhaitée par la FIA et longuement débattue en Commission Endurance la mesure, saluée par Michelin, impose une gestion des pneus encore plus pointue aux équipes. En 2017, il sera donc indispensable d’établir des stratégies de double relais lors de courses de six heures. Le choix des pneumatiques selon leur fenêtre d’utilisation, le style de pilotage et les réglages de la voiture sera primordial.

Les pneumatiques se positionnent ainsi encore plus au coeur d’une discipline, l’Endurance, qui impose aux équipages de développer de la façon la plus constante possible la meilleure performance, sur une durée minimale de six heures. Les pneumatiques vont contribuer davantage au spectacle et la bonne stratégie permettra à celui qui la mettra en oeuvre de prendre de l’avance sur ses adversaires.

En approuvant cette mesure, la Commission Endurance de la FIA a concrétisé une volonté qui va bien au-delà de l’augmentation de la notion de spectacle. Cette réduction de la quantité de pneumatiques s’inscrit pleinement dans une stratégie d’efficacité. Il s’agit d’une vision qui constitue l’élément fondateur même du règlement qui s’est ouvert il y a quatre ans déjà aux prototypes hybrides. La performance de ces machines hautement technologiques repose sur la gestion la plus efficace possible d’une quantité d’énergie donnée pour boucler chaque tour de circuit.

La gestion efficiente des matières premières et des énergies, ainsi que la réduction des émissions de CO2, sont des impératifs qui s’inscrivent dans une logique de mobilité durable et de respect de l’environnement. Mais il faut pour cela pouvoir disposer des technologies permettant d’obtenir plus, à partir d’une moindre consommation de ressources.

Selon Michelin, une réglementation technique pertinente est celle qui incite l’ensemble des acteurs de la discipline à investir sur l’efficacité. Les innovations développées sur les circuits doivent pouvoir se transférer à la mobilité quotidienne en opérant ainsi un progrès pour le plus le grand nombre. Cela est précisément le cas de cette réduction du nombre de pneus en FIA WEC.

Pour répondre aux exigences de performance et de constance de ses partenaires, Michelin a investi dans le développement de solutions nouvelles : des technologies permettant d’augmenter la longévité des pneumatiques, sans impact négatif sur la performance. Un progrès pour ses partenaires aujourd’hui, une avancée pour l’ensemble des automobilistes demain.

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*