Désert Challenge SS1: Al-Attiyah et Sunderland meneurs

Sam Sunderland © DR

– Le Polonais Wisniewski en tête des quads ; Al-Qassimi d’Abu Dhabi deuxième en autos.

– Le Kazakh Abykayev hors course après un grave accident ; Boyter abandonne, Solokha à l’arrêt. 

Le Qatari Nasser Saleh Al-Attiyah et le pilote basé à Dubaï Sam Sunderland ont augmenté leur avance dans les catégories autos et motos en s’imposant dimanche au terme des 276,59 km du premier secteur chronométré de l’Abou Dhabi Desert Challenge.

PARRAINÉ PAR NISSAN
L’étape s’est élancée à l’est d’Arjan, au sud d’Abou Dhabi, pour s’achever au complexe hôtelier du désert de Qasr Al-Sarab. Dernier à partir, Sunderland, dernier vainqueur du Dakar, a décroché la victoire pour trois secondes à peine et possède désormais une avance minime de 5 sec 7 sur l’Husqvarna du Chilien Pablo Quintanilla, champion du monde FIM des rallyes tout-terrain en titre.

« C’était bien d’avoir gagné l’étape d’hier et d’avoir le choix pour s’élancer, car cette course est assez stratégique, a déclaré Sam Sunderland. C’était une grosse journée, vraiment dure et il a fallu beaucoup attaquer. Partir le dernier et finir en tête, ce n’est pas facile. Ici, le désert est vraiment imprévisible. Il a plu ces dernières semaines et j’ai perdu le carénage avant (de la moto) dans le sable dans des dunes molles et j’ai dû freiner à quelques reprises. C’était un peu stressant, mais la moto marche bien. Mais à chaque jour suffit sa peine. Évidemment, en partant le premier demain, je vais perdre du temps, mais on verra bien. »

Comme l’a confirmé Quintanilla, « l’étape était vraiment difficile. Je suis revenu de l’arrière avec Sam. J’ai vraiment roulé vite et pendant un moment, j’étais devant. Mais c’était une belle étape. Il était important que je revienne fort après mon accident du Dakar et que je retrouve la confiance. »

Le Koweïtien Mohammed Jaffar et le pilote d’Abou Dhabi Mohammed Al-Balooshi, tous deux sur KTM, ont rallié l’arrivée respectivement en huitième et neuvième positions.

Dans la catégorie autos, Al-Attiyah a vogué vers la victoire avec son Toyota Hilux Overdrive Racing et il mène désormais l’épreuve avec 11 min 35 sec 1 d’avance sur Sheikh Khalid Al-Qassimi d’Abou Dhabi Racing.

« Ce n’était pas facile aujourd’hui, a indiqué Al-Attiyah, mais nous étions bien placés au départ, en sixième position. Nous avons attaqué durant les 70 premiers kilomètres pour doubler tout le monde et creuser un gros écart. Nous n’avons connu aucun problème. Tout fonctionne à merveille et notre Toyota est bien. Il faisait cependant très chaud et dans l’habitacle, il faisait 52° ! Nous avons essayé de boire de l’eau et des liquides énergisants. Maintenant, on peut voir venir. »

Le Russe Vladimir Vasilyev a terminé troisième au volant de sa Mini All4 Racing X-raid, le Tchèque Miroslav Zapletal quatrième et son compatriote Martin Prokop a fait forte impression avec sa Ford en signant le cinquième chrono. Derrière lui, l’Italien Eugenio Amos a pris une surprenante sixième place dans les classements officieux.

Dans la catégorie quads, l’avance de Fahad Al-Musallam a fondu comme neige dans le désert si bien que le Koweïtien ne figurait plus parmi les cinq premiers au terme d’une spéciale remporté par le Polonais Kamil Wisniewski devant le Guatémaltèque Rodolfo Schippers. L’italienne Camelia Liparoti a fait fort en prenant la troisième place.

« La première étape n’est jamais été facile et nous en avons eu confirmation aujourd’hui, a souligné Mohammed Ben Sulayem, fondateur de l’épreuve et président de l’ATCUAE. Mais elle permet aux concurrents de s’acclimater à la chaleur et aux conditions avant d’attaquer des sections de dunes plus longues dans les prochains jours. »

Le Saoudien Yasir Saeidan reste de son côté sur un goût d’inachevé dans la catégorie T2, après avoir manqué le titre l’an dernier, et il a attaqué sa campagne de l’Abou Desert Challenge 2017 en trombe, passant en tête des T2 lors des premiers CP.

En revanche, les projets ambitieux en catégorie T2 du pilote local Mansoor Al-Helai ont connu un sérieux contretemps, puisqu’il s’est arrêté avant le premier CP. Dans le même temps, le défi de Marat Abykayev qui visait le podium en T2 s’est interrompu brutalement, puisque le Toyota Land Cruiser du Kazakh a été gravement accidenté en début de spéciale et son copilote Andrey Chipenko a été blessé. Victime d’une blessure à la tête, il a dû être hélitreuillé par l’hélicoptère médical et acheminé vers l’hôpital Madinat Zayed. Il était conscient et dans un état stationnaire.

De son côté, Saluki Motorsport a engagé trois modèles de voiture différents pour son fondateur Mark Powell (Buggy), Georgy Gomshiashvili qui réside aux émirats (Predator X185) et le débutant Omani Abdullah Al-Zubair (Nissan Patrol). Les expérimentés gallois Quin Evans, russe Nikita Abramov et l’ancienne pilote moto suédoise qui a couru le Dakar Annie Seel ont été chargés de leur navigation. Les trois équipages ont terminé la première journée respectivement aux 33ème, 30ème et 25ème rangs.

L’Abou Dhabi Desert Challenge se déroule sous le patronage de Son Altesse, le Sheikh Hamdan bin Zayed Al-Nahyan, représentant du chef de l’État dans la région d’Al-Dhafra, et bénéficie du soutien précieux de la Région d’Al-Dhafra, de la Ville d’Abou Dhabi, de l’armée des EAU, de la police d’Abou Dhabi, du service national des ambulances, du circuit de Yas Marina, de l’ADNOC (compagnie pétrolière nationale), de l’aviation d’Abou Dhabi, d’Al-Ain Water, du service de gestion des déchets d’Abou Dhabi, des hôtels Rotana et Centro de l’île de Yas, du complexe de Qasr Al-Sarab et du circuit Al-Forsan.

Ça s’est passé également dimanche
Le pilote de quad Fahad Al-Musallam, en tête de sa catégorie sur son Yamaha Raptor 700 R, a eu l’insigne privilège d’être l’ouvreur du premier des cinq secteurs sélectifs. Quant à Sam Sunderland, vainqueur de la super spéciale, il s’est élancé en 39ème et dernière position, alors que le pilote local Al-Balooshi est parti le septième. Jürgen Schröder de South Racing a lancé quant à lui les opérations des autos au volant de son Nissan Navarra. Al-Attiyah et Al-Qassimi ont été respectivement les sixième et septième à prendre le départ de la spéciale.

Le Britannique Alan Boyter a eu le déshonneur d’être le premier à abandonner, peu après le CP1. Légèrement blessé après une chute, le pilote KTM a pris la décision raisonnable de ne pas continuer. Le Kazakhe Kirill Solokha, lui, a été contraint de s’arrêter pour problèmes mécaniques sur son quad alors que Quintanilla menait la course devant Sunderland, Walkner et Gonçalves au deuxième CP. Le pilote émirati Khalid Al-Falaisi a lui aussi concédé beaucoup de temps avant le CP1, victime de problèmes mécaniques avec sa Honda.

Comme il fallait sans doute s’y attendre, Al-Attiyah s’est montré le plus rapide au CP1, devançant de 4 min 31 sec la nouvelle 3008DKR Peugeot d’Al-Qassimi. Il a porté son avance à plus de six minutes et demie au deuxième contrôle de passage pour rallier l’arrivée en 3 h 14 min 17 sec et conserver la tête de l’épreuve avec 11 min 35 sec 1 d’avance au bivouac.

« Les résultats d’aujourd’hui me vont, a déclaré Al-Qassimi. Je voulais être dans les dix premiers. L’étape était difficile, notamment dans les derniers kilomètres où nous sommes tombés sur de petites dunes de sable mou. Mais dans l’ensemble, le résultat est satisfaisant. »

La bagarre entre motards a été bien plus serrée. Sunderland, qui possédait une avance virtuelle de trois secondes sur Quintanilla au CP3, a finalement remporté la spéciale en conservant le même écart pour finir la journée en tête avec 5 sec 7 d’avance au classement général.

Ce lundi, les concurrents vont attaquer les redoutables dunes Rub Al-Khali pour la première fois. L’étape débutera sur la route qui relie Mezaira’a à Madinat Zayed et mettra le cap à l’ouest en direction de deux contrôles de passage, au large de la Ghayathi Road, avant de rejoindre le CP3 près d’Arada. L’arrivée sera jugée près de la dune de Moreb. La spéciale sera longue de 289,39 km alors qu’une liaison de 99,69 km conduira les concurrents jusqu’au bivouac.

Classement de la spéciale 1
Cars
1. Nasser Al-Attiyah (QAT)/Matthieu Baumel (FRA) Toyota Hilux Overdrive, 3hr 16min 03.7sec
2. Khalid Al-Qassimi (ARE)/Khaled Al-Kendi (ARE) Peugeot 3008 DKR, 3hr 27min 38.8sec
3. Vladimir Vasilyev (RUS)/Konstantin Zhiltsov (RUS) Mini All4 Racing, 3hr 31min 49.6sec
4. Miroslav Zapletal (CZE)/Marek Sykora (SLO) Hummer H3 Evo VII, 3hr 42min 36.2sec
5. Martin Prokop (CZE)/Jan Tomanek (CZE) Ford F-150 Evo, 3hr 51min 20.1sec
6. Eugenio Amos (ITA)/Rafael Tornabell (ESP) Buggy 2WD, 3hr 56min 00.7sec
7. Khalid Al-Jafla (ARE)/Ahmed Malik (ARE) Chevrolet Silverado, 3hr 56min 55.2sec
8. Mohammed Abu Issa (QAT)/Xavier Panseri (FRA) Mini All4 Racing, 3hr 59min 13.7sec
9. Stephan Schott (DEU)/Andreas Schulz (DEU) Mini All4 Racing, 4hr 04min 52.2sec
10. Khaled Al-Feraihi (SAU)/Ali Hassan Obaid (ARE) Nissan Patrol, 4hr 16min 48.3sec

Bikes
1. Sam Sunderland (GBR) KTM 450 Rally Factory, 3hr 31min 09.5sec
2. Pablo Quintanilla (CHI) Husqvarna 450 Rally, 3hr 31min 15.2sec
3. Matthias Walkner (AUT) KTM 450 Rally Factory, 3hr 32min 16.6sec
4. Paolo Gonçalves (PRT) Honda 450 CRF Rally, 3hr 34min 19.8sec
5. Pierre Alexander Renet (FRA) Husqvarna 450 Rally, 3hr 37min 49.3sec
6. Kevin Benavides (ARG) Honda 450 CRF Rally, 3hr 40min 31.5sec
7. Antoine Meo (FRA) KTM 450 Rally Factory, 3hr 51min 13.1sec
8. Mohammed Jaffar (KUW) KTM 450 Rally Replica, 3hr 56min 42.5sec
9. Mohammed Al-Balooshi (ARE) KTM 450 Rally Replica, 4hr 08min 07.7sec
10. David McBride (GBR) KTM 450 Rally Replica, 4hr 14min 05.6sec

Quads
1. Kamal Wisniewski (POL) Yamaha Raptor 700 R, 4hr 45min 51.4sec
2. Rodolfo Schippers (GUA) Yamaha Raptor 700 R, 4hr 46min 45.9sec
3. Khalifa Al-Raeesi (ARE) Honda TRX 700, 4hr 54min 31.8sec
4. Camelia Liparoti (ITA) Yamaha Raptor 700 R, 4hr 55min 18.4sec
5. Maxim Antimirov (KAZ) Honda TRX 700, 4hr 57min 32.4sec
6. Fahad Al-Musallam (KUW) Yamaha Raptor 700R, 5hr 00min 57.2sec

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*