WTCC: Tiago Monteiro sans filtre…

Tiago Monteiro © DR

Membre de longue date de la famille Honda en WTCC, le Portugais est un réel candidat au titre de champion du monde en 2017. Il s’exprime librement sur ses futurs adversaires en piste, et ne cache pas sa joie de revenir à Macao, contrairement à Monza, qui n’a pas sa préférence !

 

– En-dehors des essais privés, comment avez-vous gardé la forme cet hiver ?
Tiago Monteiro : « J’ai profité d’une pause entre Noël et le nouvel an pour rester avec ma famille. C’était bon de recharger les batteries avec les enfants ! Puis, nous avons commencé un programme de rodage des voitures, ainsi que des activités marketing et de relations avec la presse. J’ai traversé l’Europe en janvier. On m’a même demandé de skier pour les besoin d’un shooting photos ! Maintenant mon planning est bien rempli jusqu’à la première course en avril. Quand je regarde mon emploi du temps, le mois de février est surchargé, entre les tests et les rendez-vous médias, c’est du non-stop. En mars il n’y aura pas beaucoup de jours de repos, puis il sera temps de partir au Maroc pour la première manche. »

– Que pensez-vous de l’arrivée de Ryo Michigami, en remplacement de Rob Huff ?
Tiago Monteiro : « Je l’ai rencontré pour la première fois lors d’une séance d’essais. Ce n’est pas à vrai dire une nouveauté car nous connaissons Ryo depuis l’an passé, où il a fait quelques tests et une course avec nous (participation à la manche de Motegi sur une Honda privée). Le départ de Rob n’est pas la différence la plus importante de l’intersaison – sur de nombreuses séances nous n’étions pas ensemble. En tout cas je suis ravi qu’il ait trouvé une opportunité cet hiver (il roulera sur une Citroën C-Élysée ex-officielle pour l’équipe Münnich). Je pense qu’il sera un rival coriace, ça ne fait aucun doute ! »

– Serez-vous présent pour aider Ryo à s’adapter au WTCC ?
Tiago Monteiro : « Bien entendu, nous sommes là pour ça. Je m’en suis chargé cet hiver. Nous l’emmenons vers la compétitivité. Il a le talent et l’expérience requis. Il doit juste apprendre le comportement de la Civic, qui est très différente de ce qu’il avait l’habitude de conduire. Il a déjà prouvé qu’il pouvait apprendre vite et bien. »

– Vous aurez besoin de lui pour le WTCC MAC3, le fameux contre-le-montre par équipes. Que pensez-vous de cet exercice, apparu l’an passé ?
Tiago Monteiro : « Cela a été bien plus amusant que ce à quoi je m’attendais ! L’influence sur le classement aux points était trop faible, mais elle sera changée pour cette année. C’est définitivement une bonne idée. C’est un beau challenge pour les pilotes, intéressant mais assez stressant. Si le spectacle satisfait le public, alors c’est un bon concept et il doit rester au programme. Nous avons besoin de Ryo pour être rapide, je suis confiant. Bien sûr, il y aura quelques nouveaux circuits pour lui, mais ça devrait bien se dérouler ! »

– Macao et Monza de retour au calendrier, vous devez être heureux d’y revenir ? Macao est une seconde course à la maison, étant donné l’influence portugaise des lieux ?
Tiago Monteiro : « Je suis très, très, très content de venir à Macao ! Son absence du championnat était une réelle déception. Comme vous le savez, je me suis tout de même rendu là-bas en novembre dernier (en catégorie TCR International), je ne peux pas m’en passer. Macao mérite d’être inscrit au calendrier du WTCC, et vice-versa. Monza, même si c’est un grand nom du sport auto, n’est pas le circuit le plus excitant au monde. Les courses peuvent l’être, mais ce n’est pas parfait pour le pilotage, avec de longues lignes droites et des gros freinages. Ok, il y a une bonne chicane, mais je ne suis pas un fan de Monza, c’est comme ça. C’est également un peu frustrant de perdre des circuits qui nous convenaient bien : nous avions toujours gagné au Paul Ricard, ainsi qu’au Slovakia Ring et au Moscou Raceway. Mais les choses sont ainsi, il faut s’adapter ! »

– Le WTCC s’arrêtera aussi au Nürburgring, un tracé qui ne vous a pas porté chance l’an passé (un violent accident et un abandon). Avez-vous des craintes avant de revenir sur les lieux de votre accident ?
Tiago Monteiro : « Aucune crainte, mais le Nürburgring est toujours un défi. Immédiatement après l’accident, je suis retourné à ma voiture et les choses s’étaient arrangées. Je n’ai pas eu beaucoup d’accident dans ma carrière. Cela fait partie du jeu, et je remercie Dieu, qui ne m’a pas affecté physiquement ou psychologiquement dans ma vie de pilote. Bien entendu, je penserai toujours à ce crash, mais c’était à un virage où il n’y a pas d’accident sauf avec un ennui mécanique. Revenir à la Nordschleife restera un challenge avec ou sans accident. »

– Si vous n’êtes pas titré en fin de saison, qui le deviendra ?
Tiago Monteiro : « Norbi [Michelisz] sera certainement mon principal adversaire. Il est dans la même équipe, possède la même voiture, et peut se battre pour la couronne. Cependant, je ne doute pas de la présence de Rob et sa Citroën aux avant-postes. Même s’il n’est pas dans un team usine, la voiture est encore plus rapide que nous pour le moment. Matériellement, il a l’avantage, sans aucun doute. Je n’écarte pas Volvo, qui s’est amélioré l’an passé. Cette équipe a travaillé dur, je sais qu’elle a signé de très bons pilotes. Leur staff est entrain d’être renforcé. Je ne peux pas dire comment ils ont planifié leur hiver, mais je suis sûr qu’ils seront présents. Rob et Norbi seront mes grands rivaux, mais il ne faudra pas oublier Volvo. »

– Avez-vous des motifs d’espoir après les premiers essais ?
Tiago Monteiro : « Ça s’annonce très bien. Nous avons de nouveaux éléments sur la voiture, portant sur l’aérodynamique et le compartiment moteur. Le boulot de cet hiver semble porter ses fruits. Il y aura d’autres sessions d’essais avant le coup d’envoi à Marrakech. »

D’après communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*