Ryo Michigami à l’abordage du WTCC

Ryo Michigami © DR

Après des débuts impressionnants dans la catégorie l’an passé, Ryo Michigami s’apprête à disputer sa première saison complète dans la catégorie. Le pilote japonais de 43 ans  revient sur sa préparation hivernale.

 

Quand l’officialisation de votre participation au WTCC a été annoncée, vous aviez expliqué que ce championnat constituait le point culminant de votre carrière ; qu’attendez-vous de la saison ?
Ryo Michigami : « La victoire est toujours l’objectif. Nous redoublerons d’effort pour permettre à Honda d’accéder au titre en 2017. »

– En-dehors du Twin Ring Motegi (circuit situé au Japon), à quel point connaissez-vous les tracés du calendrier ? À quelle vitesse êtes-vous capable d’en apprendre les subtilités ?
Ryo Michigami : « Je vais découvrir la majeure partie des circuits. J’ai néanmoins déjà couru à Monza : j’y ai conduit une Dome LMP1 à moteur Mugen dans le cadre de l’European Le Mans Series en 2004. J’ai aussi participé au Grand Prix F3 de Macao en 1994. Je connais aussi la fameuse Nordschleife du Nürburgring. Au moins, je suis rôdé aux deux pistes les plus difficiles de l’année ! À mon avis, chaque pilote a cette capacité d’apprendre vite les astuces d’un circuit. Le JAS Motorsport dispose d’un excellent simulateur, cela facilite les choses. »

– Le WTCC MAC3 (contre-la-montre par équipes) sera une autre nouveauté à votre programme ; êtes-vous emballé par le concept ou inquiet ?
Ryo Michigami : « Étant donné que je ne connais pas les circuits, cela prendre du temps pour s’adapter à l’exercice. Je n’ai pas participé au MAC3 l’an passé à Motegi, Norbi [Michelisz], Tiago [Monteiro] et Rob Huff étant les pilotes d’usine. Nous mènerons des essais avant le lancement des hostilités. »

– Votre programme d’essais hivernaux a débuté le mois passé au Motorland Aragon. Quels en sont les enseignements ?
Ryo Michigami : « Je ne m’étais pas installé derrière un volant depuis Motegi à l’automne ; mon objectif était  de retrouver mes repères sur cette Civic WTCC, et de bien adapter mon pilotage aux caractéristiques de la voiture. »

– A quels niveaux vos équipiers Norbert Michelisz et Tiago Monteiro ont apporté leur aide ?
Ryo Michigami : « Ils m’ont été très utiles ! Je pouvais dire immédiatement après mon expérience de Motegi qu’ils travaillaient parfaitement ensemble. Aragon était une découverte pour ma part. C’est la raison pour laquelle Norbi m’a emmené faire deux tours de reconnaissance dans une Civic Type R de route. Il m’a indiqué les trajectoires, les points de freinage et d’accélération à ne pas manquer. Tiago est resté un jour et demi pour déverminer la voiture et me faire part de son expérience (Tiago entame sa 11e saison en WTCC), étant donné qu’il fait partie de la structure Honda depuis le tout premier jour ! »

– En raison d’un calendrier mondial, vous passerez beaucoup de temps dans des vols internationaux. Quels sont vos astuces pour gérer le décalage horaire ? Qu’emmenez-vous dans votre valise ?
Ryo Michigami : « Les voyages long-courrier sont le lot des pilotes, et après une vingtaine d’années dasn le milieu, je me suis habitué. Je transporte toujours mon ordinateur ainsi que mon téléphone, afin de garder le contact avec ma famille, mes amies et d’alimenter mes pages sur les réseaux sociaux. Chaque personne qui me supporte via Internet me donne beaucoup d’énergie. »

– La manche nippone du WTCC est légèrement décalée cette saison. Quel message pouvez-vous passer aux fans, qui doivent attendre le 29 octobre prochain ?
Ryo Michigami : « Venez et profitez du spectacle ! Quand l’annonce de mon contrat en Championnat du monde  a été rendue publique, j’ai reçu de nombreux messages de soutien sur Internet. Cela m’a fait chaud au cœur ! Il reste neuf mois avant cette course, mais j’espère faire de mon mieux tout au long de l’année. De cette façon, nous aurons des motifs de nous réjouir lors de la course du Japon. »

– Votre programme WTCC sera-t-il complété d’un autre championnat en 2017 ?
Ryo Michigami : « Je serai totalement focalisé sur le WTCC. Je dois m’habituer à un nouvel environnement : nouvelle voiture, nouveau staff, nouvelles courses. Cependant, lorsque je serai de retour au Japon, je poursuivrai mon travail d’instructeur en chef à l’école de pilotage de Suzuka. Je donnerai également des conseils aux propriétaires de Honda NSX. »

– De nombreux pilotes ont revêtu les couleurs de Honda par le passé. Lequel est selon vous le meilleur ?
Ryo Michigami : « Pour moi, Ayrton Senna domine tous les autres de la tête et des épaules. Je l’ai toujours ressenti comme ça, depuis longtemps. Cet homme était doté d’un charisme et d’un engagement incroyables, son style de vie et son pilotage étaient fantastiques ! »

D’après communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*