Mark Webber prend sa retraite sportive

Mark Webber © DR

A 40 ans, Mark Webber tirera sa révérence à l’issue de la dernière manche de la saison 2016 du Championnat du Monde d’Endurance (WEC) sur le Bahreïn (19 Novembre). Le pilote officiel Porsche, Champion du Monde d’Endurance en titre, deviendra Ambassadeur de la marque et consultant TV.

La 23ème saison de Mark Webber dans le sport automobile sera donc la dernière.

L’Australien, qui a fêté ses 40 ans cette année, va prendre sa retraite sportive une fois la saison de WEC terminée, après les 6 Heures de Bahreïn le 19 novembre. Après douze saisons en F1 chez Minardi, Jaguar, Williams et Red Bull, Mark Webber est devenu pilote Porsche en endurance en 2014, et a été Champion du Monde avec ses équipiers : Timo Bernhard et Brendon Hartley en 2015.

Parmi ses nouvelles tâches, Mark Webber participera à la découverte et à la formation de nouveaux talents, tout en contribuant au programme LM P1 qui lui a permis de devenir champion du monde en 2015 avec ses équipiers Timo Bernhard et Brendon Hartley.

Mark Webber : « J’ai trouvé ma maison. Porsche est la marque que j’ai toujours préféré et qui me correspond le mieux. La 911 est mythique : elle est élégante, performante et, c’est un euphémisme, toujours discrète. C’est tout simplement la voiture idéale en toutes circonstances. La vitesse pure, la charge aéro et la compétition me manqueront, mais je veux partir tant que je suis au sommet et j’ai hâte de m’attaquer à mes nouvelles fonctions. Passer de la Formule 1 au LM P1 fut un vrai changement et une nouvelle expérience, mais c’est arrivé au bon moment pour moi. J’ai découvert que j’aimais partager une voiture. Il existe une alchimie spéciale que je n’oublierai jamais avec Timo (Bernhard) et Brendon (Hartley). Ca me fera bizarre de monter pour la dernière fois dans la voiture à Bahreïn, mais pour le moment, je vais savourer chaque instant lors des dernières courses. »

Cette saison, l’Australien reste sur trois victoires consécutives depuis les 6 Heures du Nürburgring, mais même si mathématiquement, il peut encore défendre sa couronne, avec plus de 50 points de retard sur ses équipiers victorieux au Mans Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb, la tâche s’annonce difficile. Mais rien n’est impossible en endurance… « La vitesse, les sensations et la compétition vont me manquer, mais je veux partir sur une bonne note, et j’ai hâte de prendre mes nouvelles fonctions », a déclaré l’Australien. « Ce sera étrange pour moi de disputer ma dernière course à Bahreïn, mais pour le moment je pense surtout à prendre du plaisir au volant lors de ces dernières épreuves » dont celle de ce week-end à Fuji.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*