6 Heures du Circuit des Amériques : Six pilotes, Six regards

Reprise pour Benoît Tréluyer après son accident en WTT

Ce week-end au Texas, nous sommes allés à la rencontre de six personnalités du paddock du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) 2016 pour en savoir plus sur leurs attentes pour la course qui se déroulera dans la soirée du samedi 17 septembre.

 

Benoît Tréluyer (Audi R18 #7, Audi Sport Team Joest, LMP1) : « Physiquement c’était vraiment parfait, comme si rien ne s’était passé, et j’ai pu conduire normalement. Je n’ai eu aucun souci pour entrer et sortir de l’Audi et c’était très bien.
« Le seul problème a été que je n’ai pas très bien roulé. Il faut que je retrouve le rythme de la compétition.
« La voiture semble aller bien. Nous avons encore besoin de faire un peu de mise au point mais je suis heureux d’être de retour, et je suis prêt pour la course.
« Ca semble être redevenu très serré. Nous avons amélioré la voiture, alors nous espérons pouvoir être devant Porsche cette fois-ci, et nous travaillons vraiment très dur pour ça.
« L’équipe a fait du beau travail entre les deux courses. C’est un laps de temps très court et nous attendons beaucoup, mais tout semble aller bien.
« Nous pouvons encore améliorer la voiture. Ce n’était pas parfait pendant la séance d’essais libres1, mais ce sera une belle bagarre, c’est sûr. »

Anthony Davidson (Toyota TS050 HYBRID #5, Toyota Gazoo Racing, LMP1) : « C’est bon d’être de retour dans la voiture. C’est la même chose que pour Benoît, il s’agit plus de retrouver le rythme que de ressentir l’aspect physique des choses.
« C’est super de revenir sur ce circuit. La voiture offre des sensations différentes par rapport à l’année dernière parce que nous avons fait de gros progrès sur l’ensemble de sa définition.
« Ca change la manière dont on attaque un tour, et c’est également différent dans le trafic.
« Il y a beaucoup à apprendre de la première séance d’essais libres, et il en sera de même lors des séances d’essais suivantes.
« Lorsqu’on n’est pas dans la voiture, la question n’est pas tant la consultation des données que la communication au sein de l’équipe. Il faut voir les choses de l’extérieur, et on perçoit ainsi ce qui peut être amélioré.
« Dans l’ensemble, c’était bien, mais c’était plus frustrant de ne pas conduire la voiture – tout spécialement quand on n’est pas prêt sur le plan physique.
« La douleur aux côtes fait partie de ce qui prend énormément de temps à guérir, et pour être honnête, je la ressens encore. Ce n’est pas parfait, mais on peut piloter quand même.
« Je peux tenir le coup pour le reste du week-end. A Mexico, la douleur était juste un peu trop forte pour conduire, alors j’ai pris la décision de ne pas participer à la course. Je pourrai être ainsi en meilleure forme pour les 6 Heures du Circuit des Amériques, car ici un équipage de trois pilotes est vraiment nécessaire. »

Gustavo Menezes (Alpine A460-Nissan #36, Signatech Alpine, LMP2) : « Cette année, tout s’est vraiment bien passé jusqu’à maintenant. Personne n’aurait pu imaginer ça, et pourtant c’est arrivé.
« De toute évidence, l’équipe a fait un travail fantastique tout au long de cette saison, tout comme mes équipiers Nico (Lapierre, ndlr) et Stéphane (Richelmi, ndlr) :
« Gagner au Mans, remporter trois courses d’affilée et rester dans le rythme de la victoire à Mexico, c’était vraiment super. Maintenant, je cours à domicile et c’est très bien aussi.
« C’est sympathique de pouvoir rouler ici après avoir passé plusieurs années en Formule 3. Je n’ai jamais véritablement eu l’occasion de venir courir aux Etats-Unis.
« C’est super de pouvoir le faire. La voiture est très bien, l’équipe est parfaite et j’ai vraiment adoré ce championnat. Il y a beaucoup de péripéties, de coups de théâtre, c’est formidable. Le fait de pouvoir courir entre plusieurs catégories est fantastique, tout comme le professionnalisme de ce championnat, et je suis vraiment fier d’en faire partie.
« Lorsqu’on dispose d’un aussi grand nombre de points d’avance, il ne faut pas prendre de risques inconsidérés. Mais en même temps, je crois que personne ne change d’état d’esprit en passant en mode « prudence ». Si on se met à penser de la sorte, on court en quelque sorte à reculons.
« Je pense que nous allons y aller à fond comme nous l’avons fait tout au long de la saison.
« Lorsque les risques sont trop importants, c’est à ce moment que l’équipe dit de faire attention et d’avoir une attitude responsable. Mais en même temps, nous sommes ici pour gagner, et c’est ce que nous devons continuer à faire. »

Andy Priaulx (Ford GT #67, Ford Chip Ganassi Racing Team UK, LMGTE Pro) : « Nous avons eu des hauts et des bas. Nous étions assez forts en début de saison et au Mans, nous avons connu un problème de boîte de vitesses juste avant le départ de la course. C’était un vrai coup dur, surtout avec l’attribution doublée de points.
« Nous avions de très bonnes performances à Mexico et c’est dommage de n’avoir pu obtenir un meilleur résultat parce que nous étions suffisamment rapides pour être sur le podium, mais cela ne s’est pas concrétisé.
« En ce moment, je pense que nous allons de l’avant et dans la bonne direction. L’équipe est là où elle doit être et nous avons juste besoin d’un peu de chance.
« S’il n’y avait pas la malchance, il n’y aurait pas de chance non plus.
« Mais le vent va tourner. On ne peut que se concentrer sur le travail et je suis très content de la manière dont les choses se passent ce week-end.
« La voiture semble relativement rapide et nous espérons maintenir cette dynamique jusqu’à samedi et connaître une course exempte de tout souci. »

Ed Brown (Ligier JS P2-Nissan #30, Tequila Patron ESM, LMP2) : « En fait, je suis allé à l’école à Austin, j’adore cet endroit. Il fait un peu plus chaud que le souvenir que j’en ai gardé.
« C’est un circuit qui nous a déjà souri. Sur les trois courses que nous avons disputées ici, nous sommes montés deux fois sur le podium.
« La bataille est rude contre les Oreca mais nous connaissons parfaitement la piste, et la compétition en catégorie LMP2 est vraiment incroyable. Ce fut une grosse bagarre à chaque course et nous sommes impatients de la reprendre.
« La concurrence est incroyable en LMP2, le niveau des équipes et des pilotes, même par rapport à l’année dernière, est vraiment remarquable.
« C’est un grand championnat, les fans devraient apprécier la course qui les attend ce week-end. »

Paul Dalla Lana (Aston Martin Vantage V8 #98, Aston Martin Racing, LMGTE Am) : « Dans le paddock, la compétition est féroce, et vraiment très serrée en catégorie LMGTE Am. Nous connaissons un championnat plutôt difficile – nous avons été écartés des points importants à plusieurs reprises – et cela nous met maintenant quelque peu en retrait dans la course au titre.
« Je pense que ça va rendre les courses à venir plus intéressantes. Nous sommes là pour gagner et l’équipe a déjà connu de beaux résultats ici – avec une victoire en 2014. Ce fut la dernière fois que nous avons été ici sur la plus haute marche, et j’ai gagné également sur le Circuit des Amériques dans les séries Rolex et Continental.
« J’ai la sensation de bien connaître le circuit, mais à chaque fois que l’on prend la piste ici c’est un tracé très dur. C’est une grande combinaison de portions rapides et techniques, mais il semble qu’on ne se retrouve pas toujours au bon moment dans le trafic.
« C’est un circuit intéressant et j’attends la course avec impatience. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*