TT Jean de la Fontaine : Un déplacement payant pour Benoit Bersans et Emma Pierrine

Les têtes d’affiche sont tombées les unes après les autres sur la 4ème manche du Championnat de France des Rallyes tout-terrain, Benoît Bersans et Emma Pierrine ont déjoué les pièges et la fiabilité de leur Buggy a fait le reste.

Benoît Bersans qui effectue la totalité de la saison, s’est déplacé à Soissons malgré le décès de sa grand-mère, Céleste. Réticent pour aller se faire plaisir sur cette manche lointaine, son grand-père Prosper et son père Philippe, l’ont encouragé pour s’y rendre. Porté par la famille restée à Louvie-Juzon (Pyrénées-Atlantiques), le pilote navigué par Emma Pierrine, la fille aînée d’Alain, réalise des étincelles tout en restant sur la défensive et l’a emporté.

Dans la première spéciale, Vincent Poincelet dont c’est le retour dans la discipline (manche à domicile), claque un premier chrono significatif tandis que Benoît Bersans avec deux crevaisons à 1.5 km du damier, concède 4 secondes. Dans la suivante, la hiérarchie bascule. Vincent en tonneaux sort du Fouquet avec quelques courbatures, son navigateur Renald Rémy transporté à l’hôpital souffrant du dos, se voit diagnostiqué la fêlure d’une lombaire.

Bersans-Pierrine prennent la tête jusqu’au dernier secteur, le sixième de ce samedi mais déconcentré, le pilote rentre trop fort dans un bourbier et se voit éjecté vers la droite. Puis, dans l’épingle suivante, se rate… bilan, deux marches arrières furent nécessaires pour se sortir de ces mauvais pas !

Chris Bird leader au soir de l’étape 1 déchanta vite ensuite, trahi par la pompe à essence de son Rivet Ford. C’est donc en ouvreurs que Bersans et Pierrine attaquèrent l’étape dominicale. Sagement, le duo s’élance, Alexandre Thion en profite pour signer les deux scratchs matinaux qui lui permet de rêver à la victoire. Réaction immédiate de Bersans qui considère son plan trop risqué, il monte son rythme d’un cran alors que Thion abandonne dans l’ES9 par la faute d’une tulipe de sa roue.

Un troisième favori quitte la scène alors qu’il reste deux spéciales à disputer. Grégory Vincent, premier chasseur du leader signe le chrono de l’ES10, Bersans pointe 12ème presque comme détaché. Mal connaître le béarnais qui se relance dans la dernière pour clôturer le rallye de façon conquérante en empochant le point bonus offert et en ramenant sa deuxième victoire de la saison après celle d’Arzacq.

Yeux rougis et pochés, des trémolos dans la voix, Benoît Bersans dédie aussitôt cette victoire à sa grand-mère. Le vainqueur a du mal à s’exprimer reconnaissant toutfois : « je pense que sa protection de là-haut a joué un grand rôle durant mon rallye… » Puis, il reprendra ses esprits tirant un bilan positif de ce week-end – loin des siens – mais entouré d’une solide équipe mécanique dont Alain Pierrine : « Quatre crevaisons, de l’inattention en me déconcentrant beaucoup trop et, souhaitant ramener essentiellement des points de cette manche, j’ai mis le paquet quand le besoin s’en faisait sentir. La victoire, j’y ai pensée dimanche matin au départ de l’étape 2. J’ai changé plusieurs fois mon fusil d’épaule au cours des journées parfois, j’ai tout donné et nous avons réussi ! » lui permettant de reprendre la tête du Championnat.

Sur le podium à Soissons, Benoît et Emma étaient entourés de Grégory Vincent-Sébastien Mequinion et de Vincent Foucart-Christelle Perrin. Derrière eux, Justin Birchall sauve l’honneur des britanniques suivent, Joël Chopin-Philippe Prat et Yannick Lonné Peyret-Vincent Marestin récompensés pour avoir effectué ce long déplacement en se classant aux 5ème et 6ème places.

En 2 roues motrices, victoire de l’équipage Grégory Boucher – Romain Brocheton ; en 4×4, la palme revient à Hervé Delondel-Laurent Biblocque et en SSV, Antonio Valente – Baptiste Vasseur ont mené la vie dure à leurs adversaires.

Le rallye du Barétous à la mi-juin – 5ème manche du Championnat de France – permettra à Bersans de retrouver Stéphane Barthe leader après le Gatinais, Jérôme Helin, absents tous deux au Jean de la Fontaine et bien d’autres candidats à la victoire mais aussi, son navigateur attitré Cédric Nicolau retenu jusqu’ici pour des raisons professionnelles.

Marie-France Estenave

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*