36 ans… Le temps passe, l’aventure perdure… On les a tant aimés !

Il y a 36 ans, ce 14 Janvier 1986, disparaissaient Thierry Sabine, le créateur du Paris-Dakar. Mais aussi Daniel Balavoine et leurs compagnons d’infortune: Nathaly Odent (journaliste Journal du Dimanche), François Xavier Bagnoud (pilote) et Jean Paul Le Fur (opérateur radio), tous décédés prés de Gourma-Rahous, au Mali lors de la 8ème édition du Paris-Dakar 1986.

Thierry Sabine avait 36 ans, il a offert l’aventure à ceux qui l’ont suivi et le rêve à ceux qui sont restés dans le froid de Janvier.
Daniel Balavoine avait 33 ans, la poésie de ses textes parlait de liberté, du monde dans lequel il vivait. Ses chansons sont toujours actuelles.

Ils ne sont plus parmi nous mais toutes les générations les connaissent
La 44ème édition du Dakar rallye qui s’achève ce jour en Arabie Saoudite n’a plus rien à voir avec cette époque là. Certains diront qu’il faut évoluer, vivre avec son temps, son époque. Depuis l’an dernier ASO l’organisateur a mis en place une catégorie dite ‘classic’. Plateau exceptionnel pour cette deuxième édition avec pas moins de 120 concurrents. Mais ce n’est pas nouveau mes amis ! Évidemment, on admire la vitrine, elle brille de son éclat malgré qu’elle soit bancale. Mais non, désolé, Dakar est la capitale africaine du Sénégal !

L’Afrique, le berceau de la vie, le berceau des rallyes raids ! La trace de Thierry Sabine perdure, la route du Lac Rose est toujours ouverte grâce aux amis de l’Africa Eco Race de Jean Louis Schlesser et de René Metge, rallye instauré par le regretté Hubert Auriol qui nous a quittés le 10 janvier 2021.

Elle l’est aussi grâce au rallye des Pionniers de Pascal François (l’homme qui a créé la discipline du rallye raid historique) donnant une seconde vie à ces magnifiques engins, leur permettant de reprendre la piste dans un esprit proche des premières années. Vous allez voir que l’avenir a un passé et que le passé a un avenir !

L’esprit de Thierry Sabine se trouve en Afrique, celui de Daniel Balavoine l’est tout autant. Leurs rêves, leurs passions, leurs combats nous habitent encore. Il faut garder espoir et courage comme ils nous l’ont appris !

Il en va ainsi, depuis 36 ans, sans eux, l’agitation reprend ses droits, pilotes et machines retournent sur le continent africain, certains en Mars maintenant, d’autres en Septembre…. Suivre la trace de Thierry Sabine permet de garder en mémoire tous les compagnons restés sur le bord de la piste pour avoir vécu leur passion. C’est garder le lien avec l’Afrique, vivre une aventure extraordinaire au milieu de paysages grandioses à la rencontre des populations locales. L’Occident a bien besoin d’apprendre de ce superbe continent…

Dans quelques années, je suis persuadé que le RDP Dakhla Classic (rallye des Pionniers) arrivera en terre Sénégalaise. C’est aussi pour cela que j’ai accepté la demande de Pascal François son organisateur. Dans le contexte actuel, difficile de se projeter. Gardons espoir, croyons en nos rêves, ne laissons personne nous empêcher de les réaliser. Daniel n’est plus là, nous aurions tant besoin de lui, il ne faut pas que la flamme s’éteigne. C’est à nous de prendre notre destin en main et d’avancer sans eux…

Ceux qui ont tant aimé ces personnages que la vie a abandonné en pleine gloire d’un couchant de soleil africain n’ont pas besoin de ces retrouvailles. Elles ne combleront jamais les 13140 levés de soleil les séparant d’eux. Nous, nous en avons besoin. Chaque année c’est la même musique, cet appel du désert…

Les sons hors normes de leur légende parlent plus fort que le vent.

Christophe Cavens

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*