Dakar Étape 5 : Paroles de Pilotes !

Les motos d’un côté, les autos de l’autre… deux boucles différentes pour les catégories qui, de cette façon ne se sont marchés dessus. Les motos tout d’abord saluent l’arrivée d’un nouveau dans la discipline, Danilo Petrucci et déjà, il fait parler de lui. Toby Price l’a emporté mais écopa d’une pénalité de 6mn pour un excès de vitesse. Ce qui favorise les montées de Ross Branch (Yamaha), 2ème de l’étape et de Nacho Cornejo (Honda), troisième très discret en ce début de rallye comme Ricky Brabec (Honda), vainqueur de l’édition 2020 et 4ème aujourd’hui.

En autos, alors que Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel ouvraient la piste, Henk Lategan, un autre ‘bleu’ s’impose devant Sébastien Loeb qui affiche un sixième Dakar à son compteur ! De quoi se poser des questions sur la relève en autos, est-elle enfin en marche ?
Lucio Alvarez ne fait pas de bruit mais avance en terminant 3ème, place qu’il occupe aussi au général, tandis que Mathieu Serradori montre son bout de nez et ses performances s’affichent de jour en jour après avoir perdu beaucoup de temps sur l’étape 2 en jardinant.
C’est officiel, Giniel de Villiers a écopé de 5 heures pour avoir roulé sur une moto dans l’étape 3 ! Considéré récidiviste, il ‘mange’ sévère et peut dire adieu au podium final.

Prototype Léger – Chaleco Lopez, le vainqueur chilien en T4 l’année dernière s’acclimate parfaitement à sa nouvelle catégorie, qu’il domine depuis le 2ème jour du Dakar 2022.
« C’était une étape longue avec beaucoup de pierres et c’était aussi difficile en navigation. J’ai maintenu un bon rythme. Au final, je me suis fait rejoindre par Eriksson et on est arrivé ensemble, mais je peux être content de cette journée. Il reste encore beaucoup de temps, demain soir on arrivera tout juste à la journée de repos, donc il faut continuer. »

Camion – Derrière le podium 100% Kamaz dominé par Sotnikov au classement général, Janus Van Kasteren fait de la résistance au volant de son Iveco du Team De Rooy. Il est 4ème, à 52 minutes du leader de la hiérarchie des camions.
« Nous avons perdu du temps et ce n’était pas la meilleure étape pour moi. Mais j’arrive quand même à batailler avec les Kamaz et je pense que c’est bon pour eux aussi. J’adore qu’il y ait cette compétition, je ne m’y attendais pas. Ce sont des professionnels, alors que pour moi c’est juste un loisir. Je me bats à 100 % pour le podium. Aujourd’hui j’ai réussi à les dépasser… c’est possible de les battre. »

Prototype Léger – Le jeune Américain Seth Quintero, signe une 5ème victoire d’étape en 6 jours de course. Il vise le record de 9 étapes gagnées par Hubert Auriol sur le même Dakar en 1984 (motos). Une lecture plus attentive des livres d’histoire lui fixera un autre objectif : Pierre Lartigue a remporté 10 étapes lors de l’édition 1994, qui en comptait 16 plus un prologue.
« Une nouvelle victoire, je suis contrent d’être à l’arrivée de cette 5e étape très dure. J’ai eu quelques petits soucis aujourd’hui, avec ma direction dans les 150 derniers kilomètres. Mais je suis prêt à continuer, pour essayer de battre le record de 9 victoires d’étapes sur une seule édition du Dakar. Je pense qu’on a trouvé le bon rythme, à la fois rapide et sûr. Mon copilote et moi on travaille très bien ensemble, on arrive à ne pas trop commettre d’erreurs de navigation. L’année dernière j’appréhendais quand nous devions partir en tête, mais maintenant nous avons trouvé le bon fonctionnement. Mon modèle, c’est de rouler très prudemment dans les endroits un peu risqués, et très très vite quand on peut se le permettre. Il faut qu’on continue comme ça. »

Auto – Le leader de la course depuis le premier jour, Nasser Al-Attiyah poursuit son duel avec Sébastien Loeb dans la position la plus confortable : avec 35 minutes d’avance au général.
« Plutôt content de terminer cette étape qui était difficile sans les traces des motos. On a joué avec Sébastien, parfois lui devant, parfois moi. Nos qualités de pilotes sont les mêmes et parfois, c’est l’un ou l’autre qui fait une erreur. Il va falloir être intelligents, éviter les problèmes. On va voir ça jour après jour. La navigation sera clé, et Mathieu et l’homme qu’il faut. »

Moto – Crédité du 3ème temps du jour avant l’arrêt de la spéciale, Ross Branch avait déjà signé ce classement en début de course.
« C’est un rallye qui est long pour moi avec des hauts et des bas, des mauvais choix de navigation, j’essaye de redresser la barre et aujourd’hui j’ai été très chanceux de trouver un point que les autres ont mis du temps à lever. Je suis content de ma journée et d’être en un seul morceau. Ma position au général pourrait être meilleure, mais si j’arrive à reprendre du temps chaque jour je ne serais pas mal placé à la fin. On attend tous la deuxième semaine. Adrien a fait un super travail depuis le début, Andrew a connu deux mauvais jours au départ. Mais on est tous les trois entiers, les motos marchent bien et on veut vraiment aller au bout cette année. C’est important après tous les efforts fournis par l’équipe. J’espère vraiment que l’on va réussir. »

Auto – Vainqueur d’une étape en 2020, le pilote privé Mathieu Serradori confirme qu’il est capable de rivaliser avec les grosses équipes en allant chercher une 4ème place sur la spéciale du jour. Il table maintenant sur une remontée au classement général.
« C’était une étape compliquée, les motos n’ont pas ouvert donc il y avait un coup à faire. On a bénéficié des traces et nous avons pu pousser fort à certains endroits. En plus nous n’avons pas eu une seule crevaison alors qu’on est passé dans des canyons, des rios, des montagnes de rochers. Le point négatif, c’est qu’après la neutralisation je me suis un peu déconcentré et on est allé taper un arbre, donc je vais donner un peu de travail à mes mécaniciens. Loïc est resté constant sur la navigation, c’était très stressant : il fallait être capable de laisser du temps sur la piste trouver. A certains endroits, on a travaillé à deux, on a notamment fait un gros écart sur un coup de navigation. L’objectif, c’est pour l’instant de revenir dans les 10 premiers parce que nous avons connu des premiers jours très compliqués. On s’est remis dans le match, et je ne vais rien lâcher jusqu’au bout, ça c’est sûr. »

Auto – Le Sud-Africain, Henk Lategan qui avait déjà accroché des places d’honneur lors de sa première participation l’année dernière (abandon, étape 5), parvient cette fois-ci à gagner sa première spéciale sur le Dakar.
« Je n’y crois toujours pas, je ne suis pas sûr de ce qui s’est passé. C’était une pure journée de Dakar… à 10 km du départ, ma porte s’est cassée et elle s’ouvrait pendant que je conduisais ! Ensuite on a eu une crevaison, etc. C’est une journée de folie ! Nous ne sommes plus en lice pour le titre car nous avons manqué de chance en début de rallye, mais il faut continuer à apprendre comme nous le faisons. D’abord, il faut que j’arrive à rester dans le rallye, et qu’on progresse de plus en plus dans notre façon d’appréhender le terrain. On va continuer d’attaquer. »

Auto – Avec le 2ème temps sur la spéciale du jour, Sébastien Loeb se rapproche à 35 minutes de Nasser Al Attiyah, toujours leader serein de la course.
« Je suis revenu sur Nasser, on a essayé de passer devant, en prenant un autre cap pour le doubler dans les dunes. Ça a marché mais il nous est revenu dessus, et c’est ce qu’on a fait pendant 200 kilomètres. C’était rigolo, on s’est bien amusés. C’était l’objectif de reprendre quelques minutes, on savait qu’on arriverait pas à s’échapper devant lui. Il fallait lui coller trois minutes, c’est ce qu’on a fait. On ne pouvait pas faire mieux aujourd’hui. La stratégie maintenant c’est surtout de rester concentrés. On voit qu’on est dans le rythme en termes de performance par rapport à Toyota, ça tourne bien avec Fabian, donc c’est encourageant. On est dans le match, alors on ne va pas se plaindre. »

 

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*