WTCR : Gabriele Tarquini, annonce sa retraite

Double vainqueur de titre en FIA World Touring Car, Gabriele Tarquini a annoncé son retrait en tant que pilote à temps plein à l’issue de cette saison.

L’Italien de 59 ans fera de la WTCR Race of Russia à l’Autodrom de Sotchi à la fin du mois sa dernière apparition derrière le volant dans une épreuve de FIA World Touring Car.

Sa décision met fin à une brillante carrière à temps plein qui a débuté en 1974 en karting et qui l’a amené à remporter le Championnat du monde des voitures de tourisme de la FIA 2009 et la Coupe du monde des voitures de tourisme de la FIA 2018.

En outre, Tarquini a couru avec succès en Formule 3 et Formule 3000 et a participé à 78 week-ends de course de Formule 1, se qualifiant pour 38 Grands Prix et marquant un point en championnat du monde lors du Grand Prix du Mexique 1989.

Il est devenu champion d’Europe de voitures de tourisme de la FIA en 2003 après avoir remporté le titre britannique en 1994, tout en gagnant des courses de voitures de tourisme de niveau national en Allemagne, en Italie et en Espagne. Il a passé 12 saisons à courir en WTCC et a également participé aux 24 heures du Mans.

À ce jour, Tarquini a remporté huit courses de WTCR sur 85 départs, y compris la course 1 de la WTCR Race of Spain en juillet, a décroché deux pole positions, réalisé sept tours rapides et marqué 699 points.

Il se prépare actuellement pour la WTCR Race of Italy, qui aura lieu sur le Adria International Raceway ce week-end (6/7 novembre) et où il pilotera une Hyundai Elantra N TCR équipée de Goodyear pour le BRC Hyundai N LUKOIL Squadra Corse.

Il a profité de la conférence de presse virtuelle de pré-événement de la WTCR Race of Italy pour faire cette annonce.

« Je me sens très triste », a déclaré Tarquini. « Après une longue carrière qui donnait l’impression de ne jamais se terminer, vous pensez que ce moment n’arrivera jamais. Dans la vie, tout a un début et une fin et je suis assez vieux pour le comprendre. Le WTCR a été une série solide ces dernières années, mais j’ai eu un peu de mal en qualifications. Bien que mon rythme de course soit toujours là, j’ai décidé lors de la pause entre l’Espagne et la Hongrie qu’il était temps de dire « stop ». Il était important pour moi d’annoncer ma décision lors de ma course nationale en Italie – c’est le bon moment. Je ne peux pas remercier toutes les personnes qui m’ont aidé au cours de ma longue carrière, car j’oublierais certainement quelqu’un ! La liste est très longue, à commencer par ma famille et en finissant par les gens de chez Hyundai Motorsport. Je veux que ce soit mon dernier constructeur, car nous avons fait du bon travail ensemble. Nous sommes partis d’une feuille blanche et avons créé la Hyundai i30 N TCR, et j’ai remporté la première course et le titre pour l’équipe. Notre relation est très forte. Je ne veux pas arrêter de piloter complètement, car la course est comme une drogue pour moi, et je vais devoir me sevrer lentement, car je ne peux pas passer de 100 % à rien. Je suis également en train de discuter avec Hyundai Motorsport pour voir si nous pouvons avoir une relation différente à l’avenir. Nous avons connu tellement de moments forts ensemble, comme le titre de champion des pilotes WTCR en 2018. »

François Ribeiro, responsable de Discovery Sports Events, promoteur du WTCR : « Après qu’il soit devenu clair qu’il n’y avait pas de place pour lui en WTCC à temps plein pour 2017, Gabriele aurait pu facilement abandonner. Au lieu de cela, il a mis toutes ses compétences, ses connaissances et son énergie dans le développement du projet Hyundai TCR et est revenu à la course à temps plein encore plus fort, encore plus déterminé. Lorsque Gabriele est devenu le premier champion du du WTCR en 2018, j’ai entendu des gens dire que la qualité des pilotes n’était peut-être pas assez élevée si un homme de 56 ans pouvait décrocher le titre. Mais vous n’avez pas besoin de moi pour vous dire que le niveau d’alors, comme celui d’aujourd’hui, était super élevé. Gabriele, cependant, a simplement prouvé que l’âge ne vous ralentit pas et ses performances tout au long de la saison ont fait de lui un vainqueur méritant. Gabriele entrera dans l’histoire comme un gentleman en dehors de la voiture, mais un coureur complet derrière le volant. Ce fut un privilège de travailler avec lui pendant tant de saisons. Et même si nous lui souhaitons beaucoup de succès et de bonheur à l’avenir, je ne peux m’empêcher de penser que nos chemins se croiseront à nouveau. »

Xavier Gavory, directeur du WTCR : « La retraite de Gabriele marque vraiment la fin d’une ère incroyable et les paddocks du WTCR et les pistes de course du monde entier ne seront pas les mêmes sans lui. Le WTCR continuera d’attirer les meilleurs pilotes de voitures de tourisme, mais je doute que nous revoyions un autre pilote ayant les capacités et la longévité de Gabriele. On parle beaucoup de son âge, mais c’est tout à l’honneur de son caractère et de son talent qu’il continue à être performant année après année, toujours engagé et laissant rarement à ses rivaux la possibilité de se défendre ou d’attaquer. Le mot légende est utilisé trop facilement dans le sport, mais Gabriele est une légende pour ce qu’il a accompli. Il ne fait aucun doute qu’il nous manquera à tous, mais nous avons hâte de lui faire des adieux dignes de ce nom lors de la WTCR Race of Russia, qui décidera de la saison, à la fin du mois. »

Alan Gow, Président de la Commission des voitures de tourisme de la FIA : « Pendant trois décennies, Gabriele Tarquini a été à l’avant-garde des courses de voitures de tourisme, tant au niveau national qu’international. Sa décision de prendre sa retraite de pilote à plein temps à la fin de la saison marque la fin d’une carrière incroyable qui a également comporté des passages en Formule 1 et bien d’autres choses auparavant. Bien sûr, je me souviens bien de l’impact qu’il a eu sur le championnat britannique de voitures de tourisme. Malgré sa connaissance limitée de certains circuits seulement, il a remporté le titre à sa première tentative en 1994 grâce à des courses formidables. Ses deux couronnes de la FIA World Touring Car, dont le premier titre WTCR en 2018 à l’âge de 57 ans, font partie d’un certain nombre de réalisations marquantes qui assureront à Gabriele une place dans l’histoire du sport automobile en tant que colosse des voitures de tourisme. »

QUAND LE FEU S’ALLUME, IL NE S’ÉTEINT JAMAIS…
« Quand j’étais bébé, mon père gérait une station-service et à côté, il y avait une petite piste de karting. Quand j’avais cinq ou six ans, j’ai commencé à jouer avec ces petits karts. Le déclic est venu, c’était une passion. J’aimais ces petites machines et cet amour n’a jamais cessé, il est toujours là. Mais (avant la dernière course du WTCC en 2009) j’ai dit à ma famille, juste avant de partir pour Macao, que probablement, si je remporte le titre, j’arrêterai de courir parce que c’est le meilleur moment et que je n’ai pas de (volant) pour la saison prochaine. C’est le titre mondial que j’ai essayé d’obtenir pendant longtemps et je ne peux pas demander plus pour ma carrière de pilote. Après une course difficile avec de gros accidents, un séjour à l’hôpital avec une voiture complètement cassée, j’ai gagné le titre. D’accord, je n’avais pas de volant pour l’année suivante car c’était la dernière course de l’équipe SEAT, mais j’étais toujours compétitif, j’aimais toujours la course, j’ai fait une saison fantastique et je ne voulais pas m’arrêter. C’était ma vie et, lors de la (conférence) de presse, je n’ai pas mentionné cette idée d’arrêter. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*