L’ACO salue la mémoire de Nino Vaccarella

C’est avec émotion que l’Automobile Club de l’Ouest a appris la disparition de Nino Vaccarella. Il avait remporté les 24 Heures du Mans 1964 sur Ferrari.

Né le 4 mars 1933 à Palerme, Nino Vaccarella se passionne pour le sport automobile parallèlement à son activité d’enseignant sur sa terre natale sicilienne, jusqu’à devenir l’un des tout meilleurs pilotes de sport et prototypes des années 1960 et 70.

Il découvre les 24 Heures du Mans en 1961 sur Maserati, au sein de l’équipe du Comte Volpi di Misurata. En onze participations, il pilote une Ferrari à six reprises et termine la course pour la première fois en 1964, en tant que vainqueur.

Cette année-là, il est pour la première fois pilote d’usine Ferrari, associé au Français Jean Guichet, industriel lui aussi amateur de sport automobile. Qualifiés septièmes au volant de la Ferrari 275 P #20, ils reviennent en troisième position dès la deuxième heure et s’installent définitivement en tête à mi-course, établissant sous le drapeau à damier un nouveau record de la distance, avec 4 965 kilomètres parcourus à 195 km/h de moyenne. « Nino et moi nous sommes connus sur les courses auxquelles nous participions tous les deux et nous avons sympathisé, se souvient Jean Guichet. Nous étions toujours d’accord pour ne pas dépasser les limites de la voiture et nous nous entendions très bien. » Nino Vaccarella retrouve Jean Guichet en 1969 au volant d’un prototype Matra, avec à l’arrivée la cinquième place.

Pour sa dernière participation sarthoise en 1972, il termine quatrième sur Alfa Romeo, associé à Andera de Adamich. Au fil de ses participations, il a notamment pour coéquipiers plusieurs autres futurs vainqueurs des 24 Heures : Pedro Rodriguez, avec qui il termine septième en 1965, Ludovico Scarfiotti et Chris Amon. Il a également inscrit à son palmarès d’autres prestigieux rendez-vous de l’endurance : les 12 Heures de Sebring, les 1000 kilomètres du Nürburgring ainsi que la Targa Florio, disputée sur un circuit tracé sur les routes de sa Sicile natale.

A l’instar de son coéquipier et ami Jean Guichet, avec qui il partagea la victoire des 24 Heures du Mans, Nino Vaccarella restera dans l’histoire comme la quintessence du gentleman-driver, passionné devenu l’égal des plus grands talents professionnels des années 1960 et 70.

A sa famille et à ses proches, l’Automobile Club de l’Ouest présente ses plus sincères condoléances.

Jean-Baptiste Schmidt,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*