Michelin remporte la 89ème édition des 24 Heures du Mans avec ses nouveaux pneus ‘Hypercar’

start of the race, depart,, 708 Derani Pipo (bra), Mailleux Franck (fra), Pla Olivier (fra), Glickenhaus Racing, Glickenhaus 007 LMH, action709 08 Buemi Sébastien (swi), Nakajima Kazuki (jpn), Hartley Brendon (nzl), Toyota Gazoo Racing, Toyota GR010 - Hybrid, action 07 Conway Mike (gbr), Kobayashi Kamui (jpn), Lopez Jose Maria (arg), Toyota Gazoo Racing, Toyota GR010 - Hybrid, action 36 Negrao André (bra), Lapierre Nicolas (fra), Vaxivière Matthieu (fra), Alpine Elf Matmut, Alpine A480 - Gibson, action during the 24 Hours of Le Mans 2021, 4th round of the 2021 FIA World Endurance Championship, FIA WEC, on the Circuit de la Sarthe, from August 21 to 22, 2021 in Le Mans, France - Photo Frédéric Le Floc'h / DPPI

– 24/24 : 24ème victoire consécutive de Michelin aux 24 Heures du Mans, avec les voitures de la catégorie Hypercar aux cinq premières places
– Une constance au-delà des attentes : les pilotes Hypercar enchainent jusqu’à trois relais avec les mêmes pneus
– Michelin remporte pour la première fois les 24 Heures du Mans avec des pneus développés uniquement de manière virtuelle

Il était tout juste 16h00 lorsque le premier des deux prototypes de Toyota Gazoo Racing a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée des 24 Heures du Mans 2021. La Toyota GR010 Hybrid #7 pilotée par Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria López devient ainsi la première Hypercar victorieuse du double tour d’horloge sarthois. Elle devance la Toyota GR010 Hybrid #8 de Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley, et l’Alpine A480 Gibson #36 menée par André Negrão, Nicolas Lapierre et Matthieu Vaxiviere. Les deux Glickenhaus 007 LMH, ayant terminé 4ème et 5ème, permettent à Michelin de s’emparer des cinq premières places au classement général.

« Au regard de ce superbe résultat, nous pouvons dire que nous sommes pleinement satisfaits de nos pneus », indique Pierre Alves, manager des programmes Endurance de Michelin. « Après les courses de Spa-Francorchamps (Belgique), Portimão (Portugal) et Monza (Italie) nous avions plus de recul sur le comportement de nos nouvelles gammes Hypercar. Cependant, elles n’avaient jamais roulé au Mans pour la course la plus longue de la saison, mais aussi celle où la vitesse moyenne au tour est la plus élevée ! Les contraintes apportées sur nos pneus sont bien plus fortes ici que n’importe où ailleurs, et le fait d’avoir emmené nos partenaires jusqu’à la ligne d’arrivée et en tête du classement général, est pour nous une véritable fierté. »

Trois relais… voire plus, avec les nouveaux pneus MICHELIN Pilot Sport
Dans la catégorie Hypercar, certaines écuries sont parvenues à boucler trois relais avec les mêmes pneus, lesquels ont fourni des performances constantes du premier au dernier kilomètre. « En cas de besoin, nous estimons que nos partenaires auraient même pu compléter un quatrième relais », souligne Pierre Alves. « Il s’agit d’un résultat qui dépasse nos attentes, basées sur les simulations réalisées avant la course ». La ‘performance dans la durée’, véritable marque de fabrique de Michelin, s’est une nouvelle fois illustrée cette année au Mans, avec une gamme Hypercar complétement nouvelle.

Deux offres dimensionnelles pour les Hypercar
Les nouvelles voitures de la catégorie Hypercar, dotées d’une répartition des masses différente que celle des précédentes LMP1, imposent de plus fortes contraintes sur leurs pneumatiques – jusqu’à 50% de plus sur l’essieu arrière. Pour ces prototypes de nouvelle génération, Michelin a développé, entièrement sur simulateur, une double offre de pneumatiques : les 31/71-18, montées sur les voitures de Toyota Gazoo Racing et d’Alpine Elf Matmut aux quatre roues, et les 29/71-18 pour l’avant et 34/71-18 à l’arrière des Glickenhaus Racing. Ces pneus, plus étroits à l’avant qu’à l’arrière, équiperont également les futures voitures de la catégorie LMDH.

« Le travail mené aux 24 Heures du Mans sur cette monte inédite avec Glickenhaus constitue la base du développement de notre future offre en LMDH », indique Pierre Alves. « Les résultats observés confirment que la conception est aboutie, et valident par la même occasion les méthodes de développement virtuel employées. »

Ferrari en tête des catégories GTE Pro et GTE Am avec Michelin
Le constructeur italien et l’écurie AF Corse, partenaires de Michelin, ont remporté les deux catégories GT. En LM GTE Pro, c’est la Ferrari 488 GTE EVO #51 pilotée par Alessandro Pier Guidi, James Calado et Côme Ledogar qui décroche la victoire. Elle devance la nouvelle Chevrolet Corvette C8.R #63, dont c’était la première apparition au Mans. Aux mains d’Antonio Garcia, Jordan Taylor et Nicky Catsburg, cette icône américaine, récemment conçue avec un moteur en position centrale, a démontré à la fois un excellent niveau de performances et une grande fiabilité. L’équipage de la Porsche 911 RSR 19 #92 (Kevin Estre, Neel Jani et Michael Christensen) complète le podium de la catégorie.

En LM GTE Am, c’est la Ferrari 488 GTE EVO #83 (François Perrodo, Nicklas Nielsen, Alessio Rovera) qui s’impose après 24 heures de course. La seconde place revient à l’Aston Martin Vantage AMR de TF Sport #33 (Ben Keating, Dylan Pereira, Felipe Fraga), devant la Ferrari 488 GTE EVO #80 de l’écurie Iron Lynx (Matteo Cressoni, Rino Mastronardi, Callum Ilott). Toutes ces voitures ont bénéficié des pneumatiques et des services Michelin.

Un travail d’équipe et une offre de pneus centrée sur les températures
Disposer du bon pneu au bon moment : c’est ce que Michelin a mis en place pour ses partenaires au fil de la course, alors que les conditions météo changeantes et les températures plus fraiches que prévu ont influencé les stratégies, dans toutes les catégories.

« Dès le départ, les pneus pluie DRYING WET et FULL WET ont été sélectionnés en fonction des stratégies de chacun », indique Pierre Alves. « Puis, au fur et à mesure que la piste séchait, la gamme slick à gommes SOFT et MEDIUM est apparue aux roues des voitures. En soirée, le mercure est descendu sous la barre des 20°C dans l’air et 18°C au sol, en demandant l’utilisation des pneus SOFT ‘Cold’, spécifiquement dédiés aux températures fraîches. Puis, lorsque la douceur est revenue en milieu de matinée, les gommes SOFT et MEDIUM sont entrées de nouveau en action. Identifier le bon moment pour passer d’une version du pneu à l’autre est fondamental, et nos Techniciens d’Ecurie ont accompagné les partenaires afin d’optimiser la performance, la constance et la durée des pneumatiques tout au long du double tour d’horloge sarthois. »

Cette année, Michelin équipait 36 des 61 voitures présentes sur la ligne de départ : les cinq prototypes de la catégorie Hypercar, les huit voitures de la catégorie GTE Pro, et les vingt-trois bolides engagés en GTE Am.

La prochaine manche du FIA WEC aura lieu le 30 octobre prochain à Bahreïn. Il s’agira d’une course de six heures, laquelle sera suivi d’une autre manche, cette fois de huit heures, qui se déroulera le 8 novembre toujours sur le Circuit de Sakhir.

Matthieu Bonardel, Directeur de Michelin Motorsport : « Cette 24ème victoire consécutive aux 24 Heures du Mans symbolise la constance de Michelin, de ses pneumatiques et de son engagement en sport automobile, notamment en Endurance. Avec ces nouvelles voitures si technologiques et décalées par rapport au passé, rien n’était acquis avant le départ. Les qualités des pneus Michelin démontrées durant la course résultent de l’important travail mené par l’équipe de Michelin Motorsport en partenariat avec les constructeurs, les équipes et les pilotes. Je tiens à féliciter par la même occasion l’ensemble de nos partenaires de la catégorie Hypercar, et bien entendu Ferrari et AF Corse, car l’enjeu était de taille. Je pense que la satisfaction était au rendez-vous après 24 heures d’une course particulièrement intense. Je salue enfin la présence du public, qui est retourné au Mans pour animer la plus belle des courses d’Endurance au monde. »

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*