Dakar Étape 3 : Price et Al Attiyah, les valeurs sûres

L’œil dans l’objectif
L’altitude ne produit guère d’effets sur la température en Arabie Saoudite. Les pilotes et équipages ont évolué durant l’essentiel des 403 km de la spéciale à environ 1000 mètres au-dessus de la mer, mais les très vastes plateaux qui se sont succédés n’ont jamais donné le vertige des montagnes. En revanche, le vent qui continue de sévir sur la région a notamment transformé les dunes parsemées en première partie de parcours en escaliers bien raides qui en ont surpris plus d’un. En soufflant sur le désert, il a également effacé toutes les traces qui matérialisaient l’existence de pistes, semant la confusion chez une bonne partie des navigateurs, y compris celui de Carlos Sainz qui a un peu trop tourné en rond sur la boucle Wadi-Wadi !

L’essentiel
Les maîtres de la discipline ont fait valoir leurs talents, Toby Price montrant avec sang-froid que les jours se suivent et ne se ressemblent pas, allant chercher une deuxième étape cette année. Pour autant, c’est l’une des valeurs montantes de la discipline, l’Américain Skyler Howes, qui montre le plus de régularité et prend la tête du classement général, après avoir fini le dernier Dakar en 9ème position.
S’il y a des références en termes de régularité, ce sont bien Stéphane Peterhansel et Nasser Al Attiyah, les deux duellistes qui ont déjà creusé un écart significatif sur leur premier poursuivant, Mathieu Serradori, pointé à 26 minutes. Pendant ce temps, Carlos Sainz a laissé échapper une demi-heure aujourd’hui, soit deux fois plus que Sébastien Loeb dont le retard au général monte maintenant à 45 minutes sur ‘Peter’.
Autre fin connaisseur du Dakar, ‘Chaleco’ a accentué son avance en tête des véhicules légers en remportant la 15ème étape de sa double-carrière.
Chez les camions, c’est le Kamaz Dmitry Sotnikov qui reste le patron, bien que Sarhei Viazovich soit lui aussi allé chercher avec son Maz une deuxième spéciale cette année. Enfin, l’Argentin Nicolas Cavigliasso retrouve le chemin du succès et se rapproche à 6’41 de Giovanni Enrico, le plus rapide des quads, en signant sa première victoire d’étape de l’année.

La perf’ du jour
Auteur du deuxième temps de la spéciale, Henk Lategan a créé la surprise dans le désert saoudien en tenant la dragée haute à quelques protagonistes établis de la catégorie. Initié aux rudiments du rallye en Afrique du Sud en courant aux côtés de son père Hein, il était destiné à rouler à son tour. Passé par le rallye de Monte-Carlo durant lequel il a d’ailleurs pu se mesurer à son idole Sébastien Loeb, le champion d’Afrique du Sud de cross-country en titre n’a pas tardé à décrocher son premier podium d’étape au Dakar. Coéquipier de Giniel de Villiers au sein du team Toyota Gazoo Racing, le Sud-Africain de 26 ans est épaulé dans sa Hilux par Brett Cummings, ancien pilote Original by Motul, dont la lucidité en navigation a dû contribuer au résultat d’aujourd’hui. Pour couronner le tout, grâce à cette performance, Lategan est désormais 7ème et premier rookie au général… juste derrière Loeb !

Le coup dur du jour
Tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie, tout peut se passer… et aujourd’hui Bernhard Ten Brinke l’a parfaitement illustré à ses dépens. Pointé en quatrième position à l’avant-dernier pointage intermédiaire, le Néerlandais avait moins de 50 km à parcourir lorsqu’un accident a réduit à néant ses espoirs. Après plusieurs tonneaux qui ont endommagé son Hilux, Ten Brinke a d’abord pensé pouvoir se faire aider par un autre concurrent avant de finalement se résoudre à attendre son assistance. Les heures de retard qu’il accusera à son retour à Wadi le priveront des perspectives de podium final auquel il pouvait légitimement prétendre… en cas de sans-faute !

La stat’ du jour : 38-37
En gagnant sa troisième spéciale de l’année en incluant le prologue de Jeddah, Nasser Al-Attiyah affiche désormais un total de 38 victoires. Avec ce score, il prend une nouvelle fois l’avantage sur son rival Carlos Sainz dans les livres d’histoire du Dakar, cette fois-ci au nombre de scratches dans la catégorie autos… en attendant de voir s’il le dépassera en nombre de titres. Le Qatarien avait ce matin la lourde tâche de partir en éclaireur, mais il a su éviter les pièges de navigation. Malgré ses trois victoires cette année, Al-Attiyah reste encore à distance de Stéphane Peterhansel qui en compte 47, soit trois de moins que le recordman dans la catégorie, Ari Vatanen (50 scratches).

Sur un air de Classic
Il n’y a pas si longtemps, Ondrej Klymciw et Petr Vlcek faisaient le Dakar à moto, obtenant respectivement leurs meilleurs résultats en 2017 (12ème) et en 2020 (38ème / 4ème Original by Motul). Cette année, ils partagent l’habitacle d’une Skoda du début des années 80 qui se montrent particulièrement à l’aise sur les pistes sablonneuses d’Arabie Saoudite.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*