WEC: Rebellion Racing triomphe sur le Circuit des Amériques !

L’équipe suisse Rebellion Racing (LMP1) a décroché sa deuxième victoire dans cette Saison 8 du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) après avoir dominé la cinquième manche Lone Star Le Mans.

Ils ont été ce week-end plus de 22000 à venir admirer les spectaculaires prototypes et GT, pour ce grand retour du Championnat du Monde au Texas, et cette première visite depuis 2017. Lone Star Le Mans a également marqué aux États-Unis la première des deux étapes du WEC, qui se prépare à rejoindre l’IMSA et la Floride le mois prochain pour un week-end SuperSebring très attendu.

La Rebellion R13-Gibson (non hybride) pilotée par l’Américain Gustavo Menezes, le Français Norman Nato et le Brésilien Bruno Senna a mené de bout en bout les six heures de course, ce qui permet à l’écurie de se rapprocher de Toyota Gazoo Racing, leader du classement général : Rebellion Racing réduit désormais l’écart à 33 points.

Les deux Toyota TS050 HYBRID #7 et #8 sont respectivement deuxième et troisième. Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley (#8) terminent à 51 »524 de Rebellion Racing.

Compte tenu du Success Handicap, la stratégie de Toyota consistait à regagner lors des arrêts au stand le temps perdu en piste, mais la prestation quasi parfaite de Rebellion a réduit à néant les velléités de l’écurie japonaise de revenir dans la course à la victoire.

Mike Conway, Kamui Kobayashi et Jose Maria Lopez, le trio de la Toyota #7, complète le podium LMP1, à deux tours des vainqueurs.

Deuxième victoire consécutive pour United Autosport
La catégorie LMP2 a vu en piste le nombre d’engagés à ce jour le plus élevé de cette Saison 8, avec neuf voitures prétendantes à la victoire en terre texane.

Dans cette lutte pour la suprématie, c’est l’ORECA 07 #22 de United Autosports qui a franchi le drapeau à damier de la victoire : Filipe Albuquerque, Phil Hanson et Paul di Resta s’imposent avec 24 »152 d’avance sur leurs dauphins de Jackie Chan DC Racing.

Cette victoire de United Autosports est la dixième de l’équipe britannique en LMP2, ce qui la propulse en tête du classement général, avec une marge de quatre points sur Jackie Chan DC Racing.

L’équipe ne semblait pas au départ figurer parmi les vainqueurs potentiels, mais la régularité du trio, ainsi qu’un ravitaillement express dans la dernière heure de course leur permettent d’assurer la victoire sur Will Stevens, Ho-Pin Tung, Gabriel Aubry et leur ORECA #37.

L’ORECA #38 d’Anthony Davidson, Antonio Felix da Costa et Roberto Gonzalez (JOTA Sport) complète le top 3. Les ORECA #37 et #38 étant chaussés de pneus Goodyear, le manufacturier nouveau venu en WEC signe ainsi un double podium.

De plus, une bataille serrée a fait rage en fin de course pour la quatrième place entre Nicolas Lapierre (Cool Racing) et Nyck de Vries (Racing Team Nederland), mais c’est finalement Cool Racing, parti de la pole position, qui termine au pied du podium. Nyck de Vries peut toutefois se consoler avec le nouveau record du tour de la catégorie LMP2.

Par ailleurs, Signatech Alpine Elf a perdu deux tours à la suite d’une défaillance de freins sur son Alpine A470 pendant la troisième heure, qui lui vaut finalement la sixième place à l’équipe française. L’écurie américaine DragonSpeed a rétrogradé à la neuvième et dernière place de la catégorie à la suite d’un problème de freins, alors qu’il ne restait que dix minutes de course.

Le WEC va maintenant s’accorder une courte pause en vue de préparer les 1000 Miles de Sebring, qui auront lieu dans exactement un mois (19-21 mars).

Catherine Vatteoni,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*