20/20 pour l’ère GT des Total 24 Hours of Spa

Il est presque 16 heures ce samedi 4 août 2001 et un large panel de voitures serpente autour du circuit de Spa-Francorchamps en attendant le coup d’envoi de la 55ème édition des 24 heures belges.

La puissante Chrysler Viper GTS-R s’élance depuis la pole position, entraînant dans son sillage un plateau où se mêlent de nombreuses Porsche, un Spider Renault et le premier véhicule belge à prendre le départ en plus de 60 ans. Côté motorisation, les forces en présence vont du V12 exploité par Ferrari et Lamborghini au Rover 4-cylindres propulsant les Lotus Elise. La liste des pilotes compte des professionnels chevronnés, de jeunes espoirs et d’audacieux amateurs, à l’image des équipes où se côtoient structures reconnues et nouvelles venues.

Il s’agit d’un plateau aussi divers que varié, mais tous partagent un même lien. De la Viper au Spider, des vétérans aux rookies, tous les participants contribuent à la naissance d’une nouvelle ère pour l’une des plus belles courses d’endurance au monde. Pour la première fois de leur longue et riche histoire, les 24 Heures de Spa se sont transformées en course GT.

À certains égards, l’importance de cet événement était déjà visible à l’époque: les voitures du groupe N qui avaient disputé les dernières éditions du XXème siècle ont cédé leur place à de grosses et bruyantes GT.

Mais la signification de ce qui s’est passé ce 4 août 2001 a désormais pris tout son sens, alors que se prépare la 20ème course régie par un règlement GT. Il s’agissait bien plus qu’un simple changement de matériel, c’est le moment précis où Spa s’est réinventé. A l’époque, l’objectif recherché était que le passage au GT permette à l’épreuve de retrouver sa gloire passée. En fait, cela l’a conduite sur de nouveaux chemins.

Aujourd’hui, les Total 24 Hours of Spa sont un rendez-vous majeur du calendrier international, les constructeurs, les équipes et les pilotes accordant une grande importance à cette course. Ce virage a ramené d’anciens fans qui s’étaient détournés de la course durant la seconde moitié des années 90 et a permis à d’autres de découvrir l’épreuve pour la première fois.

De plus, de nouveaux rituels se sont créés. La parade vers le centre-ville de Spa était un événement de faible importance lors de son lancement pendant les premières années de l’ère GT, aujourd’hui c’est une fête de rue qui fait le plein de fans. Les animations en marge de la course se sont développées, alors que le concert est devenu un événement à part entière.

Sur la piste, cette course se déroulant sur une journée et une nuit complète a été gagnée ou perdue en quelques secondes. Au total, 47 pilotes ont véritablement triomphé depuis l’adoption du règlement GT, tandis que beaucoup d’autres ont tout donné sur l’un des circuits les plus difficiles au monde. Dans les coulisses, les équipes et l’organisation ont consacré des milliers d’heures de préparation à cette épreuve.

Pendant tout ce temps, les Total 24 Hours of Spa ont continué de grandir. L’édition 2018 comptait 13 marques différentes sur la grille, alors qu’en 2019 pas moins de 72 voitures se sont alignées au départ. Ces deux chiffres records pour l’ère GT méritent d’être fêtés à l’approche de l’évènement de cette année. En marge des gros titres, il existe aussi beaucoup d’autres histoires : de succès et de larmes, d’exploit individuel et d’effort collectif. Celles-là aussi méritent d’être racontées.

Ainsi, durant les semaines précédant le départ de la course en juillet 2020, nous plongerons dans les petites et les grandes histoires qui ont façonné les Total 24 Hours of Spa modernes en racontant 20 histoires pour célébrer la 20ème édition de l’ère GT. Grands ou petits, chacun a joué un rôle pour faire de cette épreuve ce qu’elle est aujourd’hui.

Adelheid Terryn,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*