Dakar : Adrien Metge remplace son frère Michaël au pied levé !

Un Metge peut en cacher un autre… Le Team Sherco managé par David Casteu possède dans ses rangs les deux frangins. Alors que, Adrien devait rester à la maison, Michaël étant forfait en raison d’une blessure au genou, la permutation est donc simpliste dans la famille.

– Adrien, on vient d’avoir connaissance de ton engagement de dernière minute sur le Dakar, tu nous en dis plus ?
Adrien Metge : « En effet, je pars au Dakar demain (01/01) dans le Team Sherco TVS, en remplacement de mon frère Michaël qui s’est blessé au genou récemment au Maroc. Mes sentiments sont mitigés bien sûr parce que c’est une participation au détriment de mon frère, mais c’est une opportunité de rouler alors que je m’apprêtais à suivre la course devant la télé ! Mais je penserais à Mika, c’est sûr.
« J’en profite pour remercier Sherco/TVS et tout le team rallye pour leur confiance appuyée. »

– Qu’es-tu devenu depuis le Dakar 2019 ?
Adrien Metge : « J’ai terminé la course en serrant les dents l’an dernier, j’ignorais en fait que j’avais une fracture du scaphoïde contractée sur une petite chute durant la première semaine.
« J’ai donc eu trois mois de convalescence avant de reprendre la moto et d’endosser le rôle de préparateur/coach des pilotes indiens roulant pour notre partenaire TVS.
« Je n’ai jamais cessé de rouler et de m’entraîner depuis, je me sens prêt pour ce chapitre III du Dakar. »

– Quels sont tes objectifs sportifs ?
Adrien Metge : « Je n’y pense pas vraiment, les évènements se sont précipités ces derniers jours et j’ai eu pas mal de détails à régler avant mon départ. Je pars sans pression et avec le souci du bien faire et ce sont en général des conditions qui me réussissent. Ma dernière participation à la Panafrica a confirmé ma vitesse, je dois gagner en confiance pour être devant mais il y a beaucoup d’inconnues sur ce Dakar by Castera… »

– Ton sentiment sur les nouveautés annoncées justement ?
Adrien Metge : « On repart d’une feuille blanche avec un nouveau pays et des espaces très différents de l’Amérique du Sud. David Castera a annoncé sa volonté de remettre la navigation au road-book au centre de l’épreuve, c’est une bonne chose, c’est l’essence même du rallye. J’ai une carte à jouer, je le sais si je navigue bien. On part tous les jours pour de gros kilomètres, 2 étapes Marathon, à moi de gérer intelligemment distance et facteur mécanique, je suis déterminé. »

Propos recueillis par Éric Schiano,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*