Premier baromètre économique des sports mécaniques

La Ministre des sports, Roxana MARACINEANU, le Président de la Fédération Française de Motocyclisme, Jacques BOLLE, le Président de la Fédération Française du Sport Automobile, Nicolas DESCHAUX et le Président du Groupement National des Circuits Automobiles et des Centres d’Essais Industriels, Jean-Pierre MOUGIN ont organisé mardi 26 novembre 2019, dans les locaux de l’Automobile Club de France (Paris), la présentation du 1er Baromètre économique des sports mécaniques réalisé par EY.

Cette étude, exécutée dans le cadre de l’Observatoire de l’économie du sport du Ministère chargé des sports, s’inscrit dans la démarche de structuration de la filière de l’économie du sport impulsée par l’Etat depuis 2015 pour mieux valoriser les acteurs économiques du sport dans leurs actions et renforcer leur compétitivité sur le plan international.

Une filière économique et sportive majeure en France
Avec un volume de chiffre d’affaires de 2,3 Milliards d’euros, les sports mécaniques constituent une filière sportive et de loisirs majeure en France, à mi-chemin entre les 7,5 Milliards réalisés par le football professionnel et les 1,5 Milliard de CA portés par la filière du golf.
Les sports mécaniques génèrent également de nombreux emplois sur le territoire français, estimés à
13 500 personnes en 2018, nombre comparable à celui de la filière du golf.
Grâce à son activité, l’écosystème des sports mécaniques affiche une valeur ajoutée estimée à 510 Millions d’euros.
Les industriels représentent 39% du CA global des sports mécaniques et plus de la moitié des emplois du secteur (7 200).
Enfin, la filière contribue aux finances publiques. Le montant des contributions fiscales et sociales versées par ses acteurs est évalué à 233 Millions d’euros, similaire à celui des festivals et spectacles musicaux (266 M€).

Une filière ancrée dans la vie des français et des territoires
Chaque année, 1 600 clubs et associations repartis à travers toute la France organisent environ 2 300 épreuves dans chacune des 47 disciplines des sports mécaniques qui réunissent un total de 160 000 licenciés. Environ 130 000 personnes participent chaque année à l’organisation de ces épreuves partout sur le territoire.
Les circuits et lieux de pratique représentent 28% du chiffre d’affaires de la filière. Le territoire compte plus d’un millier de lieux de pratique pour un nombre total de 2 800 emplois. Ils contribuent au rayonnement international de la France grâce notamment aux compétitions majeures et de réputations mondiales qui s’y déroulent (24 Heures du Mans, Grand Prix de France F1 et Moto, Enduropale du Touquet Pas-de-Calais, Rallye de France WRC, WRX Lohéac…). Au total, 1,4 Million de personnes assistent chaque année à ces évènements majeurs.

Une filière tournée vers l’excellence et vers l’avenir
L’innovation reste un des grands marqueurs de la filière, les sports mécaniques s’étant toujours inscrits dans les grandes transitions. Laboratoire grandeur nature pour les constructeurs pour expérimenter et faire évoluer les réponses de l’industrie aux enjeux écologiques, numériques et de mobilité. Symboles de cette transformation : le Championnat du Monde de Formula E, l’hybridation de la F1 ou du WRC, le nouveau règlement du WEC (24 Heures du Mans) avec l’électrification ainsi que le lancement en 2019 de la Coupe du monde FIM MotoE et de la Coupe FIM de Trial-E.
Le tourisme lié aux sports mécaniques recèle un fort potentiel de croissance. A titre d’exemple, les retombées touristiques du Grand Prix de France 2018 de F1 ont été évaluées à 46 M€.

La structuration du « collectif sports mécaniques »
Cette étude témoigne que les acteurs des sports mécaniques occupent une place particulière dans le secteur économique du sport. Ils sont historiquement et naturellement étroitement liés au secteur industriel dont ils sont issus. Dans le prolongement de cette étude et selon la feuille de route de la Ministre, les têtes de réseaux de ce secteur ont pour objectif de poursuivre la structuration de leur filière par la création d’un ‘collectif sports mécaniques’ qui viendra s’intégrer dans la Filière Sport.

Madame Roxana MARACINEANU, Ministre des Sports : « Je me félicite que le Ministère des Sports accompagne la filière des sports mécaniques à définir l’impact économique d’un secteur au dynamisme et au maillage territorial exceptionnels. Je fais confiance à cette filière d’excellence dont l’innovation est l’ADN pour relever un double défi : celui de l’urgence environnementale et celui de la sécurité des pratiquants comme des spectateurs. »

Monsieur Nicolas DESCHAUX, Président de la Fédération Française du Sport Automobile : « En tant que Président de la FFSA, je souhaite continuer d’agir pour les acteurs qui composent notre filière en soutenant leur dynamisme tout en répondant pleinement aux enjeux économiques, sociétaux et environnementaux qui sont les nôtres. »

Monsieur Jacques BOLLE, Président de la Fédération Française de Motocyclisme : « Ce baromètre économique des sports mécaniques est une première et constitue un élément fondamental et déterminant permettant de valoriser et de promouvoir nos activités ; riches de leur diversité et armées pour affronter de nouveaux défis. »

Monsieur Jean-Pierre MOUGIN, Président du Groupement National des Circuits Automobiles et des Centres d’Essais Industriels : « Le GN CACEIPA qui regroupe la quasi-totalité des circuits français auto et moto ainsi que des centres d’essais industriels s’est fortement impliqué dans cette étude qui met en lumière l’importance de la filière des sports mécaniques en France, tant au travers des emplois qu’elle génère, que par ses retombées économiques et fiscales et par le nombre d’associations et de bénévoles qui l’animent sur l’ensemble du territoire. »

Monsieur Marc LHERMITTE, Associé chez EY : « Ce 1er baromètre raconte une économie surprenante, au-delà des grands événements sportifs qui la symbolisent, par l’incroyable variété des pratiques et leur réalité industrielle et technologique. Puissamment relayés par les médias et les réseaux sociaux, les sports mécaniques ont aussi un ancrage très local, autour des 2 300 épreuves qui maillent le territoire, avec leurs multiples retombées économiques, touristiques et fiscales. »

Communiqué FFSA,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*