Blancpain: Saintéloc à Misano

© DR

– Gachet / Haase et Stievenart / Ortelli récompensent les Audi SAINTéLOC par trois podiums, mais Winkelhock / Palette pris pour cible

2 – Misano – 29/30 June 2019
AUDI R8 LMS GT3 #24 (Stievenart / Ortelli – Pro-Am) – Qualifications : 16 – 23 (1 – 5 Pro-Am)
Race 1 : 13 – Pro-Am : 3 / Race 2 : 19 – Pro-Am : 2

AUDI R8 LMS GT3 #25 (Gachet / Haase) – Qualifications : 8 – 3
Race 1 : Retired – Pro : NC / Race 2 : 3 – Pro : 3
AUDI R8 LMS GT3 #26 (Palette / Winkelhock) – Qualifications : 9 – 21
Race 1 : Retired – Pro : NC / Race 2 : Retired – Pro : NC

Championship Drivers : 1. Engel / Stolz 46,5 points – 2. Mapelli / Caldarelli 40,5 pts – 3. Bastian / Neubauer 23 pts – … 10. Gachet / Haase 12,5 pts… NC. Palette / Winkelhock
Championship Pro-Am Drivers : … 5. Stievenart / Ortelli 22,5 pts…
Championship Teams : … 8. SAINTéLOC Racing 15…

SAINTéLOC Racing arrivait en confiance sur le circuit Marco Simoncelli. Lors de l’édition 2018, les Audi s’étaient montrées à leur avantage en course, réussissant notamment un fameux quadruplé en course 2, dans lequel Christopher Haase et Simon Gachet avaient conquis la 3ème marche du podium.

L’histoire retiendra que le même équipage de la R8 LMS #25 a reproduit le même résultat, alors que la #24 de Nyls STIEVENART et Stéphane Ortelli s’est classé 3ème puis 2ème dans la catégorie Pro-Am Cup. Mais comment se satisfaire pleinement de ces résultats plutôt positifs, à côté des deux mauvais coups ayant accablé Markus Winkelhock et l’Audi #26 partagée avec Steven Palette.

« Ne touchez plus à notre ‘Winky’ ! »
« Nous sommes extrêmement déçus pour Steven et Markus, qui étaient probablement notre équipage le plus rapide du week-end », déplore un Frédéric THALAMY (Team Manager) très en colère. « Tout cela par le manque de réalisme de pilotes qui nous ont ‘défoncés’ trois fois dans le week-end. Déjà en essais libres, Stéphane Ortelli s’est fait taper par Abril. Puis Markus par Neubauer samedi et par Pla dimanche… Ils sont meilleurs en e-GT qu’en GT3. Le e-GT, c’est bien gentil, mais ce n’est pas la réalité. Dans la réalité, on ne peut pas percuter les gens comme cela ! Là, à chaque fois notre voiture ne pouvait pas repartir à cause de gros dégâts. Markus était tellement dégoûté qu’il évoquait la possibilité de tout arrêter. Comme à chaque fois il n’y est pour rien dans son abandon, et c’est encore tombé sur lui. »

Même constat de désolation pour Steven Palette et ses soutiens, lui qui n’a même pas pu rouler en course 2. « Steven a fait un magnifique relais samedi. Il était même très rapide, voire plus que Simon au début. Pour être très clair, nos deux voitures méritaient d’accéder au podium à Misano. » Après la manche mouvementée de Brands-Hatch, c’était une nouvelle catastrophe pour l’Audi rouge et blanche. « Globalement, la satisfaction de nos podiums, 3ème en Pro et au général pour la #25 et les 3ème puis 2ème places en Pro-Am pour la #24, est gâchée par les agressions subies par la #26. »

La chaleur était encore très forte lors de la course 1 en toute fin d’après-midi du samedi. Dans un très bon rythme depuis leurs 8ème et 9ème places de grille, Gachet et Palette pointaient 6ème et 7ème peu après le départ. Mais au 6e tour, en tentant de faire l’extérieur à la Lamborghini de Engelhart, les deux se touchaient et Simon terminait sa course en tête-à-queue dans le bac à graviers. Steven Palette était un excellent 5e lorsqu’il donnait le volant à Markus Winkelhock. Mais deux tours plus tard, la maladresse du jeune Thomas Neubauer provoquait la perte d’une roue et la sortie définitive de la #26.

Toujours sous un chaud soleil en début d’après-midi de dimanche, le duo revanchard de la #25 bleue et blanche visait un podium suite au 3e chrono de qualification de Christopher Haase. Le pilote officiel Audi Sport l’exploitait très bien et tenait la position dès le départ, de même que Markus Winkelhock pour sa 7ème place initiale. Hélas, le 7e tour était fatal à Markus, cette fois par la faute de Jim Pla. Comme la veille, une neutralisation se produisait juste avant les changements de pilotes, que le team SAINTéLOC a très bien réussi tout le week-end, hormis le problème de redémarrage de la #24 en course 2 qui allait lui coûter 15 » et la victoire en Pro-Am. Simon Gachet reprenait la piste en 2ème position et allait devoir composer en fin de course avec une dégradation des pneus sous cette chaleur. De ce fait, il était judicieux de ne pas trop résister à la Lamborghini de Caldarelli, un peu plus rapide. « Gachet fait un beau relais », note Frédéric Thalamy. « Suite à ce qu’il s’était passé samedi, il n’est pas parti le ‘couteau entre les dents’. Pour moi, il pouvait intrinsèquement aller chercher Weerts sans problème. Mais il a surtout pensé à assurer une place sur le podium. Quand Caldarelli est venu l’attaquer, il a aussitôt ouvert et l’a laissé passer. Le mot d’ordre émis avant le départ, pour tout le team, était qu’il fallait que les voitures terminent. Il valait mieux une 3ème place, plutôt que risquer ne pas être à l’arrivée. C’est d’ailleurs pour ça que Markus était aussi furieux ».

Déclas
Nyls Stievenart (Audi R8 LMS #24), de retour sur les podiums Pro-Am Cup en compagnie de son coach Stéphane Ortelli.

« Le niveau du plateau s’est encore élevé cette année en ‘sprint’, et même en Pro-Am où nous sommes 5 équipages cette année. C’est sûr que c’est un peu plus valorisant, mais ça l’aurait été encore mieux si on avait gagné.
« Ma qualification a été vraiment satisfaisante (Nyls s’est classé 16e et meilleur Pro-Am à 1 seconde de la pole et à 4/10e de Gachet et Palette. Une nette réduction d’écart de performance pour le plus jeune de l’équipe. Ndlr.) Je ne m’attendais pas à être aussi bien placé car en essais libres on a eu un peu de difficulté. Avec la très forte chaleur ce n’était pas évident de trouver le bon compromis. Ce fut donc une bonne surprise. Ça redonne de la motivation.
« Pour la course 1, je partais largement en tête du Pro-Am, donc avec une bonne marge, et je n’ai pas spécialement cherché à prendre des risques. Mon relais s’est bien passé, mais malheureusement on a connu ce petit souci au changement de pilote, Stéphane n’arrivait pas à redémarrer et on a perdu 15. » C’est un peu rageant, car après être ressorti 4ème, il a réussi un dépassement pour terminer tout près des deux premiers. Ça laisse quand même un peu d’amertume.
« En course 2, Stéphane a pris un départ relativement correct depuis la 5ème place, sans pour autant gagner de position. Nous avons fait un très bon ravitaillement, contrairement à la veille. Mes trois ou quatre premiers tours ont été assez rapides et j’ai dépassé une Ferrari. Mais ensuite la dégradation a été vraiment instantanée. Les deux ou trois derniers tours, c’était de la survie. Je n’ai pas réussi à ménager suffisamment les pneus pour prétendre mieux que la 3ème place, devenue 2ème après la pénalité de la Ferrari de devant. Le principal était de rester sur la piste et de ne pas faire d’erreur. Après les gros ennuis de mes deux courses précédentes, c’est globalement positif. La satisfaction est d’avoir terminé, même si le résultat aurait pu être meilleur. »

Prochaine étape du GT World Challenge Europe dans deux semaines à Zandvoort, où Nyls a déjà roulé il y a trois ans en GT4. « Pas longtemps parce qu’on avait cassé pendant la course », se souvient-il.

Dans la foulée l’équipe est partie à Spa-Francorchamps pour les tests préliminaires des Total 24 Heures où elle a fait rouler cette R8 LMS #26 habituellement engagée en sprint pour Winkelhock et Palette, et qui associera Steven Palette, Simon Gachet et Pierre-Yves Paque.

Et pour ce qui est l’un des deux plus grand rendez-vous annuel de l’Endurance en GT3, le #25 sera porté comme l’an dernier par l’équipage de pilotes officiels spécialement engagés par Audi Sport Team SAINTéLOC pour Christopher Haase, Markus Winkelhock et Frédéric Vervisch.

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*