Dakar/J-2 : Viva Perú !

© DPPI

La 41ème édition du Dakar a ouvert ses portes aux pilotes et équipages qui sacrifient au rituel des vérifications administratives et techniques, qui se tiennent durant trois jours à Lima, capitale du Pérou. Les concurrents péruviens étaient à l’honneur pour cette session d’ouverture, affichant devant les micros et caméras des ambitions diverses mais une fierté identique pour les dix jours de course qu’ils s’apprêtent à affronter.

De la débutante Gianna Velarde au très compétitif Nicolas Fuchs en passant par les fidèles Fernando Ferrand (père et fils), on défend l’idée du pilote-patriote !

Une grande année commence pour le Pérou en matière de sports. L’été prochain, Lima accueillera les Jeux Panaméricains, puis au mois d’octobre le pays organise la coupe du monde de football des moins de 17 ans. Mais pour l’heure, c’est un autre rendez-vous mondial qui s’installe avec la 41ème édition du Dakar, dont les vérifications administratives et techniques ont démarré sur la base aérienne de Las Palmas, dans le sud-est de Lima.

Et si les Péruviens comptent dans quelques mois sur leurs athlètes et jeunes footballeurs pour briller dans les stades, ils sont dans un premier temps focalisés sur leurs 36 représentants prêts à s’attaquer aux dunes, répartis dans 21 véhicules au total. Les ambitions et les moyens sont variables au sein de la délégation. Ceux qui affichent la plus belle longévité, les Fernando Ferrand père et fils, s’engagent sur l’épreuve pour la 9ème fois, sans avoir jamais connu l’abandon, et avec l’unique volonté de ‘partir de Lima et revenir à Lima, à la maison’, se réjouit par avance le plus ancien. Le duo familial servira à sa façon de modèle à la jeune Gianna Velarde, la plus populaire des pilotes péruviennes sur les réseaux sociaux, qui tente sa chance pour devenir la première motarde du pays à boucler ce challenge relevé : « Tous les jours, je visualise que je termine le Dakar, parce que je sais que la force mentale est très importante. Je sais que je ne serai pas la même femme en revenant ici », détaille dans les allées des ‘vérifs’ la jeune femme qui a vaincu à force de volonté un cancer à l’âge de 15 ans.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*