WEC Michelin: Toyota Gazoo Racing signe le doublé à domicile

L'équipage vainqueur de la Toyota #7 © DR

Après un départ sur piste mouillée, rythmé par la voiture de sécurité, les engagés des 6 Heures de Fuji ont rapidement pu profiter de conditions de course plus clémentes. Si lors des premiers tours, les deux Toyota TS050 Hybrid étaient en bagarre avec les prototypes de Rebellion Racing et de SMP Racing, l’avantage des voitures nippones a commencé à devenir évident sur un asphalte devenu désormais sec.

La TS050 Hybrid #7 s’est imposée après les six heures de course et le trio Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez a remporté son premier succès de la saison. A noter qu’après avoir signé la pole-position lors des qualifications, la Toyota TS050 Hybrid #7 avait été rétrogradée en raison d’une vitesse excessive dans la voie des stands.

Le podium des 6 Heures de Fuji est complété par la Toyota TS050 Hybrid des leaders au championnat Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima, et la Rebellion R13 d’André Lotterer, Neel Jani et Bruno Senna qui finit à quatre tours des deux Toyota.

La catégorie LM GTE Pro a offert un beau spectacle au public qui avait défié la météo pour suivre les 6 Heures de Fuji. De belles batailles ont animé la catégorie, avec Aston Martin, dominateur en qualification et au départ de la course, mais qui ne parvint pas à concrétiser sa belle performance par une victoire. Ce sont Kévin Estre et Michael Christensen, sur la Porsche 911 RSR #92, qui passent les premiers sous le drapeau à damier. La BMW M8 #82 s’empare de la deuxième marche du podium, en devançant d’une seconde seulement la Ford GT #67 du Ford Chip Ganassi Team UK.

Enfin, la catégorie LM GTE Am a été remportée par la Porsche 911 RSR #56 de l’équipe Project 1, aux mains de Jörg Bergmeister, Patrick Lindsey et Egidio Perfetti.

« Cette année, durant les 6 Heures de Fuji, du fait des conditions météo, nous avons utilisé toutes les spécifications slicks et pluie que nous avions apportées. Nous avons également pu observer des stratégies très différentes dans toutes les catégories, et donc multiplier les retours d’information, ce qui est toujours très instructif », déclare Jérôme Mondain, le manager Michelin des programmes d’Endurance. « Les stratégies des différentes équipes ont divergé peu après la demi-heure de course, avec les premiers arrêts. Certains chaussaient un nouveau train de pneus pluie, d’autres choisissaient plutôt les pneumatiques intermédiaires, et certains autres retardaient leur passage par les stands pour passer directement en slick. Là aussi, les stratégies se partageaient entre les équipes optant pour des enveloppes Soft ou Médium. Si les voitures du Toyota Gazoo Racing ont capitalisé sur la performance de leurs pneus Michelin pour affirmer leur domination, la catégorie LM GTE Pro a été plus âprement disputée. A la fin de la course Porsche rafle la mise, mais je tiens à souligner la belle performance de BMW, qui signe à Fuji son premier podium en WEC. »

La prochaine manche de la Super Saison FIA WEC 2018/2019 se déroulera en Chine, sur le circuit de Shanghai, où les équipes et les pilotes se retrouveront dans un mois.

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*