Rallye du Maroc: Stars et amateurs à l’unisson !

© ODC

L’Hôtel Marriott, écrin luxueux au cœur de Fès, a bourdonné toute la journée au rythme du balais des stars et des amateurs qui se sont pliés aux traditionnelles vérifications administratives et techniques. Sous un soleil radieux, l’atmosphère était baignée de décontraction alors que le Rallye du Maroc 2018, organisé pour  la  première fois par David Castera (ODC Events), devait décider de l’issue des Championnat du Monde FIM et de la Coupe du monde FIA.

 

MOTOS
Dans la catégorie Moto, le double Champion du Monde en titre Pablo Quintanilla (Rockstar – Husqvarna Factory Racing) n’a pas le droit au moindre écart. Pour coiffer une troisième couronne mondiale, il lui faudra battre l’Australien Toby Price (Red Bull – KTM Factory Team) en embuscade à seulement 8 points mais aussi le Portugais Paulo Gonçalves (Monster Energy – Honda Team) et l’Autrichien Matthias Walkner (Red Bull – KTM Factory Team), vainqueur du Dakar en début d’année, ont mathématiquement aussi leurs chances. Un quintet de favoris qui devra encore se méfier de pointures du calibre de Sam Sunderland (Red Bull – KTM Factory Team), vainqueur du Dakar 2017 et des Américains Ricky Brabec (Monster Energy – Honda Team) et Andrew Short (Rockstar – Husqvarna Factory Racing).

Au total, pas moins de 20 pilotes officiels représentent les équipes KTM, Honda, Husqvarna, Sherco et Yamaha qui ont toutes à cœur de marquer les esprits avant le Dakar 2019.

AUTOS
Pour cette avant dernière manche de la Coupe du Monde FIA, les équipes Overdrive Racing et Toyota Gazoo Racing ont déployé pas moins de 8 Hilux, dont les équipages officiels, Nasser Al-Attiyah/Matthieu Baumel, Giniel de Villiers/Alex Winocq et Bernhard Ten Brike/Xavier Panseri. Si, Giniel peut se targuer de trois succès et Ten Brinke d’une victoire, le représentant du Qatar détient le record absolu au palmarès du Rallye du Maroc avec quatre couronnes successives. Nasser aura plus à cœur de faire grimper son curseur booster par le baptême d’un Hilux largement remanié et engagé en compétition pour la première fois avant le rendez-vous de janvier prochain. Sur sa route, il devra non seulement se défaire de l’équipage leader du provisoire de la Coupe du Monde, Jakub Przygonski/Tom Colsoul dans leur Mini et de leurs équipiers : Yazeed Al Rajhi/Timo Gottschalk en plus de son propre allié de Villiers mais encore de deux invités de dernière minute que sont Carlos Sainz et Cyril Despres. Annoncés seulement deux jours avant le départ de la course aux commandes d’inédits Buggy 2 roues motrices X-Raid MINI JCW, les coéquipiers du dernier Dakar auront à cœur de prouver qu’il faudra compter sur eux dès janvier prochain. Une échéance à laquelle Nasser sait déjà qu’il croisera le fer avec leur troisième as, Monsieur Dakar en personne. Présent au Maroc, Stéphane Peterhansel a préféré partager l’aventure avec son épouse Andréa à bord d’un SSV Yamaha.

AMATEURS
Grâce aux initiatives de David Castéra – ex-Directeur Sportif du Dakar, ex-pilote moto et copilote professionnel auto – tel que la création du premier road-book électronique au monde en catégorie Enduro Cup, les amateurs n’ont pas su résister à l’appel du désert marocain. Une catégorie qui lui tient particulièrement à cœur : « En tant que organisateur, je sais combien est vital pour le sport d’offrir au maximum de personnes la possibilité de découvrir notre discipline. Dans cette optique, il est essentiel de continuer à développer l’Enduro Cup pour leur permettre de faire leurs premiers pas en rallye-raid. »

Une autre innovation en faveur de la sécurité, mais aussi de la cohabitation entre les professionnels et les amateurs, est la séparation des parcours pour les catégories moto/quad/SSV d’une part, autos:camion d’autre part.
David Castera de justifier son ambition : « En tant que ancien pilote moto et co-pilote auto, je sais combien il est difficile et souvent dangereux de piloter dans la poussière d’un autre véhicule plus encombrant… Le principe des parcours distincts permet à chaque catégorie d’évoluer dans son propre espace de course sans se soucier des autres catégories et sans en subir les conséquences. Si, en général les 25 premiers et derniers kilomètres des spéciales seront communs, le reste du tracé sera propre à chaque catégorie ou emprunté à des horaires différents afin que les moto/quad/SSV et les auto/camion ne soient jamais ensemble en même temps, pour le plaisir et la sécurité de chacun. « Des initiatives qui ont déjà porté leurs fruits. Si le nombre exact des partant sera connu demain à l’issue des ultimes vérifications en milieu de matinée, l’édition 2018 du Rallye du Maroc peut déjà compter sur environ 150 concurrents issus de 31 nationalités différentes.

Tous prendront dès demain le départ des 10 kilomètres du prologue, décisif pour déterminer l’ordre des départs de l’étape 1 qui conduira la caravane des 800 personnes aspirées par l’aventure jusqu’à Erfoud.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*