ELMS Spa: Sous la pluie, victoire de United Autosports

La Ligier #22 vainqueur à Spa avec Hanson et Albuquerque

Après un peu plus de deux heures de course sous une pluie battante, les 4 Heures de Spa-Francorchamps ont été interrompues au drapeau rouge et le résultat entériné, alors que la météo continuait de se dégrader. La Ligier #22 de Phil Hanson et Filipe Albuquerque (United Autosports) a décroché sa première victoire de la saison 2018 devant l’ORECA #21 de Nico Lapierre, Ben Hanley et Henrik Hedman (DragonSpeed).

La Ligier #23 de Panis Barthez Compétition termine troisième.

L’ORECA #26 de G-Drive Racing termine loin dans le classement avec ces conditions météo difficiles. Mais avec seulement la moitié des points attribuée, l’écurie russe, déjà trois fois victorieuse en 2018, remporte le titre LMP2, tandis que Roman Rusinov et Andrea Pizzitola sont couronnés chez les pilotes.

La catégorie LMP3 a également souri à United Autosports. Sa Ligier-Nissan #2 monte sur la plus haute marche du podium, avec le champion 2017 John Falb et le ‘super remplaçant’ Scott Andrews en l’absence de Sean Rayhall qui, malade, n’a pu faire le déplacement en Belgique.

Grande première également pour Ebimotors, titré en GT3 dans la Michelin Le Mans Cup en 2017. L’équipe italienne s’impose en catégorie LMGTE, alors que Riccardo Pera, Fabio Babini et Bret Curtis fêtent leur première victoire en ELMS.

De la pluie, toujours de la pluie…
Compte tenu des prévisions météo très pluvieuses sur la région des Ardennes, décision est prise d’avancer de 75 minutes le départ des 4 Heures de Spa-Francorchamps. A 10h45, quarante concurrents s’élancent donc derrière la voiture de sécurité et la suivent pendant un quart d’heure avant que la direction de course n’ordonne le drapeau vert sur une piste détrempée.

Partie de la pole position, l’ORECA #26 d’Andrea Pizzitola (G-Drive Racing) est en tête, alors que l’ORECA #28 de Paul-Loup Chatin (IDEC Sport) rentre au stand pour changer de pneus. Blottie sous l’aileron arrière de Pizzitola, l’ORECA #29 de Nico Jamin (Duqueine Engineering) finit par prendre la tête à Fagnes.

Jean-Baptiste Lahaye (Norma #17, Ultimate) est leader de la catégorie LMP3, alors que les Ligier #15 de Job van Uitert (RLR MSport) et #11 de Mattia Drudi (Eurointernational) sont à la lutte pour la deuxième place. Van Uitert parvient à conserver cette position et à déloger la #17 du commandement.

Riccardo Pera et sa Porsche #80 (Ebimotors) effectue un bon départ et prend la tête de la catégorie LMGTE devant l’autre 911 #88 de Gianluca Roda (Proton Competition).

Sur cette piste détrempée, les pilotes sont très prudents mais certains d’entre eux se font piéger par la météo : Jean-Baptiste Lahaye se déporte brusquement sur la gauche et heurte les barrières à la sortie de Pouhon.

Cet incident provoque l’entrée de la voiture de sécurité, qui reste en piste pendant 20 minutes pour permettre aux commissaires d’évacuer la Norma endommagée. La voiture de sécurité est sur le point de libérer les concurrents lorsque la Ligier #9 de AT Racing s’arrête dans la ligne droite de Kemmel. La voiture de sécurité reste donc en piste pour encore quelques minutes supplémentaires avant le drapeau vert. Plusieurs concurrents profitent de cette neutralisation pour passer par les stands. Parmi eux, la Ligier United Autosports #22 : Phil Hanson est relayé par Filipe Albuquerque.

Au drapeau vert, Andrea Pizzitola et son ORECA #26 se retrouvent sous la pression de l’ORECA #31 de Gustavo Menezes (APR Rebellion). Le Français sort large au virage 14 et traverse le bac à gravier. Une excursion impromptue qu’il réédite au tour suivant, pour éviter la Ligier Eurointernational #22, arrêtée au milieu de la piste. L’écurie leader du classement général provisoire plonge alors en neuvième position et Pizzitola rentre au stand pour passer le volant à Jean-Eric Vergne.

Quatrième de la catégorie LMGTE, la Ferrari #83 de Nic Jönsson (Krohn Racing) se fait doubler par la Ligier #5 d’Alexey Chuklin (Nefis by Speed Factory). Le pilote ukrainien se rabat devant la Ferrari pour négocier le virage 1 mais Jönsson ne dispose pas d’assez d’espace et percute l’arrière de la Ligier. La Ferrari rentre au stand pour abandonner et Chuklin est pénalisé d’un drive-through (passage obligatoire à vitesse réduite par la voie des stands) pour avoir provoqué cet incident.

La Porsche #80 a creusé un écart conséquent en tête de la catégorie LMGTE, devant les deux autres 911 de Gianluca Roda et Christian Ried (Proton Competition).

La Ligier de Job van Uitert est toujours en tête des LMP3 mais celle d’Antonin Borga (Cool Racing, #4) réduit l’écart sur le pilote néerlandais. S’ensuit une belle bagarre pour la première place qui dure plusieurs tours, avant que Borga ne prenne le meilleur sur van Uitert, sorti trop large du virage 14.

Pendant ce temps, en tête de la course, la Ligier de Filipe Albuquerque a fait une belle remontée et est désormais leader avec 5 secondes d’avance sur Julien Canal (Panis Barthez Compétition). Troisième, l’ORECA #24 de Norman Nato (Racing Engineering) est à seulement 1″4 seconde de Canal.

Mais les ennuis de la #26 ne sont pas terminés. Jean-Eric Vergne est à la lutte avec Ryan Cullen (ORECA #31, APR Rebellion). La Porsche de Christian Ried tente de ne pas interférer dans la bagarre des deux prototypes LMP2, mais Vergne heurte la GT allemande à l’amorce du dernier virage. En perdition sur la piste, Ried percute Cullen, endommageant sérieusement les deux voitures.

Vergne est jugé responsable de cet accident et écope d’un stop-and-go (arrêt obligatoire au stand, sans intervention sur la voiture) de 2 minutes. Cullen finit par ranger sa voiture éclopée en bord de piste dans la ligne droite de Kemmel, alors que la Ligier #7 de Colin Noble (Ecurie Ecosse/Nielsen) sort au virage 4. Ce double incident provoque la troisième entrée en piste de la voiture de sécurité.

La pluie tombant plus fort que jamais, le Directeur de Course décide de présenter le drapeau rouge et arrête la course à cause de ces conditions extrêmement difficiles. Les voitures s’immobilisent sur la grille de départ pendant 20 minutes, avant que le résultat ne soit entériné. La moitié des points est attribuée, la course n’ayant pas atteint 75% de sa durée.

La Ligier United Autosports #22 est déclarée vainqueur, accompagnée dans le top 3 par l’ORECA DragonSpeed #21 et la Ligier Panis Barthez Compétition #23. L’ORECA G-Drive Racing #26 est classée douzième de la catégorie LMP2, 2 minutes 30 étant rajoutées à son temps de course en lieu et place de son stop-and-go de 2 minutes. L’écurie russe ne peut toutefois plus être rattrapée avant la finale de la saison au Portugal, Roman Rusinov et Andrea Pizzitola remportant également le titre des pilotes LMP2 de la saison European Le Mans Series 2018.

La Ligier United Autosports
#2 s’impose en LMP3. Au classement général provisoire de la catégorie, la Ligier RLR MSport #15 de Job van Uitert, John Farano et Rob Garofall porte son avance à 14 points sur 360 Racing, après la troisième place de l’écurie britannique.

La catégorie LMGTE voit la victoire de la Porsche Ebimotors #80, devant la Ferrari Spirit of Race #55 et la Porsche Proton Competition #88. L’équipage de cette dernière compte désormais 11,5 points d’avance en tête du classement général, alors que seule la manche portugaise reste encore à disputer.

Jeff Carter,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*