24 Heures du Mans LMP1 : Paroles de Pilotes

Liesse sur le podium pour Toyota

Toutes les victoires ont le goût de l’inédit, mais toutes ne sont pas empreintes d’une telle charge émotionnelle. Séquence frisson.

Fernando Alonso – Toyota TS050 Hybrid #8, vainqueur : « Evidemment, je suis encore un peu sous le choc. Nous étions tellement concentrés sur la course et tellement stressés en regardant la fin de course à la télé.

Pendant la nuit, j’ai trouvé un bon rythme dans le trafic. Ce fut un bon relais avec des conditions de piste plus fraîches semblant mieux convenir à mon style de pilotage. Nous avons tout fait pour rester dans la course jusqu’à la fin même si, à certains moments, nous étions un peu derrière. »

Sébastien Buemi – Toyota TS050 Hybrid #8, vainqueur : « J’ai encore du mal à réaliser. Quand je regardais Kazuki en piste lors des derniers tours, je ne pouvais m’empêcher de revoir les images de 2016 défiler devant mes yeux. A un moment, j’ai pris une pénalité parce que j’avais dépasser la limite de vitesse lors d’un ‘full course yellow’. Quand j’ai laissé la voiture à Fernando, j’ai pensé que ça allait être difficile avec 2’15 » de retard sur la #7. Je suis allé me coucher et quand je me suis réveillé, nous n’avions plus que 40 » de retard. Il a fait un sacré boulot ! »

Kazuki Nakajima – Toyota TS050 Hybrid #8, vainqueur qui a eu la lourde responsabilité d’effectuer le dernier relais : « Je reste sans voix. Je suis content d’avoir été au volant pour le dernier relais plutôt que d’avoir à vivre ça devant les télés. Après ce que nous avons enduré il y a deux ans, j’ai eu peur que Seb ne fait une crise cardiaque. »

José Maria Lopez – Toyota TS050 Hybrid #7, deuxième : « Bravo à la voiture #8. Nous avons eu une bagarre équitable avec nos équipiers. Nous nous sommes bien battus, mais ils ont trouvé un meilleur rythme. Fernando était très rapide durant la nuit. A ce moment, je ne voulais pas prendre le moindre risque car nous étions en tête. Sur une course de 24 heures, si vous êtes un peu plus rapide de quelques dixièmes, ça fait une énorme différence à la fin. Je suis fier de cette 2ème place. »

Mathias Beche – Rebellion R13 #3 de Rebellion Racing, troisième : « Je suis fier de ce que l’équipe a réussi, fier de mes équipiers car dans la voiture sœur il y avait deux vainqueurs du Mans. Nous n’étions pas favoris mais nous avons fait le travail en piste. Je suis aussi très heureux pour toute l’équipe car le projet a débuté assez tard et ce fut un sacré job pour être prêt. »

Thomas Laurent – Rebellion R13 #3 de Rebellion Racing, troisième et déjà sur le podium l’an dernier : « On a essayé de garder un bon rythme, de prendre soins des pneus et de faire en sorte qu’il n’arrive rien à la voiture. Nous avons eu pas mal de petits soucis qui nous ont fait passer souvent par le garage. »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*