24H du Mans: Les chiffres à retenir après les qualifs

© ACO

Après les deux soirées d’essais, l’heure est au bilan avant course : plongeons dans les chiffres pour analyser les meilleures performances et comprendre le travail des différentes équipes. Décryptage.

– Cinq voitures sont qualifiées avec un temps inférieur à 3’20. C’est le cas des deux Toyota TS050 Hybrid. La #8 est en pole position en 3’15’’377, et la voiture sœur (#7) est en 3’17’’377.

L’écart entre les deux voitures hybrides est ainsi d’exactement deux secondes ! Les trois autres voitures sous la barre des 3’20 sont la Rebellion R13 – Gibson #1 en 3’19’’449, la BR Engineering BR1 – AER #17 (3’19’’483) et enfin la Rebellion R13 – Gibson #3 (3’19’’945).

– Le temps réalisé par Kazuki Nakajima pour la pole n’est pas le meilleur tour virtuel. En effet, en combinant les meilleurs partiels des deux soirs d’essais, on obtient un temps de 3’15’’017. Il faut pour cela additionner le premier partiel de Thomas Laurent en 31’’004 avec la Rebellion R13 – Gibson #3, puis le deuxième secteur de Kazuki Nakajima en 1’15’’035 (Toyota TS050 Hybrid #7) et le dernier secteur de Kamui Kobayashi en 1’28’’778 (Toyota TS050 Hybrid #8).

– 342,3 km/h. C’est la vitesse maximale la plus élevée enregistrée cette semaine, signée par Sébastien Buemi, sur la Toyota TS050 Hybrid #8. 25 voitures ont franchi au moins une fois les 330 km/h en pointe. Le plus ‘vite’ en LMGTE Pro fut Frédéric Makowiecki : 322,9 km/h avec sa Porsche 911 RSR #91. Impressionnant, quand on sait que la deuxième voiture de la catégorie est la Porsche 911 RSR de l’équipe Gulf Racing à ‘seulement’ 305,6 km/h.

– Une LMP1 partira intercalée dans le peloton des LMP2. Il s’agit de la Ginetta G60-LT-P1 – Mecachrome #5, qui signe le 14ème temps. Les neuf autres LMP1 sont ainsi aux neuf premières places de la grille.

– Le plus rapide de tous les pilotes en LMP2, lors des essais qualificatifs, fut Paul-Loup Chatin en 3’24’’842. Il fut malgré tout devancé sur la piste par Loïc Duval (Oreca 07 – Gibson #28 de l’équipe TDS Racing) avant que son temps soit annulé : la voiture ne s’est pas présentée au contrôle technique obligatoire à l’entrée de la pitlane pendant les essais.

– La catégorie LMGTE Pro est celle qui présente le plus petit écart entre tous les pilotes. En effet, les 51 pilotes sont regroupés en 7 »920. Le plus rapide est Gianmaria Bruni, avec la Porsche 911 RSR #91 et sa livrée historique. Le pilote le moins rapide est Jonathan Adam (3’55’’424) avec la nouvelle Aston Martin Vantage GTE #97. Il ne faut toutefois pas s’y méprendre, ‘Jonny’ Adam est le vainqueur en titre de la catégorie. Tout peut changer en course.

– Sept pilotes ne sont pas parvenus à boucler un tour en moins de 4 minutes. Ils sont tous engagés en catégorie LMGTE Am.

Geoffroy Barré,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*