Afriquia Merzouga: Ils sont prêts à en découdre

© DR

À la veille du free practrice et du prologue, dimanche après-midi, qui lanceront cette 9e édition de l’Afriquia Merzouga Rally, les compétiteurs et les membres de l’organisation mettent la main aux derniers préparatifs.

Au pied des imposantes dunes du Merzouga, au sud du Maroc, la quiétude de l’imposant Tombouctou hôtel est trompeuse. C’est en effet ici que l’Afriquia Merzouga Rally a installé son camp de base, point névralgique de la 9ème édition de ce rallye-raid.

Alors que le mercure atteint aisément les 25°C, les équipes d’assistance s’affairent à préparer motos, quads et Side by Side qui y participeront. Tout doit être prêt pour demain afin de lancer la compétition.

Servir de tremplin pour le Dakar
Les novices, pour qui il s’agit de la première compétition à ce niveau, dissimulent à peine leur enthousiasme et s’émerveillent en regardant le bivouac se constituer et les écuries majeures (KTM, Honda, Sherco,) se préparer. L’Afriquia Merzouga Rally est en effet l’endroit idéal pour s’initier au haut niveau du rallye-raid et servir de tremplin afin de participer au Dakar.

D’ailleurs, à l’issue de chaque étape, les compétiteurs qui le souhaitent pourront assister à des cours du soir, animés par des pilotes de renom, afin d’améliorer leur pratique. Dès demain, le premier cours concernera d’ailleurs la préparation d’un road-book. « J’ai l’habitude de faire une semaine dans les dunes avec des amis mais je n’ai jamais vraiment roulé avec la contrainte de la navigation » confie un pilote qui participe au Merzouga pour la première fois et se dit ‘désireux d’apprendre’.

Dans le grand bain dès demain
Au côté des novices, il y a les pilotes plus expérimentés, ceux qui ont l’habitude d’enchaîner les compétitions en rallye-raid. Pour eux, la journée est égayée par les retrouvailles. « Il y a de nombreuses personnes que je n’avais plus vu depuis le Dakar », souligne un mécanicien croisé dans le réfectoire. Ca fait plaisir de prendre des nouvelles de chacun et, surtout, de se retrouver dans un cadre aussi majestueux. » Pour la soixantaine de personnes composant l’organisation, c’est aussi l’heure des derniers réglages. « Il faut lancer la machine », explique Edo Mossi, le fondateur de l’épreuve. L’organisation répond aux mêmes logiques qu’un motard : il convient de préparer sa machine et de veiller à tous les détails pour être au rendez-vous dès demain. »

Tous les compétiteurs seront ainsi lancés dans le grand bain ce dimanche. Après un réveil matinal, chacun devra assurer les vérifications administratives et techniques. Ensuite, motos, quads et Syde by Side sont déjà attendus sur la piste pour deux sessions : un ‘free practice’ à partir de 16 h (heure locale) et un prologue à 18 h qui permettra de définir l’ordre de départ de la première étape qui aura lieu lundi. « Quand on voit les dunes au loin, on a qu’une seule envie : monter sur la moto et pouvoir s’y confronter » explique un concurrent, le regard malicieux. Vivement dimanche !

Maria Guindotti,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*