Dakar Étape11 : Ten Brinke offre une 3ème victoire à Toyota

Bernhard Ten Brinke et Michel perin

Depuis dix ans que le Dakar a pris ses quartiers en Amérique Latine, quelques spéciales ont gagné leurs lettres de noblesse. Au point d’être érigées en hauts-lieux de l’épreuve, comme l’étaient Tichit ou Atar, en Mauritanie, du temps de l’Afrique. Celle de Fiambala, théâtre de l’étape du jour en Argentine, est assurément l’une d’elles.

En raison de ses dunes inhospitalières, de ses températures caniculaires et de son sable souvent très peu porteur, qui causèrent bien des dégâts par le passé.

Cette année, le sol était un peu moins mou qu’à l’accoutumée, mais cela n’enlève rien à l’exploit réalisé aujourd’hui par le Néerlandais Bernhard Ten Brinke, et son navigateur français, Michel Perin, vainqueurs entre Belen et Chilecito avec plus de quatre minutes d’avance sur leur plus proche poursuivant à bord du Toyota Hilux de dernière génération.

C’est le troisième succès du Toyota Gazoo Racing SA depuis le départ, après les deux glanés par Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel (étapes 1 et 3). C’est également la deuxième victoire personnelle de Ten Brinke sur l’épreuve reine du rallye-raid, après celle remportée en 2016 lors du prologue argentin. Signe de sa montée en puissance, lui dont le meilleur résultat sur le Dakar est pour l’instant une septième place conquise en 2015, déjà sur Toyota. Sa performance du jour lui permet du même coup de reprendre ses distances, dans le match interne qu’il se livre avec Giniel De Villiers, son compagnon d’équipe, pour le gain de la quatrième place du classement général.

Contraint de s’élancer parmi les premiers suite à sa deuxième position d’hier, sur une étape réputée pour sa navigation difficile, le Sud-Africain ne pouvait faire mieux que sixième à 11’57’’, après s’être ensablé et avoir quelque peu jardiné. Il était devancé par Nasser Al Attiyah, le héros malheureux de la veille, classé cinquième à 5’56’’ suite notamment à deux crevaisons, mais toujours fermement accroché à la troisième marche du podium provisoire. Un rang qu’il faudra encore défendre farouchement demain, entre Chilecito et San Juan : les navigateurs devront y avoir tous les sens en éveil, malgré la fatigue, pour trouver la voie la plus rapide menant de way-point en way-point, dans des rios entremêlés.

« C’était une spéciale très cassante », expliquait Nasser Al Attiyah, « et peut-être avions-nous opté pour des réglages de suspensions un peu trop durs. On a également été victimes de deux crevaisons, or nous n’avions que deux roues de secours, aussi nous avons fini les quatre-vingt derniers kilomètres sans prendre de risques inconsidérés. »

« S’élancer en deuxième position dans Fiambala n’est jamais facile », reconnaissait Giniel De Villiers. « Mais on a tâché de limiter les dégâts du mieux possible. On a perdu quelques minutes à jardiner pour trouver la bonne trace, on s’est aussi un peu ensablés dans de l’herbe à chameaux, ce qui explique l’écart à l’arrivée. Bernhard mérite sa victoire, félicitations à lui ! Quant à nous, nous n’allons rien lâcher jusqu’à l’arrivée. »

« Après vingt premiers kilomètres un peu lents », détaillait Bernhard Ten Brinke, « on a haussé le ton et tiré profit de notre position avantageuse dans l’ordre de départs. On évolue vraiment en osmose avec Michel maintenant, après neuf jours de course ensemble, puis j’étais également en confiance avec mon Toyota Hilux, du coup on a vraiment attaqué. On a rattrapé des concurrents partis avant nous, et compris que l’on était en train de réaliser une belle performance. J’aime quand c’est ainsi sablonneux, cassant. Michel a également été très bon en navigation, en faisant sa propre trace sans jamais hésiter. Cela ne sera pas facile d’ouvrir la piste demain, mais encore une fois, nous allons faire de notre mieux ! »

RÉSULTATS
Mercredi 17 janvier / Belen-Chilecito / 280 km de spéciale
1. Ten Brinke-Perin (Toyota Hilux)
5. Al Attiyah-Baumel (Toyota Hilux) + 5’56’’
6. De Villiers-Von Zitzewitz (Toyota Hilux) + 11’’57

Classement général
3. Al Attiyah-Baumel (Toyota Hilux) + 1h14’02’’
4. Ten Brinke-Perin (Toyota Hilux) + 1h17’35’’
5. De Villiers-Von Zitzewitz (Toyota Hilux) + 1h30’05’’

Eric Bellegarde,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*