Dakar Etape 11 Overdrive: Lucio Alvarez poursuit sa remontée

Lucio Alvarez remonte...

Lucio Alvarez est l’archétype du pilote latin. Particulièrement généreux dans l’effort, au point de souvent tutoyer les limites, l’Argentin ne jure que par l’attaque. Aujourd’hui encore, sur les deux cent quatre vingt kilomètres de la redoutable spéciale de Fiambala, en Argentine, dont il connaît presque le moindre recoin, il s’était élancé avec pour unique ambition de refaire son retard sur le dixième du classement général provisoire.

Avec le dixième temps réalisé, il lui reprenait treize minutes supplémentaires.

Mais la journée aurait pu être encore plus fructueuse sans deux crevaisons et un choc avec une pierre, qui lui valait d’endommager la direction. Nul doute qu’il repartira à l’assaut dès demain au volant de son Toyota Hilux déjà remis d’aplomb par les mécaniciens d’Overdrive Racing. D’autant que les spéciales à venir, de plus en plus typées ‘rallye classique’ à compter de vendredi, lui conviendront à coup sûr, lui qui court régulièrement dans le championnat argentin de la spécialité. L’approche était en revanche plus mesurée du côté de Peter Van Merksteijn, bien conscient qu’il a désormais plus à perdre qu’à gagner. Le Néerlandais s’attachait donc à gérer son effort et éviter les pièges pour franchir la ligne d’arrivée au douzième rang.

Alejandro Yacopini, le troisième homme de la formation belge, suivait quant à lui en quatorzième position, avec la satisfaction de remonter dans le classement général provisoire, après sa mésaventure d’hier (wal-point manqué).

« J’espérais mieux de cette journée », reconnaissait Lucio Alvarez, « mais peut-être que je n’avais pas opté pour les meilleurs réglages de suspensions sur un terrain aussi défoncé. Il faut dire qu’il y avait vraiment beaucoup de pierres au milieu des dunes. Avec mes crevaisons et ma touchette contre un rocher, le résultat n’est finalement pas si mauvais. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot, je pense que je peux refaire mon retard ! D’autant que j’aime beaucoup les spéciales à venir. »

« Il y avait énormément de navigation aujourd’hui, avec beaucoup de traces possibles », expliquait Alejandro Yacopini, « mais je suis content de notre journée. J’ai pris beaucoup de plaisir derrière le volant, puis cela fait vraiment chaud au coeur de voir tous ces drapeaux argentins pour nous soutenir. Il devrait y en avoir encore plus demain puisque l’on se rapproche de notre base de Mendoza ! »

« C’était une étape vraiment difficile », confessait Peter Van Merksteijn. « En tout et pour tout, on a dû avoir trois lignes droites pour reprendre notre souffle, le reste n’était que franchissement et navigation dans les dunes et l’herbe à chameaux. Il a vraiment fallu s’employer derrière le volant pour éviter aussi les nombreuses pierres disséminées dans le sable. Mais c’est l’un des plus beaux rallyes que j’ai eu la chance de courir jusqu’alors. J’ai donc vraiment à coeur de voir le terme, aussi j’essaie de piloter suffisamment vite pour rester concentré, sans prendre pour autant de risques. »

RÉSULTATS
Mercredi 17 janvier / Belen-Chilecito / 280 km de spéciale
10. Alvarez-Howie (Toyota Hilux) à 42’23’’
12. Van Merksteijn-Marton (Toyota Hilux) à 52’35’’
14. Yacopini-Scopinaro (Toyota Hilux) à 1h16’33’’
 
Classement général
9. Van Merksteijn-Marton (Toyota Hilux) à 6h31’09’’
11. Alvarez-Howie (Toyota Hilux) à 9h24’01’’
14. Yacopini-Scopinaro (Toyota Hilux) à 11h23’22’’

Eric Bellegarde,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*