Bilan contrasté du Dakar 2017 pour le X-Raid Racing

Orlando Terranova 9 DR

Le Dakar 2017 est arrivé à son terme, après deux semaines de course éprouvante ! Les trois nouvelles Mini John Cooper Works Rally ont toutes rallié l’arrivée, à l’instar des cinq ‘anciennes’ Mini All 4 Racing. Dans ce rallye-raid, exigeant pour l’homme et sa machine, six équipages X-Raid ont fini dans le top 20.

Ces deux dernières semaines n’ont pas manqué de péripéties. Finalement, c’est l’Argentin Orlando Terranova qui, accompagné de l’Allemand Andreas Schulz, signe la meilleure performance de l’équipe X-Raid avec une 6ème place à Buenos Aires. Derrière, Kuba Przygonski et Tom Colsoul terminent 7ème.

Pour son premier Dakar, le Qatari Mohamed Abu Issa, navigué par le Français Xavier Panseri, clôt l’exercice dans le top 10.

La première apparition du nouveau modèle, le Mini John Cooper Works Rally a été remarquée. Les trois véhicules engagées n’ont pas rencontré de problème majeur sur le parcours. Néanmoins, les conditions climatiques et les circonstances ont eu leur mot à dire sur les résultats finaux. Les hautes altitudes rencontrées en Bolivie ont eu raison de Yazeed Al-Rajhi lors de la quatrième étape. Victime d’un mal de crâne, le Saoudien abandonnait ses espoirs de podium à plus de 4 000 mètres d’altitude.

De plus, les pluies torrentielles ont parfois empêché les pilotes de combler leur retard. Des étapes ont dû être raccourcies voire tout simplement annulées : plus d’un tiers des 4 093 kilomètres de secteurs chronométrés n’a pas été disputé (soit 1 400 kilomètres) ! La neuvième spéciale (annulée) aurait pu offrir un terrain de jeu idéal aux Mini. Toutefois, le Dakar a une nouvelle fois révélé les avantages dont bénéficient les Buggies sur les 4 roues motrices, en raison de la réglementation technique.

Le meilleur représentant du team X-Raid sur cette épreuve, Orlando Terranova, n’a pas vécu un rallye de tout repos. Après un départ particulièrement difficile, la quatrième journée lui coûta un temps précieux, entre des soucis de navigation et la gestion de l’altitude. L’Argentin parvenait petit à petit à combler une partie de son débours par la suite, pour entrer dans le top 6 peu de temps avant de débarquer chez lui, à Buenos Aires. « L’entame de ce Dakar a été rude », reconnaît l’Argentin. « Nous avons commis beaucoup trop d’erreurs. A contrario, la seconde semaine s’est déroulée sans accroc ; je suis satisfait de rallier l’arrivée, à bord d’une voiture en parfait état. La navigation a été extrêmement difficile, les spéciales ont été rendues plus longues et techniques. En tenant compte de ces aspects, ce fut une épreuve bien meilleure que l’an passé. »
 
La septième place de Kuba Przygonski est tout sauf une surprise. Le Polonais, habitué du rallye-raid sur 2 roues, disputait son deuxième Dakar. Il fut immédiatement dans le rythme des cadors, et démontra sa détermination à finir dans le top 10. « Ce fut un Dakar exigeant, avec de nombreux moments stressants et une navigation plus compliquée. Rouler en compagnie de Tom (Colsoul) a été un réel plaisir. Je suis ravi de finir à cette position, tout comme je suis satisfait de rouler toujours plus vite et efficacement. La progression entre mes deux derniers Dakar est énorme, je dois juste modifier quelques paramètres pour devenir un pilote encore plus performant. »
 
La dixième place finale de Mohamed Abu Issa a quant à elle été acquise à l’étonnement général. Après tout, ce n’était que son premier Dakar à bord d’une auto (il a disputé plusieurs fois ce rallye-raid en quad). « Je pense avoir opté pour la meilleure équipe. J’ai énormément appris ces dernières semaines, et c’est  ce dont j’avais besoin cette année. Par exemple, dans ma période quad, j’expliquais aux mécaniciens le réglage que je souhaitais pour le lendemain. Chez X-Raid, je suis devenu l’élève. C’est vital pour moi, car je suis encore assez jeune. Je veux gagner le Dakar, et c’est la bonne manière pour y parvenir. »

Hirvonen fait contre mauvaise fortune bon cœur
La figure de proue de l’équipe, Mikko Hirvonen, menait la meute des Mini durant la majeure partie de l’épreuve avant de buter sur la navigation lors de la dixième étape. Le Finlandais ainsi que son co-pilote français Michel Périn y ont anéanti leurs derniers espoirs de podium. L’ancienne star des rallyes y perdit plus de trois heures, après avoir percuté un camion. « Cette deuxième participation au Dakar a été de loin la plus compliquée. Même si nous n’avons pu finir comme nous l’aurions souhaité, notre rythme a été satisfaisant pendant les deux semaines. Ça fait partie du jeu ! Même cette dixième spéciale eut ses points positifs, ce qui peut sembler un peu fou. Je rentre d’Amérique du Sud avec une tonne d’histoires à raconter. Lorsqu’une course est terminée, on se rappelle avec joie tous les moments passés derrière le volant. J’ai pris beaucoup de plaisir sur ce Dakar, cette édition a été l’aventure que j’attendais. La nouvelle Mini a été performante et je pense que nous aurions pu finir sur le podium », conclut Hirvonen, 13ème dans la capitale argentine.

Un peu plus loin dans le classement, à la quinzième place, on retrouve Stephan Schott et Paulo  Fiúza. « Je me porte à merveille ! » s’exclamait Schott. « C’était une course plaisante, bien que certaines pistes en Bolivie n’ont pas été très amusantes à traverser. Je ne peux que remercier mon navigateur pour l’incroyable soutien durant ces deux semaines. »

La paire brésilienne composée de Sylvio de Barros et Rafael Capoani (18ème) inscrite en urgence après le forfait de Bryce Menzies ont des motifs de satisfaction. « Ce fut une bonne expérience, même si nous nous sommes perdus plusieurs fois. Le Mini est solide comme un roc. Nous avons percuté des arbres, des pierres, nous sommes même partis en tonneaux, mais la voiture s’en est bien sortie, jusqu’à Buenos Aires », relatait de Barros.  

Sur le podium en 2015, Yazeed Al-Rajhi et son équipier Timo Gottschalk ont pris un bon envol, avant de subir les hautes altitudes au quatrième jour. « Le Dakar a été fun cette année, mais je ne suis pas très à l’aise avec l’idée de courir sur les plateaux boliviens », expliquait la Saoudien. « Nous avions une bonne pointe de vitesse, mais je me sentais très mal en altitude. Cette sensation a été amplifiée par un rhume que je traînais depuis quelques jours. C’est vraiment dommage, j’aurais adoré signer un meilleur résultat (27ème à une quinzaine d’heures). Le Mini est un 4×4 très robuste. D’autres équipes ont du composer avec des problèmes mécaniques, mais pas nous. Dans notre team, les erreurs ont pour la plupart été d’ordre humaine. »

« Nous nous concentrerons plus sur les 2 roues motrices dans le futur »
La météo extrême a compliqué la navigation. La chaleur écrasante au Paraguay et en Argentine, ainsi que les tempêtes, la boue et le froid en Bolivie ont poussé les équipes dans leurs limites. Les mécaniciens ont pourtant gardé leur concentration pour délivrer un travail sans fioriture pour réparer et préparer les huit Mini en vue de l’étape suivante.

« C’était un Dakar très rude, et cette description ne s’applique pas qu’à la partie sportive », analysait le patron du X-Raid Racing, Sven Quandt. « Cette année, les conditions
climatiques ont été extrêmes. La chaleur, jusqu’à plus de 40°, puis les bivouacs à 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, avec la pluie, la boue, et le froid : ce fut physiquement et mentalement très éprouvant. Notre équipe de mécaniciens a réalisé un travail fantastique. Quand vous êtes allongé sous une voiture au milieu de la boue, l’eau ruisselant sur vous… C’est tout sauf amusant. Nos pilotes ont une nouvelle fois démontré leur fiabilité. Malheureusement, le règlement nous a empêchés de signer de meilleurs résultats. Toutes les sections rapides et bosselées n’étaient pas la tasse de thé des Mini. Nous n’avions aucune chance contre les Buggies. De ce fait, nous nous concentrerons davantage dans le futur sur les deux roues motrices… »

Classement général final
1. S. Peterhansel (FRA) / J.-P. Cottret Peugeot – 28h 49m 30s
2. S. Loeb (FRA) / D. Elena (MNC) Peugeot – 28h 54m 43s
3. C. Despres (FRA) / D. Castera (FRA) Peugeot – 29h 22m 58s
4. N. Roma (ESP) / A. Haro (ESP) Toyota – 30h 06m 13s
5. De Villiers (RSA) / D. Von Zitzewitz (GER) Toyota – 30h 39m 18s
6. O. Terranova (ARG) / A. Schulz (GER) MINI John Cooper Works Rally – 30h 42m 01s
7. J. Przygonski (POL) / T. Colsoul (BEL) MINI ALL4 Racing – 33h 04m 17s…
10. M. Abu Issa (QAT) / X. Panseri (FRA) MINI ALL4 Racing – 33h 43m 00s…
13. M. Hirvonen (FIN) / M. Périn (FRA) MINI John Cooper Works Rally – 34h 45m 30s…
15. S. Schott (GER) / P. Fiúza (POR) MINI ALL4 Racing – 36h 14m 02s…
18. S. Barros (BRA) / R. Capoani (BRA) MINI ALL4 Racing – 37h 03m 17s…
27. Y. Al-Rajhi (KSA) / T. Gottschalk (GER) MINI John Cooper Works Rally – 43h 54m 04s…

D’après communiqué X-Raid,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*