Dakar/Bernard-Vigneau: Déjà dans le Top 30

© DR

Aujourd’hui, les protagonistes du Dakar avaient rendez-vous dans le ‘Chaco’, une région d’Argentine réputée pour ses pistes poussiéreuses. Outre les spécificités du tracé, la chaleur a finalement été l’ennemi du jour, tant pour les hommes que pour les machines.

 

En amont de la spéciale, longue de 275 kilomètres, Eric Bernard et Alexandre Vigneau ont dû s’acquitter d’une longue liaison au cours de laquelle de l’air brûlant pénétrait dans l’habitacle de leur buggy. Une fois le secteur chronométré atteint il a fallu composer avec la poussière, rendant les dépassements très compliqués. Tout en gardant leur sang froid, Eric et Alexandre ont su maintenir suffisamment de rythme pour conclure avec le 27ème chrono. Cette place dans le Top 30 est une réelle satisfaction, même si chacun sait que la route est encore longue.

Eric Bernard :  » La poussière a été quasi constante aujourd’hui, je n’ai eu que 30 kilomètres de visibilité en toute fin de spéciale. C’est aussi dans cette même portion que j’ai choisi de lever un peu le pied, le moteur chauffant beaucoup. Hormis la poussière nous avons eu aussi quelques trous d’eau à négocier. La chaleur est cuisante, il faut penser à s’hydrater et rester lucide. En termes de résultat je suis assez content, nous réalisons un bon chrono sans pour autant avoir été à 100%. De toutes façons il était très compliqué de s’exprimer en matière de pilotage !  « 

Alexandre Vigneau :  » La chaleur est terrible, les records sont battus !  Un courant d’air brûlant traversait l’habitacle de la voiture et lorsque nous sommes arrivés au départ de la spéciale nous étions bien entamés. La visibilité dans la spéciale était très compliquée, il y avait beaucoup de poussière. Nous avons mis presque 100 kilomètres à doubler un concurrent… La voiture a vraiment beaucoup évolué par rapport à 2016, les réglages qui ont été fait permettent d’attaquer davantage tout en gardant de la stabilité et de la motricité. Demain ce sera une étape dédiée à la navigation, un vrai test à l’effort pour nous. Nous avons l’avantage de faire partie du groupe de tête, ce qui facilite beaucoup les choses en termes de chrono. »

La troisième étape mènera à San Salvador de Jujuy. Changement de décor et d’altitude pour une étape dans laquelle le hors piste sera à l’honneur. Autant dire que les qualités de co-pilote d’Alexandre seront un précieux atout ! De son côté Eric devra mettre tout son talent de pilote à profit pour déjouer les pièges que de nombreux rios leur tendent.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*