WTCC Loeb Racing: Poles positions, podiums et victoires

Mehdi Bennani © DR

Le Sébastien Loeb Racing conclut en apothéose sa saison 2016 en Championnat du Monde des Voitures de Tourisme. Sous la lueur des projecteurs du Circuit International de Losail, au Qatar, l’écurie alsacienne enregistre en effet une nouvelle victoire – la première en Course principale -, grâce à Mehdi Bennani ; une deuxième place au général avec Tom Chilton ; deux succès en WTCC Trophy ; le leadership au départ de la première manche grâce au principe de grille inversée ; mais surtout sa toute première pole position à l’issue de la séance qualificative !

Performance à mettre au crédit du Marocain qui s’était d’ores et déjà adjugé le trophée des indépendants lors du précédent meeting en Chine, devant son équipier Britannique. Grégoire Demoustier signe pour sa part un Top-5. Avec 11 podiums au général, dont 3 victoires, une pole absolue, 16 succès chez les privés, ainsi que les titres WTCC Trophy Pilotes et Teams, 2016 se révèle définitivement un grand cru pour Sébastien Loeb, Dominique Heintz et toute la troupe de Soultz-sous-Forêts.

« J’ai toujours dit, avant de venir au Qatar, que j’allais tout donner pour gagner ici. C’est un peu comme ma deuxième épreuve à domicile, et cela s’est confirmé car le soutien a été aussi fort que chez moi à Marrakech », se réjouit Mehdi Bennani (Citroën C-Elysée #25) qui, en 2014, était devenu le premier pilote arabe à remporter une course de Championnat du Monde FIA, et qui conclut 2016 dans le Top-5 final du WTCC. « Le rêve a commencé dès cet après-midi avec ma première pole position. Un sentiment étrange, à l’issue d’un tour magique. Mais que c’est bon ! Et puis il y eut cette deuxième victoire de la saison. Je pensais que je devrais lutter face à la Citroën de Lopez, mais c’est finalement une Volvo, 80 kilos plus légère, qui m’a mené la vie dure. Je n’avais cependant aucune autre volonté que celle de gagner, et il m’a fallu parfois dépasser mes limites pour résister à sa pression. Merci au Roi du Maroc, sans qui je n’aurais jamais pu me produire au niveau international, mais aussi et surtout au Sébastien Loeb Racing. Une équipe de professionnels, qui m’ont permis de décrocher des victoires, des pole positions, et le titre que j’attendais tant, celui du WTCC Trophy. Félicitations à eux ! »

« Ce week-end fut une manière parfaite de conclure la saison 2016 du WTCC », se félicite pour sa part Tom Chilton (Citroën C-Elysée #3), qui grimpe à Doha sur son sixième podium au général cette année. « C’est fantastique, et pas seulement pour moi, mais également pour l’équipe. J’ai le sentiment que nous aurions pu tout gagner. Mehdi s’est emparé de la pole, nous avons tous les trois, avec Grégoire, remporté le WTCC MAC3 (le contre-la-montre dans lequel Citroën a nominé pour l’occasion les trois pilotes du team), et j’ai bouclé la première manche à une belle 2ème place malgré la pression exercée derrière moi. Tarquini était sur une autre planète, devant, et je n’ai rien pu faire, mais que ce podium fait du bien ! Je suis très heureux pour mon équipier, car il a confirmé dans la deuxième course que nous étions l’équipe à battre au Qatar. C’est bon signe pour l’an prochain. Je veux en effet toujours être champion du monde, la Citroën demeure la meilleure voiture, et le Sébastien Loeb Racing est une structure très professionnelle. Ses membres sont devenus une véritable famille. Si je reviens, ce n’est pas pour terminer deuxième, c’est pour gagner, et je sais qu’ils en ont les capacités. »

Le film du week-end :
Libéré de la pression de devoir décrocher le titre WTCC Trophy, Mehdi Bennani livre une prestation parfaite en qualifications et signe sa première pole position, ainsi que celle du Sébastien Loeb Racing, en championnat du monde. Tom Chilton lui fait écho en accrochant le 10ème chrono, ainsi que la pole de la Course d’ouverture, tandis que Grégoire Demoustier s’élance depuis la 9ème ligne des deux manches.

Course 1. Chilton prend un envol parfait et conserve son leadership au prix d’une belle lutte avec une Lada officielle dans les premiers virages. Mehdi se montre incisif dans le peloton, remonte de deux places et pointe au 8ème rang, tout comme Grégoire qui apparaît en 16ème position dans le classement. Le Safety Car entre ensuite en piste à l’issue du premier tour et la course est suspendue dans le suivant.

A la relance, à l’entame du 4e tour, Tom se fait surprendre par Tarquini puis, écarté de la trajectoire, parvient à sauver sa 2ème place avec autorité. Mehdi écope d’un Drive-through pour un contact lors du premier départ, respecte sa pénalité à la fin du tour, et Grégoire se hisse au 15ème rang devant Mehdi. Les jeux sont alors faits et ils rallient l’arrivée dans cet ordre.

Aux avant-postes, Chilton résiste superbement à la pression des Honda, Citroën et Volvo. En dépit d’une voiture 50 kilos plus lourde que la japonaise de son poursuivant, et de pneumatiques qui, par conséquent, se dégradent plus rapidement, le Britannique ne commet pas la moindre erreur. Il assure alors un nouveau podium, ainsi que la victoire en WTCC Trophy, en se classant au 2ème rang de cette course d’ouverture, devant nombre de pilotes officiels, et non des moindres.

Course 2. Mehdi ne tremble pas à l’extinction des feux et contient la Citroën du triple champion José-Maria Lopez dans les premières courbes, jusqu’à l’intervention de la voiture de sécurité annoncée avant la fin du premier tour. Grégoire se fraye pour sa part un chemin en 13ème position, mais Tom doit regagner les stands en raison de dommages sur le train arrière gauche causés par un contact.

Peu après la relance, Demoustier parvient à se hisser au 12ème rang et intègre alors le Top-5 du WTCC Trophy auquel il s’accroche jusqu’à l’arrivée. Devant, Bennani s’est construit une avance qu’un Björk très incisif réduit dangereusement, au prix d’une grosse attaque, après s’être débarrassé de la Citroën officielle du Champion du Monde Lopez. Mais malgré ses 80 kilos de lest supplémentaires par rapport à la Volvo, le Marocain réussit dans les dernières boucles à reprendre de l’air, et même à pousser son rival à la faute. Il conclut ainsi son parcours sur une deuxième victoire après celle décrochée en Hongrie au printemps dernier, et grimpe pour la 10e fois sur la plus haute marche du podium du WTCC Trophy.

Anthony Megevand,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*