David Floury: « La LM P2 sur laquelle nous avons été le plus loin »

David Floury © DR

David Floury, Directeur Technique chez Oreca s’occupe tout particulièrement à l’heure de la trêve automnale puis hivernale du développement de l’Oreca 07 LM P2… Avec Nicolas Lapierre, pilote en charge de son développement, le travail pour rendre ce proto performant et fiable redouble d’intensité. C’est sur le circuit Paul Ricard que les premiers réglages ont été effectués pour le meilleur de ses futurs acquéreurs et utilisateurs.

 

– Dans quelle philosophie a été conçue la ORECA 07 ?
David Floury : « La ORECA 07 a été conçue autour de la monocoque de la ORECA 05, dont elle partage également un certain nombre de composants mécaniques. L’idée de base est de capitaliser sur le succès et les qualités de la ORECA 05 tout en développant la performance. Notre concept a donc été de concevoir une toute nouvelle voiture autour d’une base de composants existants permettant ainsi aux teams qui possèdent une ORECA 05 de faire migrer leur auto en ORECA 07, en essayant de contrôler le coût de conversion. Cela s’inscrit dans la philosophie du cost cap et permet aux équipes d’amortir leurs investissements sur une période plus longue.
« Cette approche impose des compromis par rapport à un scénario où l’on aborde le projet en partant d’une feuille blanche, mais elle présente également des avantages en permettant de construire la nouvelle voiture sur une base solide déjà largement validée et donc de concentrer l’énergie et les ressources sur les sujets qui permettront d’atteindre le meilleur produit final et d’en maximiser la performance.
« A ce titre, nous n’avons accepté aucun compromis en termes de performance et de packaging et avons travaillé très dure afin de proposer un package totalement adapté aux nouveaux points de fonctionnement résultant du nouveau règlement technique de la FIA et de l’ACO pour 2017. En particulier le niveau de puissance nettement augmenté par rapport à 2016. »

– Pourquoi avoir attendu fin octobre pour faire le premier roulage ?
David Floury : « Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, bon nombre de composants sont déjà validés, en conséquence de quoi nous n’avons pas autant la nécessité de les éprouver sur la piste qu’il est de coutume avec une voiture 100% nouvelle. Ensuite, le cost cap nous oblige à optimiser l’usage de nos ressources afin de viser le meilleur résultat possible dans le cadre budgétaire fixé. De ce fait, nous avons jugé plus opportun de dédier plus de temps à l’étude afin de développer au maximum la performance, notamment sur le plan de l’aérodynamique, et porter le maximum d’attention aux détails.
« Il est à noter que nous avions également suivi une approche avec peu de développement piste avant l’homologation des Rebellion R-One et ORECA 05. La Rebellion a bouclé ses premiers tours de roues à la fin avril 2014 et mi-juin de la même année elle finissait 4ème au classement général des 24 Heures du Mans. La ORECA 05 n’a fait qu’une séance d’essais avant l’homologation. « Cette fois, le programme sera clairement plus important. Notre philosophie est de tendre à intégrer le maximum de paramètres lors de la conception de la voiture et de limiter au maximum la part d’inconnues subsistant au moment de prendre la piste. »

– Quel est le programme pour les semaines et mois à venir ?
David Floury : « Nous avons satisfait tous les tests d’homologation entre Mars et Juin, du premier coup comme lors des projets précédents, cette partie est donc validée. Nous allons maintenant nous concentrer sur le développement de la voiture sur la piste, en validant à la fois la performance et la fiabilité. A ce titre, plusieurs séances d’essais sont prévues entre fin octobre 2016 et janvier 2017. La ORECA 07 va rouler en Europe mais également aux Etats Unis. Elle testera avec les trois types de pneumatiques : Michelin, Dunlop, Continental. Le programme va donc nous permettre de parfaire la définition technique de la voiture avant l’homologation et régler les derniers détails en validant le package. En parallèle nous assemblons les premières voitures pour les teams clients, nous construisons notre relation de travail avec les nouvelles équipes et nous accompagnons au mieux les écuries avec lesquelles nous travaillons déjà dans la transition vers la ORECA 07.
« L’homologation finale de la voiture est prévue début décembre avec la FIA et courant décembre pour IMSA. Daytona va ensuite arriver très rapidement. L’hiver va sans aucun doute être très chargé. »

– L’objectif d’ORECA Technology en LM P2, c’est uniquement la victoire ?
David Floury : « L’objectif de toute compétition est bien évidemment de donner le meilleur de soi-même et de gagner. Mais notre philosophie va clairement au-delà de ce leitmotiv : l’ambition est d’accompagner les équipes et de construire une relation forte avec elles. Notre but est ainsi de permettre au maximum de nos écuries partenaires d’être en position de briguer des podiums et des victoires avec un châssis ORECA. Les statistiques obtenues avec la ORECA 03 et la ORECA 05 témoignent d’ailleurs de cette approche. Sans oublier que nos voitures engagées en LM P2 représentent la vitrine de nos savoir-faire. »

– En quoi se différencie-t-elle de ses grandes sœurs, les ORECA 03 et ORECA 05 ?
David Floury : « La ORECA 07 bénéficie de l’expérience et du savoir-faire que nous avons développés sur les projets précédents. Mais chacune a été réalisée dans un contexte relativement différent. La ORECA 03 est notre première LM P2. Elle est basée sur la monocoque de la ORECA 01 et c’est un prototype ouvert. Sa conception remonte à 2010 et, à cette époque, les règlements étaient très différents en termes de prix de vente fixé par le cost cap, mais aussi d’aérodynamique. Depuis les normes ont fortement évolué à ce niveau, notamment pour viser à garantir une meilleure stabilité aérodynamique en lacet à haute vitesse.
« Ces règles ont également un impact fort sur la performance et les concepts aérodynamiques. La ORECA 05 a été conçue en un temps record et avec 2017 à l’esprit.
« Nous souhaitions que la ORECA 05 tienne déjà compte au maximum de ce que nous connaissions du règlement technique 2017. C’est pour cette raison, notamment, que la ORECA 05 a été conçue avec une largeur de 1900 mm et non 2000 mm comme le règlement le permettait.
« Ce choix impactait sensiblement la performance, en particulier pour les circuits sinueux, mais un parti pris clair du projet.
« La ORECA 07, même si elle permet d’être construite à partir d’un upgrade de la ORECA 05, est paradoxalement celle sur laquelle nous avons été le plus loin et fait le moins de compromis. Nous savons qu’en LM P2 la concurrence sera exacerbée en 2017, nous nous sommes donc fixé un objectif clairement ambitieux de performance et d’attention aux détails. A ce titre, la ORECA 07 partage un trait de caractère avec ses grandes sœurs : la soif de victoire ! »

– La voiture est différente. Les moyens pour y parvenir l’étaient-ils également ?
David Floury : « Au cours des années, notre outil de travail et nos savoir-faire se sont fortement renforcés, ce qui nous permet de progresser dans la qualité de nos produits. La ORECA 07 en bénéficie donc pleinement. Comme ses grandes sœurs, son aérodynamique a été entièrement développée en interne sur nos outils CFD. Mais notre puissance de calcul a été accrue par l’acquisition d’un nouveau Cluster en même temps que nos méthodologies et outils ont été améliorés. Nos moyens de productions ont également fortement évolué, que ce soit en usinage avec l’acquisition d’une nouvelle machine-outil DMG-Mori ou en composites où l’autoclave tourne à plein régime pour produire les pièces de la ORECA 07. »

Anthony Megevand,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*