Maroc/Christian Lavieille: Victoires en Open et en T.2

Christian Lavieille et Jean-Pierre Garcin © Edo Bauer

Ne tergiversons pas, Christian Lavieille et Jean-Pierre Garcin au volant d’un Toyota Land Cruiser du Team Auto Body ont marqué la 17ème édition du Rallye du Maroc. Durant les cinq étapes, les deux compères expérimentés et d’une impressionnante complémentarité ont su déjouer tous les pièges, ont roulé de façon irréprochable et ont frôlé chacun dans leur rôle : la perfection.

Leur objectif fut atteint, il était espéré et attendu par l’équipe officielle Auto Body avec une double victoire : le scratch de la catégorie Open, la victoire en T.2 (Voiture de Série). Plus encore, en confondant les deux classements généraux FIA et Open, Lavieille et Garcin auraient remporté la catégorie Voiture de Série (T2) avec plus d’une heure d’avance sur le second T.2 FIA, le Toyota de Yasir Seaidan. (18ème au scratch).

Sur la ligne d’arrivée plantée aux pieds des dunes de Merzouga, sous un soleil de plomb, sommairement mais avec précision Christian Lavieille tire son bilan : « Excepté une crevaison après 8 km parcourus dans la spéciale 1, nous ne nous sommes jamais arrêtés pour une raison mécanique. C’est donc, une semaine positive que nous venons de vivre avec l’ensemble de l’équipe… »

Les gens heureux qui atteignent leur but avoué au départ n’ont en général, pas grande chose à raconter. Mais avant le Dakar, après cette répétition générale, Christian tient à parler de la dernière journée de ce rallye tracé de Agadir à Erfoud. « C’était incontestablement la plus belle étape sur le plan navigation. Elle était variée, nous avons jardiné mais, rien de bien grave ! Nous avons roulé sagement, en gérant notre avance sur notre chasseur, le Renault Truck de Gerrit Huzink qui s’est tellement égaré qu’il en a perdu sa deuxième place au profit de Yannick Commagnac et son puissant Buggy SMG… »

Au terme de cette semaine de travail, Christian retient : « J’ai appris à refaire corps avec une voiture de série, garder les roues au sol, rester patient…C’est une bonne catégorie, on me l’a toujours décrite comme étant une école, je conclurai que « je suis reparti à l’école et j’en suis heureux ! »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*