24H du Mans LMP2: Signatech-Alpine avec un châssis ORECA !

© DR

Douze mois après KCMG avec la ORECA 05, c’est à nouveau un châssis ORECA qui remporte la catégorie LM P2 des 24 Heures du Mans ! Conçue et construite par ORECA Technology, l’Alpine A460 de l’équipe Signatech-Alpine décroche la victoire avec Nicolas Lapierre, déjà lauréat en 2015, et les rookies Gustavo Menezes et Stéphane Richelmi. Avec une voiture performante et fiable, les trois hommes ont réalisé un sans-faute pour s’imposer avec plus de deux minutes d’avance sur la ORECA 05 de l’écurie G-Drive Racing confiée à Roman Rusinov, René Rast et Will Stevens.

 

S’il s’agit d’un succès historique pour la marque Alpine, par ailleurs cinquième au classement général, il l’est également pour ORECA qui devient le premier constructeur depuis Porsche (2008-2009) à signer deux victoires consécutives dans une catégorie LM P2 toujours plus compétitive et qualitative avec un nombre d’engagés impressionnant de 23 prototypes. Les châssis ORECA, dont les V8 Nissan sont préparés par le département moteur à Magny-Cours, ont mené l’intégralité des 24 heures. Ils s’offrent un doublé et figurent au nombre de trois dans le Top 5 avec Eurasia Motorsport et l’équipage composé Jun-Jin Pu, Nick De Bruin et Tristan Gommendy.

Un résultat d’autant plus probant qu’il est complété par la pole de G-Drive Racing et le meilleur tour en course de Manor. Les ORECA 03R de Murphy Prototypes et Race Performance, ont aussi rejoint l’arrivée. Manor et Thiriet by TDS Racing, un temps leader, ont été contraints à l’abandon suite à des sorties de piste. KCMG et Baxi DC Racing-Alpine ont également dû rendre les armes après avoir joué les premiers rôles.

Ils ont dit.
« La victoire avec la ORECA 05 et KCMG l’an dernier avait été un grand bonheur. C’est à nouveau un moment fort de voir Alpine et Signatech gagner avec un châssis ORECA » confie Christophe Guibbal, Directeur du Bureau d’Etudes d’ORECA Technology. « Nous voulions absolument revivre les joies d’un tel succès en tant que constructeur, mais nous savions aussi que confirmer est toujours la chose la plus difficile. Les châssis ORECA ont constamment pointé en tête, la course n’a pas été facile pour autant. Ça a été très stressant. Grâce à l’excellente course des équipes et des pilotes, nous avons réussi à faire mieux qu’atteindre l’objectif fixé. Nous avons progressé et nous obtenons le doublé. C’est une réelle satisfaction, une belle récompense pour l’ensemble du Groupe ORECA et encore une fois une grande motivation pour la suite. La deuxième partie de saison dans un premier temps, puis la mise en piste de notre nouvelle ORECA 07 qui devra donc défendre une double couronne en 2017 ! »

« C’est toujours difficile de gagner les 24 Heures du Mans, donc le faire deux fois consécutivement c’est incroyable » souligne Nicolas Lapierre (Alpine A460 #36/Signatech-Alpine). « Nous n’avons pas forcément débuté de la meilleure façon au niveau des pneus et en étant gênés dans les stands. Nous avons dû attaquer pour revenir, puis nous avons dû faire un complément en fluide, mais finalement on s’est retrouvé assez rapidement en tête. L’auto était rapide, le rythme était bon et nous avons pu attaquer quand il le fallait, ou gérer quand il le fallait. Mes coéquipiers ont fait un super travail, nous n’avons pas eu d’ennui et la voiture est intacte à la fin de la course, ce qui est assez exceptionnel au Mans. C’était aussi beaucoup de pression d’être dès la mi-course dans la position du chassé. Je suis très heureux de cette victoire. Avec toute l’équipe Signature, nous avons un passé commun et, après avoir gagné ensemble Macao, c’est sympa d’ajouter Le Mans. C’est aussi particulier de représenter une marque telle qu’Alpine en France. »

« La course a été longue ! » sourit Nick De Bruijn (ORECA 05 #33/Eurasia Motorsport). « C’était très excitant, il s’agissait de ma première participation aux 24 Heures du Mans, j’ai notamment beaucoup apprécié les relais de nuit. Nous avons eu un début de course compliqué mais nous nous sommes battus pour revenir dans le match. Pour une première fois au Mans, c’était très enrichissant. La voiture s’est très bien comportée. Cela pourrait toujours être mieux et nous avons des points à optimiser mais nous avons donné notre maximum. De plus, nous connaissions les capacités de l’auto après avoir fait le meilleur temps du Test Day. C’était vraiment une expérience exceptionnelle. Nous allons continuer à travailler pour montrer de quoi nous sommes capables et tenter de jouer les premiers rôles à l’avenir. »

« Nous avons fait une course solide et nous sommes évidemment très déçus après cet abandon » explique Xavier Combet, team manager du Thiriet by TDS Racing. « »Nous sommes partis de la 7ème place avant de passer en tête en peu de temps. Les pilotes ont été très bons. Mathias a été au niveau qu’on lui connaît, Ryo a été exceptionnel pour une première ici et Pierre a fait d’excellent chrono. Hormis un petit ennui de direction assistée que nous avions résolu, la voiture se comportait très bien. Nous étions dans le match. L’équipe a fait du très bon travail, les mécanos ont réalisé des arrêts ‘éclairs’. La combinaison de tous ces éléments nous permettait d’envisager un résultat très intéressant. Cela n’a pas tourné en notre faveur avec cet accident. Ce sont des choses qui arrivent au Mans. Tout le team a été remarquable. De chasseur en qualif’, nous étions passés dans la position du chassé, nous avons toujours été aux avant-postes. »

« Je suis naturellement déçu que nous n’ayons pu finir la course » déclare Tsugio Matsuda (ORECA 05 #47/KCMG). « C’est dommage, mais ces 24 Heures du Mans restent une superbe expérience. Même si nous n’avions pas eu autant de temps que nos rivaux pour tester la ORECA 05 en amont, nous étions clairement dans le rythme et je suis très fier de la performance de l’écurie. Les mécaniciens et ingénieurs ont fait de l’excellent travail pour réparer la voiture. Et n’oublions pas que nous luttions dans le top trois durant les six premières heures de course. Je tiens de nouveau à remercier très chaleureusement tous nos fans et j’espère revenir avec l’équipe l’an prochain. »
Le film de la course.

#36 & #35. Les deux Alpine A460, conçues et construites par ORECA, s’élancent des deux et troisième places sur la grille. Après les cinquante premières minutes neutralisées pour cause de pluie, les Bleus restent aux avant-postes au drapeau vert mais les deux autos sont gênées lors de leur premier ravitaillement. A bord de la #36, Nicolas Lapierre cravache et remonte du 12ème au 3ème rang au cours de son quadruple relais. Gustavo Menezes et Stéphane Richelmi le relayent et se maintiennent dans le tiercé. L’Alpine A460 monte en puissance et pointe plusieurs fois à la première position, malgré une remise à niveau des fluides au cours de la 9ème heure. Elle s’installe aux commandes du LM P2 à la mi-course pour ne plus les quitter. La suite est un modèle de course : le trio enchaîne les relais à une cadence élevée tandis que l’équipe enchaîne les changements de pneus et pleins en essence. L’écart se creuse et va se maintenir à partir de la 18e heure à environ un tour. C’est ainsi avec plus de deux minutes d’avance que la #36 victorieuse coupe la ligne d’arrivée.

La voiture soeur, confiée à Panciatici/Ho Pin Tung/Cheng n’aura pas été récompensée de son parcours. Retombée au-delà du Top 10 après la première heure, la #35 remonte progressivement grâce à un sans-faute. 7ème à la mi-course, elle est revenue 4ème à la fin de la 16ème heure. Malheureusement, elle est victime d’un accident en tout début de matinée et doit abandonner.

#26. Auteur de sa troisième pole consécutive en FIA WEC, G-Drive Racing a conservé les commandes durant la première heure. Légèrement décalée en stratégie, puis victime d’une crevaison lente (3ème heure) et sanctionnée d’un drive-thru (6e heure), la ORECA 05 #26 est rapidement revenue jouer les premiers rôles. Le rapide trio Rast/Rusinov/Stevens a constamment occupé le Top 3, s’emparant à plusieurs reprises de la tête de la catégorie. C’est finalement au petit matin que la #26 a concédé du terrain sur le futur vainqueur, à travers notamment une pénalité d’une minute. En dépit d’un dernier tiers de course parfait, l’écurie russe termine sur la deuxième marche.
 
#33. Après une première heure délicate, suite notamment à un problème de capteur, Eurasia Motorsport a réalisé une solide prestation pour sa première apparition dans la Sarthe. L’équipage Pu Jun-Jin/De Bruin/Gommendy s’est montré régulier et a évité les embûches. De retour dans le Top 10 au début de la 7ème heure, la ORECA 05 #33 a progressé durant la nuit mancelle pour intégrer le quinté durant la 17ème heure. Elle ne l’a plus quitté ensuite pour décrocher un résultat positif pour son baptême aux 24 Heures, et ce avec deux rookies.

Les trois autres ORECA 05 se sont également illustrées durant cette 84ème édition même si elles n’ont pas été
récompensées. Partie 7ème, Thiriet by TDS Racing s’est hissé parmi les trois premiers dès le début de la deuxième heure. Particulièrement performante, la #46 de Beche/Hirakawa/Thiriet s’est alors installée en tête, avec une bonne minute d’avance à la fin du premier quart. Après une rapide intervention sur la direction assistée, l’écurie française n’a pas lâché les hommes de tête. Elle était encore dans le match pour la victoire au lever du soleil, avant de devoir abandonner sur sortie de piste à Mulsanne (17ème heure). Manor, pour ses débuts dans la Sarthe, a connu la même déception. Leader après un impressionnant quintuple relais de Roberto Merhi, la ORECA 05 #44 a d’abord perdu quelques secondes après un tête à queue. C’est ensuite une intervention sur le démarreur (7ème heure) puis une sortie de piste (9ème heure) qui a fait rétrograder les Britanniques. L’aventure s’est arrêtée en fin de matinée pour Merhi/Graves/Rao, après un accident (21ème heure). Enfin le tenant du titre KCMG s’est également rappelé au bon souvenir de tout le monde. Un temps troisième, le trio Bradley/Howson/Matsuda a affiché un excellent niveau de compétitivité avant de connaître un problème électrique qui a obligé la #47 à rendre les armes (10ème heure).

Les deux ORECA 03R également en piste ont terminé l’épreuve. Après différents incidents de course, Murphy Prototypes se classe 15ème avec Ben Keating, Jeroen Bleekmolen et Marc Gossens, Race Performance 17ème avec Nicolas Leutwiler, Shinji Nakano et James Winslow.

La prochaine course des châssis ORECA LM P2 se déroulera sur le Red Bull Ring le week-end des 16-17 juillet.

Anthony Megevand,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*