Nogaro/Course 1 GT & Proto: Paroles de pilotes

Podium de la 1ère course Proto © Nicolas Paludetto

Tandis que CMR by Sport Garage a confirmé sa pole position en remportant la première manche du Championnat de France FFSA GT à Nogaro avec la Ferrari F458 #9 de Soheil Ayari, Nicolas Tardif et Laurent Pasquali, Duqueine Engineering a été le premier team à inscrire son nom au palmarès du Championnat de France Prototypes. La Ligier JS P3 de Valentin Simonet, Pierre Sancinena et Sébastien Dumez s’impose en effet à l’issue d’une course de deux heures marquées par un drapeau rouge.

 

Pierre Sancinena (Ligier JS P3 / Team Duqueine Engineering #36, avec Valentin Simonet et Sébastien Dumez) : « Dans l’ensemble, ça a été une course qui s’est passée comme on voulait, notamment sur la première partie. On savait que sur le premier relai de Valentin, face à Claude Degremont, ça allait être un peu compliqué. Il a fallu créer le gap derrière. Ensuite, j’ai été face à un autre pilote un peu moins rapide. On savait donc que c’était contre cette voiture qu’on allait se battre ! Mon but a été de pousser le plus possible pendant mon relai pour doubler la voiture de Oak Racing afin de creuser le trou pour faciliter la tâche à Sébastien. Ça été un travail d’équipe, et tous les trois on a fait du bon boulot ! Nous tenons à remercier l’équipe qui nous a fourni une voiture sans aucun souci technique, on a simplement eu besoin d’entrer dedans et de rouler ! C’était une grande découverte pour tous les trois de rouler en prototypes et l’équipe nous a bien facilité la tâche. »

Soheil Ayari : Ferrari/CMR by Sport Garage #9, avec Nicolas Tardif et Laurent Pasquali) : «  »Pour nous ça a été très limpide car nous sommes partis en pole. Mes coéquipiers ont fait un super boulot avant moi. J’étais le troisième à prendre le relai, Laurent est parti en tête avant de rendre la voiture second. On ressort des stands avec Nicolas qui fait un gros écart avec la voiture de derrière. Ensuite, il y a eu le crash au moment des changements de pilotes. Je suis reparti juste après sous le régime du safety car. L’écart avait déjà été creusé par mes coéquipiers, j’ai donc juste eu à rouler dans un temps correct sans trop fatiguer la voiture. L’équipe a fait un super boulot ! »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*