Chaleur, poussière et changement de pneus : Beaucoup de travail pour Audi Sport au Rallye du Maroc

– Les trois Audi RS Q e-tron à l’arrivée après 2 300 kilomètres de désert
– Nombreux apprentissages et progrès visibles avec l’Audi RS Q e-tron E2
– Conditions difficiles dans une chaleur fulgurante et une poussière dense

Apprendre à un haut niveau : au Rallye du Maroc, la nouvelle Audi RS Q e-tron E2 a fait ses débuts en compétition du 1er au 6 octobre. Pour Audi Sport et les duos de pilotes Stéphane Peterhansel-Edouard Boulanger, Carlos Sainz-Lucas Cruz et Mattias Ekström-Emil Bergkvist, c’était un test dans des conditions de compétition réelles. Les trois prototypes de rallye sont déjà conformes au règlement 2023 du Rallye Dakar et ont donc pris le départ au Maroc en dehors du classement régulier.

« Même si nous n’apparaissions pas dans le classement, chaque kilomètre et chaque jour du rallye était aussi précieux pour nous que pour les participants réguliers », déclare Rolf Michl, responsable d’Audi Motorsport. « Sur des étapes exigeantes et des terrains variés, nous avons pu tester les capacités des équipes de pilotes et des voitures dans toutes les situations. Pour nous, le rallye avec ses dunes extrêmes et ses paysages caillouteux était un élément essentiel dans la préparation du Rallye Dakar. Les équipes de pilotes ont relevé des défis exigeants sur les six étapes avec un départ et une arrivée à Agadir : crevaisons à répétition sur la surface rugueuse, chaleur accablante, mauvaise visibilité dans une poussière dense et de nombreuses erreurs de navigation ont caractérisé l’opération. Et une fois de plus, il est devenu évident que les pilotes mettaient leurs voitures à rude épreuve autant en conditions de course qu’en essais. »

« La course était très importante pour nous afin de vérifier les résultats de nos tests précédents », déclare Sven Quandt, directeur général et directeur de l’équipe de Q Motorsport. « Nous avons vu qu’il nous restait encore des points à améliorer, que nous travaillerons jusqu’au Dakar. Dans l’ensemble, je suis convaincu que nous aurons une voiture bien préparée en janvier. » Les trois pilotes du Team Audi Sport tirent également un bilan positif. « Les crevaisons de pneus et quelques erreurs de navigation nous rappelaient sans cesse les difficultés de la compétition. Mais nos ingénieurs ont fait du bon travail car je suis vraiment très satisfait des réglages de la voiture », rapporte Mattias Ekström. « Une course est et reste la meilleure préparation de course. » Son coéquipier Stéphane Peterhansel, 14 fois vainqueur du Rallye Dakar, partage cet avis : « Notre travail précédent des tests en Europe et en Afrique porte pleinement ses fruits ici. Les étapes au Maroc sont assez similaires au Rallye Dakar. L’équilibre et la maniabilité de la voiture sont exactement comme je le voudrais. » Carlos Sainz, trois fois vainqueur du Rallye Dakar, confirme l’évolution positive : « Même si nous nous sommes parfois perdus et avons dû changer de pneus, la nouvelle la plus importante est que notre voiture fonctionne à merveille. Merci à toute l’équipe pour le bon travail. »

« Comme il ne s’agissait pas d’objectifs sportifs, nous nous fixions des tâches quotidiennes très spécifiques et différentes », explique Uwe Breuling, responsable des opérations véhicules Audi Sport. « Par exemple, nous avons beaucoup appris sur l’état de charge de la batterie en cas de sollicitation extrême. De même, lors de la quatrième étape, l’équipe s’est imposée les conditions applicables à une étape tout-terrain du Rallye Dakar. Cela signifiait que les pilotes et copilotes devaient entretenir seuls l’Audi RS Q e-tron E2 ce soir-là pour le lendemain sans l’aide de l’équipe technique. Nous avons également collecté beaucoup de données et sommes en train de régler les derniers détails, comme avec le logiciel. »

En plus de ces nombreux d’apprentissage, l’équipe Audi Sport a vu son orientation de travail précédente confirmée dans de nombreux domaines. « La transmission et la suspension avec les amortisseurs étaient à la hauteur des charges lourdes », résume Benedikt Brunninger, chef de projet technique Dakar. « Aucune des voitures n’est tombée en panne ou n’a perdu beaucoup de temps. Avant le Rallye Dakar, nous devons nous occuper de certains détails, par exemple, les pilotes aimeraient un positionnement différent pour les pistolets électriques de retrait des roues disposés dans la voiture. »

Audi Sport se concentre désormais sur les préparatifs du Rallye Dakar avec l’équipe Q Motorsport au cours des prochaines semaines. Les techniciens démonteront les trois voitures Audi RS Q e-tron E2, analyseront leurs découvertes et reconstruiront les voitures de course d’ici novembre. Puis, après un court test fonctionnel, elles seront déjà transportées en Arabie Saoudite où le Rallye Dakar 2023 débutera le 31 décembre.

Communiqué Audi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*