Dakar 2023 : Un nouveau parcours en Arabie Saoudite et une réglementation bouleversée

L’équipe du Dakar 2023 a présenté un parcours surprenant de 14 étapes, avec de nouvelles règles pour pimenter un peu plus encore le rallye-raid de référence.

Ce n’est pas une révolution, mais le Dakar passe à la vitesse supérieure dans sa mue. Pour sa quatrième édition en Arabie saoudite, les participants vont être gâtés avec un parcours corsé et une 45ème édition au programme XXL. Le rallye-raid gagne deux jours de course par rapport à l’édition précédente, du 31 décembre au 15 janvier, et deux étapes de plus pour arriver à 14, en plus du traditionnel prologue. Toutes ces spéciales se disputeront exclusivement sur le sol saoudien, entre le ‘sea camp’, un bivouac en bord de mer théâtre du grand départ, et Dammam, d’ouest en est du pays.

L’itinéraire est en grande partie nouveau avec « des spéciales inédites à 70% » avancent les organisateurs, dont trois jours complets dans le Quart vide de l’Arabie saoudite pour des étapes de désert prometteuses. La direction du Dakar a fait la part belle à la compétition avec des étapes plus longues, tout en réduisant les liaisons pour près de 5 000 kilomètres de course, une distance qui n’avait plus été parcourue depuis 2014.

Des ‘roadbooks’ aléatoires
Chez les motos, les changements sont nombreux avec la mise en place généralisée de ‘roadbooks’ (des carnets de route) numériques et un bonus chronométrique désormais attribué au pilote qui ouvrira la voie au reste du plateau. Afin d’éviter les longues processions dans le désert, les patrons du Dakar mettent les pilotes au défi avec un système de ‘roadbooks’ aléatoires. Deux parcours seront ainsi tracés pour chaque étape et il conviendra aux copilotes de bien veiller à suivre celui qui leur aura été attribué plutôt que de se contenter de suivre une trajectoire unique tracée par les équipages précédents. Les erreurs de navigation et les points de contrôle manqués coûteront des pénalités qui mettront à l’épreuve même les plus chevronnés.

Par ailleurs, une nouvelle catégorie baptisée ‘explorers’ a été créée pour les pilotes amateurs qui se lancent dans l’aventure, avec un classement spécifique et des dotations « directement utiles afin de valider leur progression dans la discipline ». La catégorie Dakar Classic connaît aussi des nouveautés, en s’ouvrant notamment aux véhicules originaux qui ont participé à l’épreuve au XXème siècle.

franceinfo: sport – Loris Belin,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*