Ferrari Challenge Ange Barde : Finali Mondiali, clap de fin…

Imaginez que vous arrivez à l’entrée d’un des plus beaux et emblématiques circuits du monde, un des temples de la Scuderia, le circuit du Mugello, pour y vivre un des plus incroyables événements du sport automobile mondial. Ça y est vous y êtes, vous êtes aux Finali Mondiali Ferrari…

Vous entrez en découvrant l’ensemble du circuit avec ses lignes et ses courbes, gracieuses et techniques, accueilli déjà par le feulement des V12 des F1 qui ont fait l’histoire et la réputation incontournable de la marque au Cavalino.

Arrivé au paddock tendu de rouge, vous parcourez l’alignement des Ferrari 488 Challenge EVO qui vont entrer en scène dans les heures qui suivent, pilotées par ceux qui viennent chercher le graal de la saison, le podium de la finale mondiale des championnats européen, nord américain et asiatique.

Au-delà des stalles des purs sangs, vos yeux et votre cœur d’enfant pétilleront du pur plaisir de découvrir l’exposition des Ferrari de pilotes comme Gilles Villeneuve, Clay Regazoni, Michael Schumacher, Fernando Alonso, ou ici dans les stands aux côtés de F1 plus actuelles, les exclusives FXX, avant d’enfin se voir révéler le dernier opus de la Scuderia, en première mondiale, la Ferrari Daytona SP3…

Et nous entrons alors dans le vif du sujet, le vendredi avec la première course, où notre pilote Ange Barde, quatrième au classement du Trofeo Pirelli Europe, prend le départ P6, derrière les prétendants au podium du championnat. Course partie, comme à son habitude, Ange enfonce la pédale de droite, fait cligner les yeux de sa monture pour remonter ceux qui le séparent du podium… Las, la safety car qui intervient à trois reprises, casse la fluidité de cette course qui se déroule sous un soleil estival. Mais malgré six tours effectifs de course, Ange se hisse en deuxième position et monte sur le podium ; une sentence post course, suite à une réclamation d’un des prétendants au titre, le déclare finalement P4…

Samedi, le circuit est emmitouflé dans un épais brouillard qui ne permet pas de faire la deuxième séance de qualification. Le résultat de la course 1 calera donc la grille de départ. P4 pour Ange avant le feu vert qui donnera le lancement de la dernière course de la saison pour avoir encore une chance de monter sur le podium…

Après l’événement post course de la veille, Ange aborde la course de manière étonnamment calme et détachée… Il sait que tant que le dernier drapeau à damier n’est pas passé, rien n’est encore définitivement joué. Mais une fois à bord de sa voiture, le regard bleu azur du pilote passe au gris acier, expression pour qui le connaît, de sa volonté de victoire incontestable…

La course 2 est lancée et là, toute la maestria d’Ange Barde éclate aux vues et aux sus de tous, pilotes en piste et spectateurs dans les gradins. Les dépassements s’enchaînent au fur et à mesure des tours pour capter la plus haute marche du podium et la troisième place du championnat. Incontestable et incontestée cette victoire assoit encore une fois le respect de ses concurrents pour le plus capé d’entre eux, par le nombre de podiums, de victoires et de titres en Ferrari Challenge…

Son retour après treize ans d’absence est validé par une troisième place au championnat européen.

Dimanche, la tant attendue finale mondiale va se dérouler devant un parterre de tifosi venus des quatre coins de la péninsule… La grille de départ sera identique à celle de vendredi (P6). La tâche sera donc compliquée, mais point impossible pour monter sur le podium de cette finale qui a autant de valeur et de saveur que celle du championnat, voir plus pour l’ensemble des pilotes de la planète Challenge…

Une fois la course lancée et malgré l’intervention à nouveau du safety car, Ange Barde se débarrasse assez rapidement, voire facilement pour qui ne pilote pas mais s’époumone du bord de la piste afin de le soutenir, des deux pilotes qui le précèdent et attend patiemment de porter l’estocade au dernier d’entre eux pour prendre la troisième place du championnat du monde de la discipline.

Pas un, pas deux, mais trois podiums pour la dernière de la saison. Le contrat est rempli, l’émotion de ceux qui le suivent est palpable dans le paddock, le bonheur du pilote qui la ressent au milieu d’eux est finalement sa plus belle victoire de la saison.

Rendez-vous en 2022 pour continuer à vivre et partager notre passion aux côtés d’Ange à la conquête du titre de champion du Middle East qui se déroulera aux Émirats Arabe Unis début janvier.

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*